Accéder au contenu principal

Sherloka Kholmsa i doktora Vatsona



Vassily Livanov

... Le début de ce premier épisode, qui nous narre la rencontre du docteur Watson et de Sherlock Holmes est assez déstabilisant. On dirait la série L'inspecteur Derrick transplantée au 221 B Baker Street, dans un Londres parallèle où les personnages s'expriment en russe.

Oui vous l'avez d'ores et déjà compris, il s'agit de la série soviétique consacrée au héros d' Arthur Conan Doyle diffusée en U.R.S.S à la fin des années 70 et au début des années 80 derrière ce qu'il était encore convenu d'appeler le Rideau de fer brrrr !! C'est par l'entremise du Captain Midnight que j'ai eu accès à cette rareté (en VOSTFR s'il-vous-plaît). Merci Captain !  


Ajoutez à la description que je vient de faire une ambiance très pesante ; si je ne savais pas qu'il s'agissait de la rencontre entre Watson et de Holmes j'aurais pensé qu'il allait y avoir un meurtre dont la victime aurait été l'un ou l'autre des deux colocataires. D'autre part une certaine nonchalance, voire une langueur est puissamment imprimée par la mise en scène. Rien qui ne puisse captiver le spectateur pensez-vous !?
Que nenni, au contraire cette ambiance et la présence à l'écran des deux principaux protagonistes m'ont littéralement envouté, sans rire. C'est tout simplement stupéfiant.


Du grand art !    

Vassily Livano campe un Sherlock Holmes plus vrai que nature, il forme avec Vitaly Solomin un duo très attachant, après seulement un peu plus d'une heure de métrage ; saluons la prouesse.

En définitive une série qui démarre sous les meilleurs auspices, pleine de surprises dont la moindre n'est pas de nous offrir des plans fixes et assez longs, voire incongrus telle la scène où Holmes explique à Watson le raisonnement qui l'a conduit à déjouer l'entreprise criminelle : 

 
Étonnifiant !!

Laissez-moi vous conter deux anecdotes avant de vous quitter, en 2006 Vassily Livanov a été décoré de The Oder of British Empire pour son rôle dans la série, et en 2007 une statue a été érigée sur les quais de la Moskova prés de l'ambassade britannique - en Russie donc - où Holmes a les trait de Livanov et surtout selon Bernard Oudin cette statue est la seule au monde qui réunit les deux compagnons créés par A.C. Doyle.

The game is afoot !

Commentaires

  1. La statue en question - le monsieur au milieu est Vassily Ivanov.
    http://visualrian.com/storage/PreviewWM/1517/40/151740.jpg?1278417702

    J'ai récupéré quelques Sherlock en russe, hélas sans sous-titre français (ni anglais, uniquement des langues slaves ou finno-ougriennes !).

    Il y a aussi une adaptation russe très sympa des Dix petits nègres d'Agatha Christie.

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Killing Joke [USA Magazine n°36]

En septembre 1988, le Joker fait la couverture de « USA Magazine », magazine publié sous la direction de Fershid Bharucha. Cette illustration est, nous dit Brian Bolland « une étude dessinée à Paris (avec des marqueurs en fin de vie, (...)). Le dessinateur italien Tanino Liberatore en a tiré une version peinte (...). »
Dans ce même numéro, en complément de la parution de l'épisode du mois de Killing Joke, alors pré-publié sous le titre de  Souriez, Jean-Paul Jennequin livre un article de  deux pages :
C'est tout pour aujourd'hui ! 
(Tous mes remerciements à Albert.)

Breach [Bob Harras / Marcos Martin]

Brève série de 11 numéros, Breach à l'immense avantage de pourvoir être lue sans connaissances préalables de ce qu'il est plus ou moins convenu d'appeler l'univers DC Comics. Envisagé comme une relance de Captain Atom, un personnage qui a notamment fait partie de l'écurie Charlton et a servi de modèle au Dr Manhattan, le personnage éponyme endossera finalement les atours du nouveau venu. 
Création de Bob Harras et de Marcos Martin, cette pourtant excellente série n'a visiblement pas été très soutenue par l'éditeur et, conséquences inévitables, n'a pas trouvé son lectorat. Je fais d'ailleurs partie de ceux qui sont passés totalement à coté.
Sacrifiée sur l'autel de la rentabilité, Breach mérite pourtant qu'on lui prête attention. 

       Le premier numéro, de 28 planches (extra-sized) donne d'ailleurs immédiatement le ton.
Plongé directement dans l'action, le lecteur découvre que l'articulation de la série se fera au travers d'un

Le jeu de la damnation [Clive Barker / Jean-Daniel Brèque]

« Rien n'est plus terrifiant que de donner à imaginer quelques abominations tapies derrière une porte, pour ne surtout jamais l'ouvrir, au risque de décevoir le lecteur. Car son imagination sera toujours plus fertile que les terribles images que s'échine à y injecter le conteur ».
Frappé au coin du bon sens, cet évangile de l'horreur dispensé depuis la ville de Providence dans l'État du Rhode Island, en 1979 par William F. Nolan, est cependant devenu obsolète depuis que des auteurs de l'envergure de Clive Barker ont mis un pied dans le genre.
« Le jeu de la damnation », traduit par Jean-Daniel Brèque en est un exemple frappant. Je dirais même que sans « les terribles images » qu'y injecte Clive Barker, ce roman ne serait pas ce qu'il est. 

            En effet le natif de Liverpool s'inspire ici d'un conte populaire bien connu, dont le titre du roman ne fait pas mystère du thème, et qui tient tout entier son intérêt dans l'imagination fertile …