Accéder au contenu principal

Sherloka Kholmsa i doktora Vatsona



Vassily Livanov

... Le début de ce premier épisode, qui nous narre la rencontre du docteur Watson et de Sherlock Holmes est assez déstabilisant. On dirait la série L'inspecteur Derrick transplantée au 221 B Baker Street, dans un Londres parallèle où les personnages s'expriment en russe.

Oui vous l'avez d'ores et déjà compris, il s'agit de la série soviétique consacrée au héros d' Arthur Conan Doyle diffusée en U.R.S.S à la fin des années 70 et au début des années 80 derrière ce qu'il était encore convenu d'appeler le Rideau de fer brrrr !! C'est par l'entremise du Captain Midnight que j'ai eu accès à cette rareté (en VOSTFR s'il-vous-plaît). Merci Captain !  


Ajoutez à la description que je vient de faire une ambiance très pesante ; si je ne savais pas qu'il s'agissait de la rencontre entre Watson et de Holmes j'aurais pensé qu'il allait y avoir un meurtre dont la victime aurait été l'un ou l'autre des deux colocataires. D'autre part une certaine nonchalance, voire une langueur est puissamment imprimée par la mise en scène. Rien qui ne puisse captiver le spectateur pensez-vous !?
Que nenni, au contraire cette ambiance et la présence à l'écran des deux principaux protagonistes m'ont littéralement envouté, sans rire. C'est tout simplement stupéfiant.


Du grand art !    

Vassily Livano campe un Sherlock Holmes plus vrai que nature, il forme avec Vitaly Solomin un duo très attachant, après seulement un peu plus d'une heure de métrage ; saluons la prouesse.

En définitive une série qui démarre sous les meilleurs auspices, pleine de surprises dont la moindre n'est pas de nous offrir des plans fixes et assez longs, voire incongrus telle la scène où Holmes explique à Watson le raisonnement qui l'a conduit à déjouer l'entreprise criminelle : 

 
Étonnifiant !!

Laissez-moi vous conter deux anecdotes avant de vous quitter, en 2006 Vassily Livanov a été décoré de The Oder of British Empire pour son rôle dans la série, et en 2007 une statue a été érigée sur les quais de la Moskova prés de l'ambassade britannique - en Russie donc - où Holmes a les trait de Livanov et surtout selon Bernard Oudin cette statue est la seule au monde qui réunit les deux compagnons créés par A.C. Doyle.

The game is afoot !

Commentaires

  1. La statue en question - le monsieur au milieu est Vassily Ivanov.
    http://visualrian.com/storage/PreviewWM/1517/40/151740.jpg?1278417702

    J'ai récupéré quelques Sherlock en russe, hélas sans sous-titre français (ni anglais, uniquement des langues slaves ou finno-ougriennes !).

    Il y a aussi une adaptation russe très sympa des Dix petits nègres d'Agatha Christie.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Deathlok [Charlie Huston / Lan Medina]

Les remakes, relaunchs, reboots, voire les réécritures de « classiques » façon littérature de genre, sont devenus omniprésents dans le divertissement de masse. Rien qui ne puisse, un jour ou l'autre, se voir  « updater ».
En 2009-2010, c'est au tour de Deathlock, un personnage créé par Rich Buckler & Doug Moench pour Marvel [Pour en savoir +], et qui n'a jamais vraiment trouvé sa place chez l'éditeur des Avengers et consorts, de se voir offrir un nouveau tour de piste. C'est à Charlie Huston, auréolé de son run sur la série consacrée à Moon Knight, qu'on a commandé un scénario qui devra tenir sept numéros mensuels. Huston est, avant de travailler pour la Maison des idées™, d'abord connu pour ses romans. C'est via son agent littéraire qu'il a mis un pied dans la BD, au moment où Marvel recrutait en dehors de sa zone d'influence. Cela dit, il reconnaît une attirance pour la SF contractée dès son plus jeune âge ; et particulièrement pour les u…

Blues pour Irontown [John Varley / Patrick Marcel]

Ça commençait plutôt mal. 
L'idée d'un détective privé du futur, fondu de ses lointains confrères des années 1930, avait tout d'un Polaroid™ bien trop souvent photocopié. Mais peut-être que cet amour des privés made in Underwood© allait-il être de la trempe du fusil de Tchekhov ?
Si la présence, dès les premières pages, d'une « femme fatale », semble donner le ton. Si l'ombre porté du Faucon maltais ne fera que se renforcer. La profession de détective privé semble aussi utile à l'intrigue du roman qu'un cataplasme à la moutarde sur une jambe de bois. 

       Une intrigue qui, nonobstant le titre du roman, tient plus de la berceuse que du blues.   

Fort heureusement, John Varley gratifie son roman d'une très belle idée ; au travers du personnage nommé Sherlock. Rien qui ne rattrape totalement l'ennui profond d'une enquête poussive, et  au final, sans grand intérêt. Mais les chapitres racontés par ledit Sherlock sont les plus intéressants, les plus ém…