Accéder au contenu principal

Les Défenseurs (Marvel)


... Les années 69-70 sont un nexus à l'aura pour le moins pessimiste pour la bande dessinée américaine ; à la baisse des ventes s'ajoute une hausse des prix (qui certainement fera sourire aujourd'hui : de 12 cents le prix monte à 15 cents). Une combinaison pour le moins malheureuse qui entraîne quelques dommages collatéraux tels que la disparitions de quelques maisons d'édition, et pour les éditeurs qui ont les reins plus solides l'arrêt de certains titres.... dont celui du magicien de la Maison des Idées, en novembre 1969.


L'existence précède l'essence ... ou de peu.
Jean-Baptiste Botul


La revue Docteur Strange qui accueille le personnage éponyme s'arrête (au numéro 183) en laissant inachevée l'histoire en cours, toutefois Roy Thomas alors en charge du scénario termine cette aventure dans les pages de Sub-Mariner (n° 22) et dans celles d'Hulk (n° 126). Cette configuration inédite est probablement un facteur important dans ce qui donnera naissance après quelques années de gestation au groupe au non-groupe Les Défenseurs (The Defenders dans Marvel Feature #1 en décembre 1971) ;  dont les membres sont mais vous l'avez déjà deviné : le Docteur Strange, Hulk et Namor


Ce "non-groupe" connaîtra durant sa première aventure éditoriale 125 numéros et une composition incertaine avant qu'il ne se stabilise avec un noyau dur composé du maître des arts mystiques, du titan vert, de la Valkyrie et de Nighthawk  ...

À l'instar de l'instabilité de sa composition, cette équipe connaîtra une vie éditoriale incertaine de 1971 jusqu'à  .... nos jours puisque l'éditeur Marvel annonce le retour des Défenseurs dans une nouvelle combinaison :


   
Mais ce n'est pas sur cette future équipe ("futur" au moment où j'écris du moins) que j'ai jeté mon dévolu mais, sur la mini-série paru en 2008 sous les auspices d'une équipe créative composée de Casey, Muniz
Smith, Fabela & Comicraft (ainsi que Giffen sur les 2 premiers numéros).


... The Last Defenders se situe après le crossover Civil War, sur fond d'Initiative (c'est-à-dire que chaque Etat des U.S.A est protégé par une équipe de super-héros dûment formée et officiellement reconnue par le gouvernement étasunien). 


Ceci étant dit, se pose toujours pour quiconque veut écrire sur une "histoire" la question : "jusqu'où puis-je aller sans amoindrir l'impact de cette aventure sur un éventuel lecteur ayant lu mes propos ?". 
Je n'ai pas de réponse toute faite, mais dans le cas d’espèce, je vais tenter une approche oblique.


Le Temps comme structure de la possibilité et le passé en tant que possibilité à venir [..].
Jean-Paul Sartre


... Ainsi, s'il est clair que les causes produisent des effets saviez-vous que des effets peuvent être des causes (Emory Pollock) ; par exemple l'extrapolation de futurs sondages basés sur un audimat du passé, crée précisément dans le "présent" les compressions de budget et les réécritures qui en sont à l'origine (George Clayton). Toutefois il ne faut pas non plus perdre  de vue que le Temps (qui n'est pas la durée) ne se présente pas forcément sous une forme linéaire ; cette conception dont nous sommes prisonniers est certainement le corollaire de l'invention de l'écriture cursive mais là n'est pas la question. En d'autre termes le Temps a peut-être une autre "architecture" que celle que nous nous figurons.
En tout état de cause, et quelque soit sa "conformation", le Temps mais ici sous la forme d'une époque  engramme dans l'inconscient collectif un zeitgeist auquel les écrivains tels des chamans nous permettent d'accéder grâce à leurs récits. Et, à l'instar de Gaston Bachelard Joe Casey connait les propriétés des 4 Eléments (Cf. Empédocle d'Argrigente) dont la plus singulière n'est-elle pas d'être "[..] les hormones de l'imagination". 
Mais cependant en homme de son temps, Joe Casey n'ignore pas l'influence de la physique quantique sur cet Esprit du temps évoqué supra, une science dont la problématique centrale reste celle de l'Observateur. 
Un observateur dont on dit que les "interventions perturbent le système observé" et dont "la représentation du monde change en fonction des résultats de mesure dont il dispose" (Voir Eric Picholle & Ugo Bellagamba  in Solutions non satisfaisantes). Tout un programme que s'ingénient à rendre extrêmement captivant Joe Casey et l'équipe artistique à ses côtés....  


Une belle réussite qui ne demande qu'à être observée par vos soins.




PS : Si dans le cas de la physique quantique l'observateur perturbe le système observé, dans la physique éditoriale un éditeur peut également perturber le système observé. Pour vous en convaincre je vous propose la rencontre entre Les Défenseurs et les Vengeurs paru dans Étranges Aventures n° 49 et prochainement (re)publiée par Panini :   
CODE

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Killing Joke [USA Magazine n°36]

En septembre 1988, le Joker fait la couverture de « USA Magazine », magazine publié sous la direction de Fershid Bharucha. Cette illustration est, nous dit Brian Bolland « une étude dessinée à Paris (avec des marqueurs en fin de vie, (...)). Le dessinateur italien Tanino Liberatore en a tiré une version peinte (...). »
Dans ce même numéro, en complément de la parution de l'épisode du mois de Killing Joke, alors pré-publié sous le titre de  Souriez, Jean-Paul Jennequin livre un article de  deux pages :
C'est tout pour aujourd'hui ! 
(Tous mes remerciements à Albert.)

Breach [Bob Harras / Marcos Martin]

Brève série de 11 numéros, Breach à l'immense avantage de pourvoir être lue sans connaissances préalables de ce qu'il est plus ou moins convenu d'appeler l'univers DC Comics. Envisagé comme une relance de Captain Atom, un personnage qui a notamment fait partie de l'écurie Charlton et a servi de modèle au Dr Manhattan, le personnage éponyme endossera finalement les atours du nouveau venu. 
Création de Bob Harras et de Marcos Martin, cette pourtant excellente série n'a visiblement pas été très soutenue par l'éditeur et, conséquences inévitables, n'a pas trouvé son lectorat. Je fais d'ailleurs partie de ceux qui sont passés totalement à coté.
Sacrifiée sur l'autel de la rentabilité, Breach mérite pourtant qu'on lui prête attention. 

       Le premier numéro, de 28 planches (extra-sized) donne d'ailleurs immédiatement le ton.
Plongé directement dans l'action, le lecteur découvre que l'articulation de la série se fera au travers d'un

Le jeu de la damnation [Clive Barker / Jean-Daniel Brèque]

« Rien n'est plus terrifiant que de donner à imaginer quelques abominations tapies derrière une porte, pour ne surtout jamais l'ouvrir, au risque de décevoir le lecteur. Car son imagination sera toujours plus fertile que les terribles images que s'échine à y injecter le conteur ».
Frappé au coin du bon sens, cet évangile de l'horreur dispensé depuis la ville de Providence dans l'État du Rhode Island, en 1979 par William F. Nolan, est cependant devenu obsolète depuis que des auteurs de l'envergure de Clive Barker ont mis un pied dans le genre.
« Le jeu de la damnation », traduit par Jean-Daniel Brèque en est un exemple frappant. Je dirais même que sans « les terribles images » qu'y injecte Clive Barker, ce roman ne serait pas ce qu'il est. 

            En effet le natif de Liverpool s'inspire ici d'un conte populaire bien connu, dont le titre du roman ne fait pas mystère du thème, et qui tient tout entier son intérêt dans l'imagination fertile …