Accéder au contenu principal

La Flèche et le Flambeau

Jacques Tourneur 1950

... Si les irréductibles gaulois d'un village qui en 50 avant J-C tenaient tête aux romains, avaient rencontré les Merry Men de la forêt de Sherwood leurs enfants auraient sans nul doute ressemblé à la troupe de Dardo, lui qui s'est opposée aux exactions d'un despote au service de Fréderic Barberousse (1122 - 1190) en Italie septentrionale. 

Voilà pour le contexte.


Nonobstant, qu'en est-il du sous-texte ?

Dardo (Burt Lancaster) véritable catalyseur des cause et des effets (qui s'inscrit néanmoins dans un ensemble qui l'englobe : la politique du comte Ulrich) est un montagnard dont la devise a probablement influencé Nietzche quand ce dernier a déclaré : Il m'est odieux de suivre autant que de guider !

Mais les circonstances vont contraindre Dardo à mettre de l'eau dans son vin quant à son individualisme, et l'obliger à s'opposer au conte Ulrich par ailleurs unis à son ex-femme. Soulignons cependant que c'est Dardo lui-même qui mettra le feu aux poudres.

Le comte Ulrich alias Frank Allenby
L'intrigue du film ainsi résumée fait indéniablement apparaître Dardo comme une vivante incarnation du Cycle héroïque des Winnebagos.   

... C'est au professeur Paul Radin, dés 1912, que l'on doit d'avoir découvert chez les Winnebagos qui vivaient dans le Nebraska quatre cycles distincts dans l'évolution du mythe du héros : le cycle du Trickster, le cycle de Hare, le cycle de Red Horn, et le cycle de Twin.

Le Trickster est certainement l'incarnation la plus connue du Cycle ...,  et pour cause il s'agit là d'un bel exemple de mème (voir par exemple le Joker).





Dardo est un personnage qui a la particularité de synthétiser la presque totalité des quatre aspects du Cycle .. tel qu'envisagé par Paul Radin.

[...] Trickster est un personnage dominé par ses appétits. Il a la mentalité d'un enfant. Comme il n'a pas d'autre but que la satisfaction de ses besoins les plus élémentaire il est cruel, cynique et insensible. ( Nos histoires [..] du Roman de Renart perpétuent l'essentiel du mythe de Trickster). [..] 
Dardo l'insensible qui n'hésite pas à attacher son otage
Le second personnage est Hare. Lui aussi, comme Trickster (souvent représenté par les Indiens sous les traits d'un coyote), à d'abord une forme animal [..] il semble être le créateur de la culture, "celui qui transforme". Les Winnebagos croient qu'en leur donnant leur célèbre rite chamanique, il est devenu leur sauveur, en même temps que leur culture-hero [..].

Red Horn, [..] correspond à l'archétype du héros triomphant d'épreuves telles que la course ou la guerre. Son pouvoir surhumain apparaît lorsqu'il l'emporte sur des géants, soit par la ruse [..], soit par la force. Il a un compagnon redoutable en la personne d'un oiseau-tonnerre, [..] dont la force compense les défaillance éventuelles de Red Horn.
L'homme et ses Symboles
Conçu & réalisé par C.G Jung 

Nick Cravat alias Piccolo
Si Red Horn peut compter sur Storm-as-he-walks (Orage-qui-marche) le nom de l'oiseau-tonnerre, Dardo peut compter sur l'indéfectible amitié de Piccolo et sur son aide tout aussi indéfectible même face aux pires dangers, surtout face aux pires dangers devrais-je dire. 

... L'amitié qui lit Dardo et Picollo se confond avec une inquiétante étrangeté avec celle qui unit Burt Lancaster et Nick Cravat. 

Tous les deux se sont rencontrés alors qu'ils étaient jeunes et ils devinrent amis pour longtemps, ils créèrent ensemble un duo acrobatique qui se produisit notamment au débuts des années 30 au sein du cirque Kay Brothers. Leur habileté acrobatique est d'ailleurs majestueusement démontrée  dans La Flèche et le Flambeau. Nick Cravat tournera plusieurs films avec Burt Lancaster et dans au moins deux d'entre eux il interprète un personnage muet à cause dit-on, de son fort accent de Brooklyn
Cette particularité est par ailleurs une force dans La Flèche et le Flambeau où  Nick Cravat, véritable lutin bondissant, donne à voir des scènes particulièrement amusantes et surtout pleines de poésie (et de gestes).

Nick Cravat décédé en 1994 est enterré au Valhalla Memorial Park Cemetery, le Valhalla cela ne s'invente pas. 

   
... Or donc, si Dardo incarne trois des cycles chers à Paul Radin (même s'ils ne sont pas aussi tranchés pour Dardo que tels qu'ils apparaissent dans L'Homme et ses Symboles) au cours de l'aventure qu'il vit à l'écran ; maitrisant aussi bien les sauts périlleux que les sauts de paradigme ... il a aussi plus d'une corde à son arc.

La Comedia del Chaos
Et plus d'une chemise à son répertoire, et ce choix vestimentaire n'a rien d'anodin : tout d'abord le vert couleur qu'arbore Dardo la majeure partie du temps, et  dont Michel Pastoureau nous dit que jusqu'aux XVIIième siècle il a  manifesté un caractère transgressif, turbulent (voir mes billets sur Hulk par exemple) et qui est une couleur qui opère une étonnante fusion entre technique (quelque soit la technique le vert est instable, parfois dangereux) et symbolique ; le vert représente tout ce qui bouge, change, varie. Le vert est la couleur du hasard, du jeu, du destin, du sort, de la chance.On a pris l'habitude de représenté en verdâtre (dés les premières minutes du film Dardo apparaît justement dans une tenue verdâtre, descendant des montagnes) les mauvais esprit, démons, dragons.

À cette couleur notre héros ajoutera l'Étoffe du diable (titre d'un livre de Michel Pastoureau, encore) autrement dit un habit rayé.

Dardo la guêpe ?

Une tenue qui fait sens avec le triptyque Trickster-Hare-Red Horn puisque la rayure médiévale était alors cause de désordre et de transgression, cela est également vrai pour les animaux, dont le pelage  qu'il soit rayé ou  tacheté,  sont des créatures qu'il faut redouter. Ainsi le léopard médiéval, qui n'a que peut de rapport avec le félin véritable du même nom, représente toujours symboliquement un mauvais lion -, voleur [..], rusé comme [..] la guêpe, diabolique [..]. (Cf. L'Étoffe du diable de M. Pastoureau).

Virginia Mayo

... J'ai commencé en proposant une lecture du film au travers du Cycle héroïque des Winnebagos de Paul Radin dont la première étape passe par le Trickster souvent représenté par un coyote (une araignée ou encore un corbeau), et je termine par le léopard médiéval son cousin européen dirait-on ; la boucle est bouclée merci de votre attention.


La FIN ? Est-ce bien sûr !?


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®