Accéder au contenu principal

Ægypt

... Ægypte de John Crowley est le roman qui débute une tétralogie (dont seulement deux romans ont été traduits) chez Rivage/Fantasy ; publié en 1987 dans sa langue d'origine et traduit en 1996 par Monique Lebailly.
Une traductrice qui n'hésite pas à utiliser les "notes de bas de page" ou N.d.T  ce qui n'est pas pour me déplaire, en étant je dois l'avouer assez friand. 
Pour ce premier tome j'en ai dénombré 115 au total.

Si certaines d'entre elles¹ bénéficieraient d'une "réactualisation" bienvenue telle celle sur Le Rameau d'or de James Frazer qui apparaît ici sous son titre d'origine The Golden Bough, mais rien qui ne vaille de fouetter un plat ou d'en faire un chat ; il apparaît qu'outre leur valeur culturelle indéniable c'est surtout le dialogue qui s'installe entre la traductrice et le lecteur au travers de ces notes qui surprend et captive.

Par exemple : "Il s'agit sans doute d'une des deux constellations, Ursus major ou Ursus minor", sans doute ? Puis, autre exemple : "Taisons-nous comme l'auteur, qui reparlera de Raymond Lulle [..], ce qui nous donnera l'occasion de vous offrir une petite note en bas de page sur ce philosophe " (page 208), ou encore "Il s'agit bien de Dennis la Menace [...]", voire "Peut-être pouvons-nous lui souffler qu'il s'agit de Jimminey la conscience de Pinocchio dans le film de Walt Disney" qui répond à la question que ce pose l'un des personnages du roman. Entonnant non ?!


Ces N.d.T. ne sont pas sans évoquer en ce qui me concerne Raoul Chatigré le chat de Léonard.

... Hormis le plaisir que j'ai pris en lisant ces notes de la traductrice., en y repensant je me suis demandé si la démarche de Monique Lebailly ne participait pas du sujet même du roman de John Crowley. Coïncidence ou évènements confluents² ?

Ainsi alors que je lisais Ægypt j'écoutais en même temps les émissions auxquelles a participées Daniel Arasse historien de l'art (et magnifique orateur) pour France Culture, sans me douter que dans l'une d'entre elles il serait question de l'Art de  mémoire (Ars memoriæ).....



un art auquel John Crowley consacre une large place dans son roman, et dans lequel mais vous l'avez déjà compris en voyant l’illustration de ce billet John Dee apparaît. Un roman écrit par quelqu'un qui s'appelle Crowley. 

... Or donc un roman étonnant qui m'a donné envie d'en lire la suite.


___________________________________________________________
1. Les leys dont Monique Lebailly précise en N.d.T. "Parcelle laissée en herbe quelques années". Or, il s'agit  ici des ley lines½ ou "lignes de leys" concept théorisé par Alfred Watkins dans les années 20, et repris dans les années 60 par la vague New Age. Si pour Watkins les leys sont des alignements "sur des kilomètres de campagne d'un grand nombre d'objet, ou de sites d'objets, datant de la préhistoire" qui sont "des faits allant au-delà d'une coïncidence accidentelle" le New Age en fera des "lignes de force" ou de "pouvoir" (Cf. Psychogéographie de Merlin Coverly) c'est-à-dire des lignes reliant les lieux de pouvoir spirituel ancien.

1/2. Les ley lines que l'on peut retrouver dans le roman La Forêt des Mythagos de Robert Holdstock (1984), que William Desmond traduit par "levées matricielles" et dans la nouvelle éponyme (1982) traduit par E. C. L. Meistermann par "matrice de guérets" : "Alfred Watkins avait rendu visite à plusieurs reprise à notre père et lui avait montré sur une carte de la région que des lignes droites reliaient les lieux de pouvoir spirituel ancien ; les tumulus, pierres et églises de trois culture différentes. Il appelai ces lignes des guérets et croyait qu'elles existaient en tant que forme d’énergie terrestre passant sous le sol mais influençant ce qui se tenait dessus".

2. Evénements confluents : manifestation de la tendance d'intégration de type a-causal qui paraît les rendre signifiants. Voir Arthur Kœstler les racines du hasard.

Commentaires

  1. Megalithes:
    http://www.t4t35.fr/Megalithes/AfficheSelectDep.aspx?Projet=France

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Doctor Strange Legacy [Cates / Hernández Walta / Duclos]

La curiosité m'avait poussé, il y a 4 ou 5 ans, à m'intéresser au travail d'un nouveau venu du nom de Donny Cates. Depuis il a fait son petit bonhomme de chemin et est devenu un scénariste en vue de la Maison des idées™.
Et c'est tout à fait mérité.

Donny Cates n'est pas le genre à vouloir réinventer la poudre, pour finalement accoucher d'un pétard mouillé (qui a dit Tom King ?). Son domaine c'est le divertissement, l'évasion, et très souvent un excellent moment de lecture. 

Cette reprise de la série « Doctor Strange », 5 numéros mensuels compilés dans ce premier tome, en est la carte de visite idéale. 

Si l'adaptation cinématographique du personnage, créé par Stan Lee & Steve Ditko en 1963, lui a permis de retrouver les têtes de gondole des comics shop, on est toutefois passé par un petit lifting façon Jason Aaron & Chris Bachalo [Pour en savoir +] pour la version bande dessinée.

Mais rassurez-vous, ne rien connaître du personnages et de ses pré…

Immortal Hulk [Al Ewing / Joe Bennett / Thomas Davier]

Certainement mal luné, j'avais calé sur le premier numéro de cette relance du géant de jade. Néanmoins, mon intérêt pour le travail du scénariste Al Ewing m'a convaincu de laisser une seconde chance à cette série.
Sans toutefois oublier qu'un scénaristes travaillant pour des entreprises telles que Marvel ou DC Comics, lesquelles sont les propriétaires des personnages (et des histoires) qu'elles publient, c'est un peu comme d'être un jockey. 
Tout aussi prometteur qu'il soit, ce dernier est au service du cheval, et au ordres du propriétaire via l'entraîneur. Chaque Grand prix est surtout l'occasion de retenir le nom du cheval.
Ceci étant dit quid de ce nouveau départ ? 

Pour ce nouveau run, Hulk renoue donc avec ses origines sixties, et s'inspire de l'errance qu'avait popularisée la série télévisée des années 1970 avec Bill Bixby et Lou Ferrigno.
Ce parti pris d'un personnage en cavale est aussi surtout une forme de réflexe atavique très é…

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…