Accéder au contenu principal

Mister Frost


... C'est  la lecture de la réaction de Philippe Setbon consécutive à sa découverte de la présence de son film dans La Caverne des Introuvables qui m'a donné envie de voir Mister Frost.
Je connais Philippe Setbon essentiellement à travers trois de ses romans : Fou de coudre, Desolata et Mangeur d'âmes. Des romans dont je garde un très bon souvenir. Bref tout ça pour dire que j'avais un a priori positif avant de commencer de voir Mister Frost. Ajoutez que l'on y retrouve Jeff Goldblum, un acteur que j'aime bien ; et vous voyez que tout cela démarre sous les meilleurs auspices.


... Dans son ouvrage Mythe & Super-Héros Alex Nikolavitch consacre un chapitre au mystère des origines des super-héros costumés ..

[...]
Réitérer le mythe, c'est assurer la pérennité de la culture d'un peuple, la pérennité de l'ordre sur lequel repose sa société et, in fine, la pérennité du monde lui-même (certains peuples aborigènes d'Australie avaient poussé très loin ce principe : si le mythe de création n'est pas redit régulièrement, le monde lui-même finit par l'oublier et, ce faisant par perdre son identité propre et se déliter). [..]
Mythe & Super-HérosLes Moutons Électriques, éditeur 

Cette citation est peu ou prou le résumé de Mister Frost, à cela s'ajoute une ambiance, une atmosphère qui sème le doute dans l'esprit du spectateur, à l'instar de l'esprit des protagonistes d'ailleurs, enfin pour ceux qui ne l'ont pas égaré.


Mister Frost n'a eu de cesse de m'évoquer un autre excellent film évoluant dans le même registre : Rendez-vous avec la Peur de Jacques Tourneur (1957), j'y ai retrouvé les mêmes impressions, les mêmes sentiments ; et la même satisfaction d'avoir assisté à la projection un excellent film.

Et vous ?

Commentaires

  1. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  2. Je suis bien d'accord avec toi au sujet de Goldblum, peut employé et comme tu le dis pas "utilisé" à sa juste valeur.

    Encore dernièrement j'ai regardé New York Section Criminelle où il a obtenu un rôle important, eh bien c'est bien fade tout ça. Plutôt dommage compte tenu du départ de Vincent D'Onofrio qui lui avait un chouette rôle légèrement azimuté.

    Hasta luego amigo !

    RépondreSupprimer
  3. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spiroude 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par Philippe Manœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant. Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82.

Bonne lecture.







The Words

...The Words (Les Mots) est un film qui avait tout pour me séduire : le roman en tant qu'élément principal, des acteurs que j'aime bien ; Dennis Quaid, Jeremy Irons, J. K. Simmons et Bradley Cooper. Éléments supplémentaire l'histoire se révèle être une histoire dans l'hisitoire. Ou plus exactement un roman à propos de l'écriture d'un roman, écrit par un autre ; entre fiction et réalité. 

Je m'explique.

Clay Hammon fait une lecture public de son dernier livre The Words dans lequel un jeune auteur, Rory Jansen, en mal de reconnaissance tente vaille que vaille de placer son roman chez différents éditeurs. Cet homme vit avec une très belle jeune femme et il est entouré d'une famille aimante. Finalement il va se construire une vie somme toute agréable mais loin de ce qu'il envisageait. Au cours de sa lune de miel, à Paris, son épouse va lui offrir une vieille serviette en cuir découverte chez un antiquaire, pour dit-elle qu'il y mette son manuscrit. Ca…

Lisa Lyon

.. Lisa Lyon la sculpturale culturiste des années 80 pose pour vous ....





Quelques photographies supplémentaires ici, réservées à un public majeur.