Accéder au contenu principal

L'Homme-Multiple

-... On ne peut pas être au four et au moulin nous dit-on, sauf pour Jamie Madrox alias l'Homme-Multiple.


... Je viens de recommencer la série que Peter David consacre à Jamie Madrox par les cinq numéros qui constituent l'arc Multiple Choice (également disponible en français dans la revue Astonishing X-Men dés le n°12 chez Panini) où l'on voit un Jamie Madrox qui s'est mis en tête de devenir détective privé.

Dashiel Hammett : Les conseils d'un maître

... Hammett insistait toujours sur l'importance d'écrire avec clarté et concision, et surtout de raconter une histoire. Il nous prévint de nous méfier de l'atmosphère et des personnages si ceux-ci ne s'intégraient pas à l'intrigue. Une action qui progresse vers sa conclusion emportera toujours l'adhésion du lecteur, alors que des détours l'éloigneront de l'histoire et lui feront perdre tout intérêt pour elle. Hammett admettait que certains écrivains parviennent à se tirer de ce guêpier grâce à leur technique ou de leur talent, mais que le débutant y laisse des plumes. "Connaissez à fond votre histoire," disait-il, "et racontez-l, éliminez tout le reste sauf raconter votre histoire."
... D'après lui, il faut que votre intrigue soit parfaitement claire dans votre esprit, y compris son dénouement ; surtout ne commencez pas un récit sans avoir de fin. [..]
... Beaucoup d'écrivains en herbe suivirent son conseil : situer l'intrigue dans leur propre milieu social. Selon Hammett, cela vous aide de plusieurs manières : un réalisme accru pour le lecteur et, pour l'auteur, une perception plus claire du décor de son intrigue et des mouvements de ses personnages.
[....]
... Naturellement, une connaissance du background représente un atout, pas une obligation. Hammett nous fit remarquer qu'un lieu qui semble peu attractif à l'écrivain - tel un drugstore, une usine textile ou une mine de charbon - pourrait paraître unique et neuf aux yeux d'un éditeur, ce qui est toujours un bon moyen de lui faire lire, puis acheter un texte. Devenu célèbre, Hammett décida un jour de s'amuser en écrivant un récit qui briserait virtuellement toutes les règles établies du genre. Le détective tomberait amoureux d'une femme qui serait la meurtrière. Il vivrait avec elle avant de la dénoncer à la police. Un des "méchants" serait gras, un autre légèrement homosexuel. Il ignorait s'il parviendrait à vendre un jour ce roman, mais il se serait au moins amusé en l'écrivant.
... Le livre en question est Le Faucon de Malte.
[...]

Sam S. Baker in POLAR : MODE D'EMPLOI


... Détective à l'agence Pinkerton Hammett partage donc un point commun avec Jamie Madrox, mais aussi  avec Peter David le scénariste de cette histoire (et même plusieurs points communs dans le cas de ce dernier [-_ô]). Car David n'hésite jamais à subvertir les lois du genre comme a pu le faire Hammett en son temps pour son Faucon de Malte, ce qui amène dans le cas de la série Madrox une bonne dose d'humour et de surprises.


 ... Humour encore quant à la relation que Jamie Madrox entretien avec ses doubles, ici Peter David est en terrain connu puisqu'il a déjà joué de cet artifice : les personnalités multiples, lors de son long passage sur la série Hulk.

Cliquez

... Alors même qu'il se faisait plutôt discret jusqu'à ces dernières années (du moins en France) l'Homme Multiple est depuis ses premières apparitions l'un de mes personnages favoris, et je trouve que Peter David exploite avec beaucoup de brio son pouvoir de mutant ; ce qui offre par ailleurs au personnage l'opportunité d'occuper sinon une place de premier plan, du moins un chouette strapontin.
Position enviable il me semble, chez les grands éditeurs puisqu'elle permet souvent d'éviter les "grands événements" du genre crossover, ou d'en limiter l'influence sur les séries dites de "second plan".   


