Accéder au contenu principal

Captain Gravity


... Les amateurs de l'Histoire Mystérieuse seront en terrain connu si d'aventure ils lisent Captain Gravity and the Power of the Vril.  

Pour les autres je précise que ce que l'ont nomme communément l'Histoire Mystérieuse est un pan de la littérature apparu après et dans le sillage de l'ouvrage de Jacques Bergier & Louis Pauwels Le matin des magiciens.
Notamment (mais pas seulement) aux éditions J'ai lu sous le titre générique de "l'aventure mystérieuse"

Ces livres traitent de civilisations disparues, de conspirations d'extraterrestres, d'alchimie, d'occultisme, de découvertes extravagantes et de personnages du même tonneau, de sociétés secrètes, de la Terre creuse, etc ... sous la plume d'auteurs tels que Robert Charroux, Jacques Mahieu, Jean-Michel Angebert, etc ...
Tout cela sous le couvert de la véridicité, bien entendu.


... Captain Gravity and the Power of the Vril débute en 1962 avec la visite d'un jeune homme chez Willey Ley, sa présence a pour but d''obtenir une interviewer du romancier (sa vie, son œuvre,etc ...)  et plus particulièrement sur l'un de ses ouvrages Pseudoscience in naziland écrit en 1947.

Ce sera l'occasion, à l'insu du jeune reporter mais pas du lecteur de la série de voyager dans les souvenirs de Willey Ley alors qu'il était l'ami de Joshua Jones alias Captain Gravity, à la fois véritable héros et personnage de serials, en 1939.




Le Serial est un produit de consommation courante dans les années trente et quarante aux Etats-Unis. Il n'est parvenu jusqu'à nous que dans des versions condensées, remontées, édulcorées, la plupart du temps. Massacré par un montage ultra-rapide. Jamais dans sa forme initiale. [..] Les véritables débuts remontent aux années dix, avec un départ simultané de part et d'autre de l'Atlantique. En France avec le FANTOMAS de Louis Feuillade (1913-1914) [..]. En Amérique, avec les fameux MYSTÈRES DE NEW YORK, dirigés par Louis Gasnier. [...]
Il faut d'emblée indiquer la différence notable existant entre le Serial et la Série. La Série est une suite d'épisode complets mettant le même héros en scène. Le Serial, un film "a suivre" comme le "Comic-Strip", où chaque épisode complète le précédent : l'histoire dans son ensemble nécessite donc la totalité des épisodes pour être racontée.    

Un monde fou fou fou ou l'étrange univers du serial
Roland Lacourbe

Dire de ces 6 numéros qu'ils sont pleins de rebondissements, de surprises et de personnages attachants n'est pas une affabulation. Et si les éléments qui composent cette grande aventure sont connus il n'en demeure pas moins que leur architectonique est tout à fait originale.


Joshua Dysart dote ses personnages d'une profondeur psychologique qui leur donne une vraie personnalité, les événements dans lesquels s'inscrit cette aventures (nous sommes en 1939) se mêlent avec beaucoup d'harmonie aux thèmes de l'Histoire Mystérieuse, bref si tout cela n'est pas sans rappeler la bande dessinée de Dave Stevens The Rocketeer, Captain Gravity and the Power of the Vril est fort loin de n'en être qu'un pâle succédané.


L'équipe artistique, Sal Valuto en tête créée une ambiance fantastique, on se croirait vraiment à la fin des années 30 du moins tels que les films de cette époque ont pu m'en donner une idée. D'autre part de fausses réclament, des interviews de Chase Dubois (personnage de l'histoire), des couvertures en carton épais, achèvent de donner à cette mini-série  une identité qui la démarque du tout venant.

       

Commentaires

  1. Une très chouette série. On avait bossé sur des pin-up dans les bouquins, à l'époque, avec MAKMA : http://makma.com/2006/02/makma-illustre-captain-gravity/ (j'ai les autres en archive, quelque part).

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®