Accéder au contenu principal

The Cape 10/10


... L'audimat de la  série télévisée The Cape n'a semble-t-il pas répondu aux attentes des décideurs de la chaîne NBC puisque des treize épisodes prévus de la premières saison dix seulement ont été diffusés dont le dixième uniquement via le site web de la série.

Pourtant cette série avait quelques atouts pour séduire, ce qu'elle a d'ailleurs réussi à faire avec moi ; tout d'abord elle met en scène un super-héros, genre particulièrement fécond (et générateur de larges bénéfices semble-t-il) au cinéma ces dernières années. Ensuite elle ne tente pas de passer au tamis du jeunisme le personnage principale, ni d'ailleurs de déconstruire ou d'intellectualiser l'idée du super-héros, ou encore de la parodier.


Toute chose égale par ailleurs The Cape c'est l'équivalent de l'arrivée des Quatre Fantastiques ou de l'Araignée sur le scène super-héroïque du début des années 60 pour la télévision aujourd'hui : une certaine simplicité et des personnages "humains".

  ... La ville de Palm City doit faire face à une augmentation de sa criminalité, situation que saisit l'homme d'affaire Peter Flemming pour privatiser la police de la ville. Dorénavant ce sont les membres de sa société Ark Industrie et les anciens fonctionnaires qu'il a lui-même triés sur le volet qui maintiendront l'ordre. 

Cependant un blogueur répondant au nom d'Orwell diffuse des informations qui tendent à démontrer que Flemming est plus ou moins lié à la pègre.    


Un flic de la ville va chèrement payer sa curiosité à l'encontre des activités de Peter Flemming, contraint de se cacher il va endosser l'identité de The Cape, un justicier qui combat le crime aidé (?) par le Cirque du Crime et Orwell.


Ainsi posée la trame de départ de cette série télévisée m'a immédiatement fait penser à la transposition des aventures de Robin des Bois, connue par ailleurs sous le nom de Robin Hood autrement dit Robin la Capuche qui s'oppose au Shérif de Nottingham. La forêt de Sherwood devient ici Palm City (ou la ville des palmiers) et les Merry Men le Cirque du Crime.
... Au fil des épisodes les personnages prennent de l'épaisseur et la série trouve un bel équilibre entre "réalisme" ; pourquoi Vince Faraday prend-t-il l'identité de The Cape par exemple et, des situations tout à fait inconcevables dans un univers cartésien. 

Psychogéographie sur une carte Heuristique
Quoique, de cartésien à carte il n'y qu'un pas que je franchis sans autre forme de procès en précisant que justement le Jeu est omniprésent dans la série. Que ce soit au travers des différents personnages (The Chess, (le jeu d'échecs)  ou l'organisation criminelle Tarot) ou des thèmes abordés ..

Le jeu : action libre, sentie comme fictive et située en dehors de la vie courante, capable néanmoins d'absorber totalement le joueur - une action dénuée de tout intérêt matériel et de toute utilité, qui s'accomplit en un temps et dans un espace expressément circonscrits, se déroule avec ordre selon des règles données, dans une ambiance de ravissement et d'enthousiasme, et suscite, dans la vie, des relations de groupes s'entourant volontiers de mystère en accentuant par le déguisement leur étrangeté vis-à-vis du monde habituel.  

Johan Huizinga Homo ludens  

Si chaque épisode propose une histoire auto-contenue l'ensemble s'inscrit dans une trame plus vaste, dont le tissage est resté malheureusement  inabouti au terme des 10 épisodes proposés. Ce qui est d'autant plus dommage que plusieurs sous-intrigues laissaient entrevoir de belles perspectives.

En tout état de cause The Cape est une série télévisée très divertissante avec laquelle j'ai eu l'impression de retrouver mes 13 ans, un âge qui comme chacun sait est le seul âge d'or que l'on puisse connaitre, ce qui n'est pas rédhibitoire lorsque l'on sait qu'il n'est jamais trop tard pour avoir une enfance heureuse.  


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Deathlok [Charlie Huston / Lan Medina]

Les remakes, relaunchs, reboots, voire les réécritures de « classiques » façon littérature de genre, sont devenus omniprésents dans le divertissement de masse. Rien qui ne puisse, un jour ou l'autre, se voir  « updater ».
En 2009-2010, c'est au tour de Deathlock, un personnage créé par Rich Buckler & Doug Moench pour Marvel [Pour en savoir +], et qui n'a jamais vraiment trouvé sa place chez l'éditeur des Avengers et consorts, de se voir offrir un nouveau tour de piste. C'est à Charlie Huston, auréolé de son run sur la série consacrée à Moon Knight, qu'on a commandé un scénario qui devra tenir sept numéros mensuels. Huston est, avant de travailler pour la Maison des idées™, d'abord connu pour ses romans. C'est via son agent littéraire qu'il a mis un pied dans la BD, au moment où Marvel recrutait en dehors de sa zone d'influence. Cela dit, il reconnaît une attirance pour la SF contractée dès son plus jeune âge ; et particulièrement pour les u…

Blues pour Irontown [John Varley / Patrick Marcel]

Ça commençait plutôt mal. 
L'idée d'un détective privé du futur, fondu de ses lointains confrères des années 1930, avait tout d'un Polaroid™ bien trop souvent photocopié. Mais peut-être que cet amour des privés made in Underwood© allait-il être de la trempe du fusil de Tchekhov ?
Si la présence, dès les premières pages, d'une « femme fatale », semble donner le ton. Si l'ombre porté du Faucon maltais ne fera que se renforcer. La profession de détective privé semble aussi utile à l'intrigue du roman qu'un cataplasme à la moutarde sur une jambe de bois. 

       Une intrigue qui, nonobstant le titre du roman, tient plus de la berceuse que du blues.   

Fort heureusement, John Varley gratifie son roman d'une très belle idée ; au travers du personnage nommé Sherlock. Rien qui ne rattrape totalement l'ennui profond d'une enquête poussive, et  au final, sans grand intérêt. Mais les chapitres racontés par ledit Sherlock sont les plus intéressants, les plus ém…