Accéder au contenu principal

Blue Bloods


... Dans la famille Reagan on est flic de père en fils, sauf exception Erin Reagan-Boyle (la fille de Francis) est assistante du procureur ; ainsi Francis donc est chef de la police de la ville de New York, Danny son aîné y est inspecteur, son plus jeune fils Jamie est un agent en tenue, Henri le père de Francis est un policier en retraite qui a occupé les mêmes fonctions que son fils. Et enfin Joe (lui aussi fils de Francis), est mort en service.


Si cette série a attiré mon attention c'est d'abord grâce à l’intérêt que je porte à Tom Selleck (Francis Reagan) et à Donnie Wahlberg (principalement pour son interprétation dans l'excellente série Boomtown) qui interprète Danny un efficace inspecteur, aux idées bien trempées dans le bain des rues new yorkaises. 
Mais très rapidement la série Blue Bloods m'a captivé par la qualité des interprètes tous autant qu'ils sont (les seconds rôles sont épatants : Nicholas Turturo est épatant en flic de terrain à qui on ne la fait pas, et Michael T. Weiss en flic interlope est méconnaissable), l'écriture des personnages et la dynamique l'alchimie familiale est une belle réussite : la maison de Francis est le lieu de rendez-vous de toute la famille (son père vit avec lui), notamment pour le repas du dimanche, dit comme ça cela fait un peu plan-plan mais sa marche très bien à l'écran. 


Deux autres atouts son rapidement joués : les enquêtes se diversifient, et se politisent (dans le sens d'équilibre et de développement d'une communauté ou d'un groupe, il s'agit ici bien sûr de la famille Reagan mais aussi, dans le sens politicien du terme où la ville de New York devient un enjeu en terme d’élections), et surtout le sempiternel "fil rouge" que l'on retrouve peu ou prou dans chaque série télévisée a la bonne idée de se faire discret et par la force des choses, de gagner en intérêt. Surtout qu'il est plutôt finement exploité pour s'insérer dans la dynamique de chaque épisode où il apparaît.



... Or donc, après avoir vu treize épisodes de la première saison je peux dire que je suis bien ferré. (À suivre ...) donc.    

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spiroude 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par Philippe Manœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant. Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82.

Bonne lecture.







The Words

...The Words (Les Mots) est un film qui avait tout pour me séduire : le roman en tant qu'élément principal, des acteurs que j'aime bien ; Dennis Quaid, Jeremy Irons, J. K. Simmons et Bradley Cooper. Éléments supplémentaire l'histoire se révèle être une histoire dans l'hisitoire. Ou plus exactement un roman à propos de l'écriture d'un roman, écrit par un autre ; entre fiction et réalité. 

Je m'explique.

Clay Hammon fait une lecture public de son dernier livre The Words dans lequel un jeune auteur, Rory Jansen, en mal de reconnaissance tente vaille que vaille de placer son roman chez différents éditeurs. Cet homme vit avec une très belle jeune femme et il est entouré d'une famille aimante. Finalement il va se construire une vie somme toute agréable mais loin de ce qu'il envisageait. Au cours de sa lune de miel, à Paris, son épouse va lui offrir une vieille serviette en cuir découverte chez un antiquaire, pour dit-elle qu'il y mette son manuscrit. Ca…

Lisa Lyon

.. Lisa Lyon la sculpturale culturiste des années 80 pose pour vous ....





Quelques photographies supplémentaires ici, réservées à un public majeur.