Accéder au contenu principal

Sherloka Kholmsa i doktora Vatsona



Vassily Livanov

... Le début de ce premier épisode, qui nous narre la rencontre du docteur Watson et de Sherlock Holmes est assez déstabilisant. On dirait la série L'inspecteur Derrick transplantée au 221 B Baker Street, dans un Londres parallèle où les personnages s'expriment en russe.

Oui vous l'avez d'ores et déjà compris, il s'agit de la série soviétique consacrée au héros d' Arthur Conan Doyle diffusée en U.R.S.S à la fin des années 70 et au début des années 80 derrière ce qu'il était encore convenu d'appeler le Rideau de fer brrrr !! C'est par l'entremise du Captain Midnight que j'ai eu accès à cette rareté (en VOSTFR s'il-vous-plaît). Merci Captain !  


Ajoutez à la description que je vient de faire une ambiance très pesante ; si je ne savais pas qu'il s'agissait de la rencontre entre Watson et de Holmes j'aurais pensé qu'il allait y avoir un meurtre dont la victime aurait été l'un ou l'autre des deux colocataires. D'autre part une certaine nonchalance, voire une langueur est puissamment imprimée par la mise en scène. Rien qui ne puisse captiver le spectateur pensez-vous !?
Que nenni, au contraire cette ambiance et la présence à l'écran des deux principaux protagonistes m'ont littéralement envouté, sans rire. C'est tout simplement stupéfiant.


Du grand art !    

Vassily Livano campe un Sherlock Holmes plus vrai que nature, il forme avec Vitaly Solomin un duo très attachant, après seulement un peu plus d'une heure de métrage ; saluons la prouesse.

En définitive une série qui démarre sous les meilleurs auspices, pleine de surprises dont la moindre n'est pas de nous offrir des plans fixes et assez longs, voire incongrus telle la scène où Holmes explique à Watson le raisonnement qui l'a conduit à déjouer l'entreprise criminelle : 

 
Étonnifiant !!

Laissez-moi vous conter deux anecdotes avant de vous quitter, en 2006 Vassily Livanov a été décoré de The Oder of British Empire pour son rôle dans la série, et en 2007 une statue a été érigée sur les quais de la Moskova prés de l'ambassade britannique - en Russie donc - où Holmes a les trait de Livanov et surtout selon Bernard Oudin cette statue est la seule au monde qui réunit les deux compagnons créés par A.C. Doyle.

The game is afoot !

Commentaires

  1. La statue en question - le monsieur au milieu est Vassily Ivanov.
    http://visualrian.com/storage/PreviewWM/1517/40/151740.jpg?1278417702

    J'ai récupéré quelques Sherlock en russe, hélas sans sous-titre français (ni anglais, uniquement des langues slaves ou finno-ougriennes !).

    Il y a aussi une adaptation russe très sympa des Dix petits nègres d'Agatha Christie.

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®