Accéder au contenu principal

Section Zero

... Trois numéros seulement, une rapide disparition pour une série bien sympathique qui mêlait pour ce que j'en ai lu une organisation peu différente du B.P.R.D de Mike Mignola, et une première aventure assez proche de celles que vit Nick Cutter - ce qui n'a rien d'étonnant lorsqu'un membre de l'équipe de terrain s'appelle Challenger.


  Le tout sur fond de conspiration et de légendes urbaines.
 
Dans le prologue que je vous proposerai en français demain, il apparaît que l'organisation Section Zero a connu différents membres au cours du temps. Dans les trois épisodes qui nous intéressent ici il y a le docteur Titania Challenger une scientifique doté de capacités de gymnaste dirait-on, Sam Wildman une sorte de dur-à-cuir équipé d'une épée magique (?), Tesla semble être un extraterrestre, Thom Talesi un adolescent qui peut se transformer partiellement en insecte, Sargasso genre de créature échappée du Lac Noir et enfin A.J. Keeler patron de la Section Zero.
Dans ces trois numéros on fait également connaissance avec une équipe de para-militaires les Ghost Soldiers.

Je ne vous cache pas qu'en si peu de numéros les auteurs, Karl Kesel & Tom Grummett qui travaillent de concert le scénario et le dessin, posent plus de questions qu'ils ne résolvent d'intrigues. La disparition, prématurée à mon gout, de cette série est d'autant plus regrettable qu'en plus d'offrir un beau début d'histoire , ces  trois numéros offraient un  joli travail de lettrage et une belle mise en valeur grâce à des couvertures attractives.
Couvertures, dont je vous propose ce qui aurait dû être la quatrième de la série ...


Pour terminer, alors que certaines séries du label ont trouvé à s'épanouir ailleurs après la disparition de Gorilla Comics (Tellos, Empire ou encore récemment SUPERSTAR as seen on Tv !) Section Zero n'a pas eu cette chance. Dommage.

Commentaires

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®