Accéder au contenu principal

Leave it to Chance


... La ville de Devil's Echo peut compter sur son protecteur Lucas Falconer, pour la protéger des différents dangers qui peuvent la menacer. Ainsi dernièrement Lucas Falconer s'est-il opposé avec succès au démon Polgonis, car oui, dans la ville de Devil's Echo la magie a cours et elle peut compter sur la famille Falconer pour la protéger. 
C'est d'ailleurs une tradition familiale, dés que le fils de la famille atteint ses quatorze ans il devient l'apprenti de son père dans les arts magiques.
Devenir le protecteur de la ville et devenir l'apprenti de son père est le rêve de Chance qui vient justement d'avoir quatorze ans. Seul problème cette charge ne revient qu'au garçon de la famille, et Chance de toute façon est fille unique.  


Mais c'est mal connaitre la jeune fille que de croire qu'elle va se satisfaire du sermon de son père. D'ailleurs par chance ? se présente un cas auquel son père ne peut accorder toute son attention, et l'adolescente de saisir la balle au bon  et de mener son enquête, l'insu de son père, sur l'étrange disparition de la fille d'un Shaman.


... Sur fond d'élections municipales, de gangsters, de démons & merveilles James Robinson & Paul Smith nous racontent une bien sympathique aventure. Mêlant habilement magie, politique et milieux interlope on y suit les premiers pas de Chance Falconer, jeune fille qui tente de prouver à son père qu'elle est capable d'endosser la tradition familiale de protecteur de Devil's Echo

Les dessins de Paul Smith très kawaï pour le coup, sont un enchantement. On retrouve par ailleurs le motto que James Robinson avait utilisé dans sa magnifique série Starman : la famille, et corolaire la transmission (ou non) d'un héritage.

Si Chance Falconer est à l'honneur tout au long des quatre premiers numéros, les auteurs n'oublient pas de l'entourer de quelques personnages de caractère qui loin de faire tapisserie apportent leur pierre à l'édifice en construction. 


... Un bien joli début pour cette série, qui a me semble-t-il été en partie traduite par les éditions SEMIC.

(À suivre ...)

Commentaires

  1. Je confirme pour Semic, j'ai le premier tome dans ma collec. J'ignore s'il a été suivi d'un deuxième...

    RépondreSupprimer
  2. J'ai adoré ce premier tome mais la sortie en trois magnifiques volumes grand format chez Image en VO m'a permis d'en lire l'intégralité. Il y a eu aussi un dernier n°, le 13 ! Je compte traduire l'intégrale des épisodes manquants sur le forum où j'officie !

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®