Accéder au contenu principal

Gwangi

... Si vous avez lu la série Avengers Forever vous vous souvenez peut-être qu'une partie des Vengeurs se rend en 1873 dans la bonne ville de Tombstone et qu'au détour d'une rue poussiéreuse apparait un dinosaure ...


Et si .. ?

... Que se serait-il passé si contrairement à ce que laisse entendre Kang, ce denier n'avait pas rendu à l'ère préhistorique ce monstre antédiluvien ?


... Tout cinéphile (nous resterons sur le terrain cinématographique pour plus de commodité dans un premier temps)  ne peut manquer d'établir des rapprochements entre La Vallée de Gwangi et au moins deux œuvres qui lui sont antérieures : Le Monde Perdu (1925) &  King Kong (1933) ; ces trois films exploitent l'irruption dans notre quotidien de ce qu'il est convenu d'appeler (pour rester dans le domaine de l'éthologie [-_ô]) un Cygne Noir
C'est à dire selon Nassim Nicholas Taleb :

Un événement imprévisible qui a une faible probabilité d'arriver mais qui, s'il se réalise a des conséquences considérables et exceptionnelles.
Ici il s'agit de l'apparition à une époque qui ne devrait plus en compter de monstres préhistoriques ou dans le cas de Kong d'un "chaînon manquant", si je puis dire. Or donc cette proximité de La vallée de Gwangi avec ces deux homologues nuit-elle au plaisir que j'ai eu à regarder celui-ci ?

Que nenni, La vallée de Gwangi possède son propre charme tout à fait capable de captiver quiconque veut bien se laisser embarquer sur "l'océan mythique qui baigne notre inconscient collectif" (Lauric Guillaud). 


... Ce n'est ni un haut plateau du Brésil ou encore une île perdue qui va servir de terrain d'exploration mais un coin perdu du côté du Rio Grande au tournant du 19ième siècle, une période que les aficionados appellent encore le Western.


Un Western que je qualifierais cependant de "doux", tant les rugissements de Gwangi surpassent en décibel  et en fréquence les aboiements des six-coups et autres Winchesters, il faut dire que le héros du film est plutôt un Barnum aux petits pieds qu'un pistolero aguerri. Heureusement la jeune héroïne est du genre à mener sa barque contre vents et maris (potentiels), une femme de tempérament qui ne s'en laisse pas compter.

 
Science sans conscience ...
 
... C'est d'un côté l'appât du gain et l'autre celui de la renommé scientifique qui va précipiter la chute de la Vallée Interdite, et ce malgré les avertissements de la brujeria Tia Zorina.


... Vanité et cupidité, deux péchés capitaux qui vont provoquer la Chute ; où le Jardin d'Éden n'est autre que cette Vallée Interdite et Gwangi celui qui va devoir expier nos fautes. Car oui vous l'avez dores et déjà deviné La Vallée de Gwangi est aussi un gloubiboulga discordien dans lequel Gwangi l'allosaure remplace King Kong qui est mort pour nos péchés (Cf. Les Principia Discordia)  ... dans un éternel Ragnarök !

KING KONG DIED FOR OURS SINS
On arrive à observer énormément
simplement en regardant.
Yogi Berra

Vous voilà tout dubitatif, que vient faire le Discordianisme dans cette Vallée de Gwangi vous demandez-vous ?


Mais rappelez-vous lorsque la jeune & belle écuyère se précipite avec son cheval Omar dans la piscine elle ouvre de fait, un nouveau "tunnel de réalité" tout comme son illustre prédecessoeur Alice ...  CQFD   FNORD.


Un tunnel de réalité où Gwangi dérobe sans coup férir la vedette (ou plus poétiquement dirais-je : "le feu des stars") à tous les acteurs de chair et de sang de ce très sympathique film, et dont l'étincelle vitale lui est insufflée par nul autre que Ray Harryhausen ; c'est dire s'il n'en manque pas, de vitalité.


Gwangi Forever & joyeuse Pâques !

Merci encore à Patrice Gelinet & à Eddy Mitchell de prêter leur voix à ce billet, sans oublier H & M.

Commentaires

  1. Gwangi, c'est surtout le mariage (réussi) de deux genres, le western et le film de monstre, et il participe de cette volonté de revitaliser deux genres en les mariant, ce qui ne peut qu'enchanter nos petits cœurs de geeks. (A signaler, The beast of Hollow moutains qui joue sur le même registre.)

    RépondreSupprimer
  2. "KING KONG DIED FOR OURS SINS"


    Tu...

    Tu es pire que moi.


    **plante un genou en terre en haletant comme un asthmatique en manque de ventoline et rajuste son casque noir**

    Mon maître....

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spiroude 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par Philippe Manœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant. Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82.

Bonne lecture.







The Words

...The Words (Les Mots) est un film qui avait tout pour me séduire : le roman en tant qu'élément principal, des acteurs que j'aime bien ; Dennis Quaid, Jeremy Irons, J. K. Simmons et Bradley Cooper. Éléments supplémentaire l'histoire se révèle être une histoire dans l'hisitoire. Ou plus exactement un roman à propos de l'écriture d'un roman, écrit par un autre ; entre fiction et réalité. 

Je m'explique.

Clay Hammon fait une lecture public de son dernier livre The Words dans lequel un jeune auteur, Rory Jansen, en mal de reconnaissance tente vaille que vaille de placer son roman chez différents éditeurs. Cet homme vit avec une très belle jeune femme et il est entouré d'une famille aimante. Finalement il va se construire une vie somme toute agréable mais loin de ce qu'il envisageait. Au cours de sa lune de miel, à Paris, son épouse va lui offrir une vieille serviette en cuir découverte chez un antiquaire, pour dit-elle qu'il y mette son manuscrit. Ca…

Lisa Lyon

.. Lisa Lyon la sculpturale culturiste des années 80 pose pour vous ....





Quelques photographies supplémentaires ici, réservées à un public majeur.