Un pouvoir donc,  guère éloigné me semble-t-il de l'Aubaine telle que définie par Pierre-Joseph Proudhon contexte politico-économique mis à part, mais je laisse la parole à Michel Onfray ....




Et d'aubaine il en est question aussi pour le lecteur tant cette aventure en cinq numéros me semble en être une !

Mais qu'en est-il de l'histoire ?

sachez que ce n'est pas à un vieux singe comme Jamie Madrox qu'on apprend à faire la soupe à la grimace.  
Dont acte !

(À suivre ...)

Commentaires

  1. à la question de savoir quel pouvoir j'aimerai avoir, celui de l'homme multiple est sans doute le plus utile : on se clone plusieurs fois, ils (les clones) apprennent plein de choses différentes et hop on réassimile tout. Plus fort que " ma femme, mes doubles et moi" niveau gain de temps et de fun !

    RépondreSupprimer
  2. Une excellente série X. Peut être même la meilleure... (malheureusement, quelques cross-overs inutiles m'en ont fait décrocher...)

    Par contre, je ne pense pas que David subvertisse le genre - il lui rend plutôt hommage (avec beaucoup de finesse, ce qui n'est pas donné à tous), donc en respecte les règles.
    (et lorsque j'écris 'le genre', je pense à celui enfanté par Hammett, lorsqu'il jeta le vase dans le caniveau, transformant le roman policier bourgeois en roman noir moderne... il existe d'ailleurs un excellent texte d'étude sur Hammett - tu le connais peut être - c'est celui de Francis Lacassin, Dashiell Hammett ou la littérature à haute tension, paru dans le second volume de la Mythologie du Roman Noir (chez 10/18)...)

    RépondreSupprimer
  3. Oui tiens, bonne idée : je vais remettre la main sur les deux volumes de Lacassin, d'autant que j'avais oublié la partie consacrée à Hammett.

    Merci du tuyau, amigo !

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Deathlok [Charlie Huston / Lan Medina]

Les remakes, relaunchs, reboots, voire les réécritures de « classiques » façon littérature de genre, sont devenus omniprésents dans le divertissement de masse. Rien qui ne puisse, un jour ou l'autre, se voir  « updater ».
En 2009-2010, c'est au tour de Deathlock, un personnage créé par Rich Buckler & Doug Moench pour Marvel [Pour en savoir +], et qui n'a jamais vraiment trouvé sa place chez l'éditeur des Avengers et consorts, de se voir offrir un nouveau tour de piste. C'est à Charlie Huston, auréolé de son run sur la série consacrée à Moon Knight, qu'on a commandé un scénario qui devra tenir sept numéros mensuels. Huston est, avant de travailler pour la Maison des idées™, d'abord connu pour ses romans. C'est via son agent littéraire qu'il a mis un pied dans la BD, au moment où Marvel recrutait en dehors de sa zone d'influence. Cela dit, il reconnaît une attirance pour la SF contractée dès son plus jeune âge ; et particulièrement pour les u…

Blues pour Irontown [John Varley / Patrick Marcel]

Ça commençait plutôt mal. 
L'idée d'un détective privé du futur, fondu de ses lointains confrères des années 1930, avait tout d'un Polaroid™ bien trop souvent photocopié. Mais peut-être que cet amour des privés made in Underwood© allait-il être de la trempe du fusil de Tchekhov ?
Si la présence, dès les premières pages, d'une « femme fatale », semble donner le ton. Si l'ombre porté du Faucon maltais ne fera que se renforcer. La profession de détective privé semble aussi utile à l'intrigue du roman qu'un cataplasme à la moutarde sur une jambe de bois. 

       Une intrigue qui, nonobstant le titre du roman, tient plus de la berceuse que du blues.   

Fort heureusement, John Varley gratifie son roman d'une très belle idée ; au travers du personnage nommé Sherlock. Rien qui ne rattrape totalement l'ennui profond d'une enquête poussive, et  au final, sans grand intérêt. Mais les chapitres racontés par ledit Sherlock sont les plus intéressants, les plus ém…