Accéder au contenu principal

Les Vengeurs, le Temps & Frank Zappa


... Je suis en train de (re)lire Avengers Forever de Busiek, Stern, Pacheco, Merino & Oliff ; je passe outre la trame de l'histoire pour m'attarder brièvement sur l'aspect artistique de l'entreprise (un jugement qui aura aussi le mérite de la brièveté ) : MAGNIFIQUE !


... Ceci étant dit, vous le savez surement Avengers Forever explore les méandres du Temps, indépendamment de ma volonté cette succincte description de l'aventure qui occupe les Vengeurs utilise l'image des "méandres" imposant à l'esprit une analogie avec le fleuve, avec ce qui s'écoule, pour le dire simplement : une conception héraclitéenne du Temps.


Cependant, d'autres compréhension du Temps sont possibles. Ainsi Frank Zappa nous explique-t-il la sienne maintenant/ en 1992 .... 

- Je pense que tout arrive tout le temps, dit-il, et que la seule raison qui nous fait penser le temps de manière linéaire est due aux conditionnement. C'est à cause de cette idée humaine : il y a un début et il y a une fin. Je pense que cela n'est pas forcément vrai. Essayer de penser le temps comme une constante, une constante sphérique. Tout arrive tout le temps, a toujours été et sera toujours.
- Donc cette tasse à café ... reprend Matt Groening.


- A toujours été remplie, et a toujours été vide.
- A toujours été bue, et toujours été chaude ...
- Et elle a toujours été jetée et un gars l'a toujours peinte et ainsi de suite ...
- Pourquoi cette tasse vide a un sens pour moi ?

- Je ne sais pas [..]. on s'arrange avec le temps de manière pratique. Nous avons divisé notre univers personnel et notre style de vie de manière à ce qu'il soit régi par des tranches de temps et nous avançons jour après jours et nous apprenons seulement à découvrir nos limites. C'est une convention humaine. Ce n'est pas, en ce qui me concerne, une bonne explication de la façon dont les choses marchent. C'est uniquement la façon dont les humains se l'expliquent. Cela semble aussi vrai pour moi que le fait que tout arrive tout le temps. Et le fait que votre tasse de café soit pleine ou non ne prouve rien.
Voici une autre façon de l'expliquer : une chose dépend plus souvent de l'instant où elle est faite que de n'importe quel autre truc. Vous ne pouvez pas définir correctement une chose avant de comprendre le quand elle est.
Le statut de la tasse dépend de l'instant où vous l'avez examinée [..]. 
- Quelles sont donc les limites de notre compréhension du sens de nos vies ?
- Pourquoi auriez-vous à vous en soucier ? Je pense que l'instant est une chose importante mais "Qu'est-ce qu'on en a à foutre ?" est aussi une excellente question à poser. Après tout pourquoi s'en tracasser ? 
[...]

Économie Eskimo le rêve de Zappa


America Drinks and Goes Home : THE MOTHERS OF INVENTION


... Bien sûr les Vengeurs voient ça d'un autre œil.

Commentaires

  1. peut etre mon comics préféré de tout les temps
    oui meme devant ceux du " maitre de southanpton " et l' écossais bargeot

    RépondreSupprimer
  2. tu l' as jamais lu ? attention mon avis est totalement subjectif, mais c' est une des rares mini séries que j' ai relue plusieurs fois, mais si artie la reli aussi, c' est qu' il doit y avoir une raison
    et c' est vrai que les dessins de pacheco sont les plus beaux qu' il ait fait, je devenu fan de ce dessinateur avec cette mini

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

The Words

...The Words (Les Mots) est un film qui avait tout pour me séduire : le roman en tant qu'élément principal, des acteurs que j'aime bien ; Dennis Quaid, Jeremy Irons, J. K. Simmons et Bradley Cooper. Éléments supplémentaire l'histoire se révèle être une histoire dans l'hisitoire. Ou plus exactement un roman à propos de l'écriture d'un roman, écrit par un autre ; entre fiction et réalité. 

Je m'explique.

Clay Hammon fait une lecture public de son dernier livre The Words dans lequel un jeune auteur, Rory Jansen, en mal de reconnaissance tente vaille que vaille de placer son roman chez différents éditeurs. Cet homme vit avec une très belle jeune femme et il est entouré d'une famille aimante. Finalement il va se construire une vie somme toute agréable mais loin de ce qu'il envisageait. Au cours de sa lune de miel, à Paris, son épouse va lui offrir une vieille serviette en cuir découverte chez un antiquaire, pour dit-elle qu'il y mette son manuscrit. Ca…

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spiroude 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par Philippe Manœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant. Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82.

Bonne lecture.







Lisa Lyon

.. Lisa Lyon la sculpturale culturiste des années 80 pose pour vous ....





Quelques photographies supplémentaires ici, réservées à un public majeur.