Accéder au contenu principal

Superboy (Jeff Lemire)



... Prématurément stoppée pour cause de remaniement éditorial la série de onze numéros écrite par Jeff Lemire n'en constitue pas moins pour autant un excellent run.

Le Superboy dont il est question ici n'est pas l'alter ego de Clark Kent durant ses aventures adolescentes, même si l'entourage du personnage et son lieu de villégiature éveillera dans la mémoire du lecteur rompu à la geste du célèbre kryptonien des réminiscences ... mais n'allons pas trop vite.


Or donc, Conner Kent alias Superboy longtemps membre des Teen Titans décide de venir s'installer à Smallville chez la mère adoptive de Clark Kent. Jeune lycéen au Smallville High School il semble capter l'attention d'une jolie jeune fille Lori Luthor,  il est en outre l'ami de Simon Valentine un jeune rouquin par ailleurs excellent scientifique en herbe, et détective amateur prometteur puisqu'il a découvert l'identité secrète de Superboy. Le tableau ne serait pas complet si j'oubliais Krypto le super-chien.




Mais vous l'avez compris Conner Kent n'est pas un adolescent comme les autres ; s'il est un super-héros sous l'identité de Superboy il est aussi un clone, et pas n'importe lequel : il est le croisement de l'ADN de Superman et celui de Lex Luthor son ennemi juré. Vous voyez déjà le dilemme du jeune homme face à l'attention de Lori Luthor la nièce de Lex Luthor




Ce triumvirat si je puis dire sera rapidement rejoint par Psionic Lad un jeune visiteur du futur, et sera l'objet de l'attention de l'inquiétant Phantom Stranger.
J'évoquais en ouverture de mon billet l'arrêt prématuré de la série, elle a aussi été parasitée par un crossover qui traverse la série dans son  6. Un numéro largement dispensable si ce n'est les cinq premières pages a contrario indispensables, me semble-t-il.
Ainsi, malgré ces handicapes de taille Jeff Lemire, entouré d'une équipe artistique de talent, donne au jeune Superboy des aventures captivantes de bout en bout, parsemées ici et là de clins d'œil implicites à celles de Superman.




... Nonobstant ses qualités le passage de Lemire sur le titre laissera sur sa fin nombre de lecteurs tant l'arrêt du titre semble précipité, laissant des sous-intrigues prometteuses en terme de développement inachevées.
Il n'en demeure pas moins que ces 11 numéros valent largement le détour d'une lecture attentive qui se révélera, je n'en doute pas captivante. 


Le générique musical illustrant ce billet est extrait de The Music of Dc Comics : 75th Anniversary Collection : The Adventure of Superboy de John Gart.       

Commentaires

  1. Merci pour cet avis, Artemus. Dommage que Lemire n'ait pas eu le temps de clore son affaire correctement et surtout qu'il n'ait pas les commandes du Superboy au sein du New 52.

    RépondreSupprimer
  2. Oui bien dommage d'avoir en partie saboté ce qui s’annonçait comme une excellente série (du moins selon mes critères).
    Merci de ton passage Mathieu.

    RépondreSupprimer
  3. J'ai pas du tout suivi la série mais tu me donnes envie. DC publie un hardcover "Smallville Attacks" qui semble reprendre ces onze épisodes en décembre. Je vais encore attendre quelques mois et je me le prendrai en souple, quand il sortira.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Deathlok [Charlie Huston / Lan Medina]

Les remakes, relaunchs, reboots, voire les réécritures de « classiques » façon littérature de genre, sont devenus omniprésents dans le divertissement de masse. Rien qui ne puisse, un jour ou l'autre, se voir  « updater ».
En 2009-2010, c'est au tour de Deathlock, un personnage créé par Rich Buckler & Doug Moench pour Marvel [Pour en savoir +], et qui n'a jamais vraiment trouvé sa place chez l'éditeur des Avengers et consorts, de se voir offrir un nouveau tour de piste. C'est à Charlie Huston, auréolé de son run sur la série consacrée à Moon Knight, qu'on a commandé un scénario qui devra tenir sept numéros mensuels. Huston est, avant de travailler pour la Maison des idées™, d'abord connu pour ses romans. C'est via son agent littéraire qu'il a mis un pied dans la BD, au moment où Marvel recrutait en dehors de sa zone d'influence. Cela dit, il reconnaît une attirance pour la SF contractée dès son plus jeune âge ; et particulièrement pour les u…

Blues pour Irontown [John Varley / Patrick Marcel]

Ça commençait plutôt mal. 
L'idée d'un détective privé du futur, fondu de ses lointains confrères des années 1930, avait tout d'un Polaroid™ bien trop souvent photocopié. Mais peut-être que cet amour des privés made in Underwood© allait-il être de la trempe du fusil de Tchekhov ?
Si la présence, dès les premières pages, d'une « femme fatale », semble donner le ton. Si l'ombre porté du Faucon maltais ne fera que se renforcer. La profession de détective privé semble aussi utile à l'intrigue du roman qu'un cataplasme à la moutarde sur une jambe de bois. 

       Une intrigue qui, nonobstant le titre du roman, tient plus de la berceuse que du blues.   

Fort heureusement, John Varley gratifie son roman d'une très belle idée ; au travers du personnage nommé Sherlock. Rien qui ne rattrape totalement l'ennui profond d'une enquête poussive, et  au final, sans grand intérêt. Mais les chapitres racontés par ledit Sherlock sont les plus intéressants, les plus ém…