Accéder au contenu principal

Les Vengeurs, le Temps & Frank Zappa


... Je suis en train de (re)lire Avengers Forever de Busiek, Stern, Pacheco, Merino & Oliff ; je passe outre la trame de l'histoire pour m'attarder brièvement sur l'aspect artistique de l'entreprise (un jugement qui aura aussi le mérite de la brièveté ) : MAGNIFIQUE !


... Ceci étant dit, vous le savez surement Avengers Forever explore les méandres du Temps, indépendamment de ma volonté cette succincte description de l'aventure qui occupe les Vengeurs utilise l'image des "méandres" imposant à l'esprit une analogie avec le fleuve, avec ce qui s'écoule, pour le dire simplement : une conception héraclitéenne du Temps.


Cependant, d'autres compréhension du Temps sont possibles. Ainsi Frank Zappa nous explique-t-il la sienne maintenant/ en 1992 .... 

- Je pense que tout arrive tout le temps, dit-il, et que la seule raison qui nous fait penser le temps de manière linéaire est due aux conditionnement. C'est à cause de cette idée humaine : il y a un début et il y a une fin. Je pense que cela n'est pas forcément vrai. Essayer de penser le temps comme une constante, une constante sphérique. Tout arrive tout le temps, a toujours été et sera toujours.
- Donc cette tasse à café ... reprend Matt Groening.


- A toujours été remplie, et a toujours été vide.
- A toujours été bue, et toujours été chaude ...
- Et elle a toujours été jetée et un gars l'a toujours peinte et ainsi de suite ...
- Pourquoi cette tasse vide a un sens pour moi ?

- Je ne sais pas [..]. on s'arrange avec le temps de manière pratique. Nous avons divisé notre univers personnel et notre style de vie de manière à ce qu'il soit régi par des tranches de temps et nous avançons jour après jours et nous apprenons seulement à découvrir nos limites. C'est une convention humaine. Ce n'est pas, en ce qui me concerne, une bonne explication de la façon dont les choses marchent. C'est uniquement la façon dont les humains se l'expliquent. Cela semble aussi vrai pour moi que le fait que tout arrive tout le temps. Et le fait que votre tasse de café soit pleine ou non ne prouve rien.
Voici une autre façon de l'expliquer : une chose dépend plus souvent de l'instant où elle est faite que de n'importe quel autre truc. Vous ne pouvez pas définir correctement une chose avant de comprendre le quand elle est.
Le statut de la tasse dépend de l'instant où vous l'avez examinée [..]. 
- Quelles sont donc les limites de notre compréhension du sens de nos vies ?
- Pourquoi auriez-vous à vous en soucier ? Je pense que l'instant est une chose importante mais "Qu'est-ce qu'on en a à foutre ?" est aussi une excellente question à poser. Après tout pourquoi s'en tracasser ? 
[...]

Économie Eskimo le rêve de Zappa


America Drinks and Goes Home : THE MOTHERS OF INVENTION


... Bien sûr les Vengeurs voient ça d'un autre œil.

Commentaires

  1. peut etre mon comics préféré de tout les temps
    oui meme devant ceux du " maitre de southanpton " et l' écossais bargeot

    RépondreSupprimer
  2. tu l' as jamais lu ? attention mon avis est totalement subjectif, mais c' est une des rares mini séries que j' ai relue plusieurs fois, mais si artie la reli aussi, c' est qu' il doit y avoir une raison
    et c' est vrai que les dessins de pacheco sont les plus beaux qu' il ait fait, je devenu fan de ce dessinateur avec cette mini

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Deathlok [Charlie Huston / Lan Medina]

Les remakes, relaunchs, reboots, voire les réécritures de « classiques » façon littérature de genre, sont devenus omniprésents dans le divertissement de masse. Rien qui ne puisse, un jour ou l'autre, se voir  « updater ».
En 2009-2010, c'est au tour de Deathlock, un personnage créé par Rich Buckler & Doug Moench pour Marvel [Pour en savoir +], et qui n'a jamais vraiment trouvé sa place chez l'éditeur des Avengers et consorts, de se voir offrir un nouveau tour de piste. C'est à Charlie Huston, auréolé de son run sur la série consacrée à Moon Knight, qu'on a commandé un scénario qui devra tenir sept numéros mensuels. Huston est, avant de travailler pour la Maison des idées™, d'abord connu pour ses romans. C'est via son agent littéraire qu'il a mis un pied dans la BD, au moment où Marvel recrutait en dehors de sa zone d'influence. Cela dit, il reconnaît une attirance pour la SF contractée dès son plus jeune âge ; et particulièrement pour les u…

Blues pour Irontown [John Varley / Patrick Marcel]

Ça commençait plutôt mal. 
L'idée d'un détective privé du futur, fondu de ses lointains confrères des années 1930, avait tout d'un Polaroid™ bien trop souvent photocopié. Mais peut-être que cet amour des privés made in Underwood© allait-il être de la trempe du fusil de Tchekhov ?
Si la présence, dès les premières pages, d'une « femme fatale », semble donner le ton. Si l'ombre porté du Faucon maltais ne fera que se renforcer. La profession de détective privé semble aussi utile à l'intrigue du roman qu'un cataplasme à la moutarde sur une jambe de bois. 

       Une intrigue qui, nonobstant le titre du roman, tient plus de la berceuse que du blues.   

Fort heureusement, John Varley gratifie son roman d'une très belle idée ; au travers du personnage nommé Sherlock. Rien qui ne rattrape totalement l'ennui profond d'une enquête poussive, et  au final, sans grand intérêt. Mais les chapitres racontés par ledit Sherlock sont les plus intéressants, les plus ém…