Accéder au contenu principal

Dr Strange (Marc Andreyko & P. Craig Russell)


... Alors qu'il soupe seul dans un restaurant Stephen Strange est surpris par le message sibyllin qu'il trouve dans le traditionnel biscuit chinois de fin de repas. Surprise d'autant plus grande que le biscuit lui a été apporté par un serveur apparemment non-humain ! Cette situation est-elle le fruit de son imagination ? Toujours est-il qu'en lieu et place d'un démon il n'y a qu'une cuisinière, et que de retour à sa table le contenu du message a changé. Mystère !

Docteur Strange apparaît pour la première fois dans le numéro 110 de la revue Strange Tales (1963) : il y est présenté comme le Maître de la Magie Noire ; son premier cas sera celui d'un homme qui souffre de cauchemars. Strange, après avoir rendu visite à son mentor sous sa forme astrale, pénètre dans les propres rêves de son client ... 

Strange Tales n°110 / Strange Special Origines n°139
Sur le chemin du retour Strange est surpris par la pluie avant d'arriver à son domicile situé dans Greenwich Village,  l'absence de son serviteur Wong et un message d'avertissement de son mentor l'Ancien achèvent de lancer le Docteur Strange dans une nouvelle et étrange aventure.

Dés les années 30 le quartier de Greenwich Village est déjà connu comme le quartier bohème par excellence ; Frank Gruber par ailleurs auteur de pulps y consacre un chapitre dans son autobiographie (Pulp Jungle) : "Ce fut Steve Fisher qui me fit connaître l'univers des poètes. [..] il m'amena un soir dans la cave d'un immeuble d'habitation. la pièce mesurait environ sept mètres sur dix. Des planches posées sur des tonneaux tenaient lieu de table. [..] Dix ans plus tard c'est un jeune Marlon Brando qui hante "[...] un lieu qui symbolise la contre-culture américaine des années quarante et cinquante [..] où se trouvaient des poètes et des artistes, des théâtres minuscules, des clubs où naissait le jazz moderne, on y voyait des couples mixtes, homosexuels, lesbiens [..]. Le mot d'ordre était le rejet des aspects mercantiles et matérialistes du mode de vie américain [..]" (Les Fifties - Davide Halberstam).  

Marc Andreyko & Paul Craig Russell s'engagent avec cette aventure sur les traces d'un duo mythique celui des inventeurs (?) du Docteur StrangeStan Lee & Steve Ditko, car cette aventure n'est rien de moins (mais pas seulement) qu'un saisissant hommage aux créateurs du célèbre magicien des éditions Marvel, et plus précisément à Steve Ditko.
Il apparaît tout d'abord que Paul Craig Russell se montre à la hauteur de la tâche, ses planches sont absolument magnifiques (comme d'habitude me direz-vous) et totalement bluffantes ...

... Contrairement à ce qui se passait par exemple chez l'éditeur DC Comics, Stan Lee utilisait une méthode scénaristique pour le moins originale ; il fournissait un synopsis succinct aux artistes avec lesquels il collaborait, à leur charge de faire le découpage de l'histoire, d'imaginer les décors, de créer les personnages, bref de la dessiner entièrement selon leur inspiration. Stan Lee ne revenait qu'au moment d'écrire les dialogues.
Ce qui au demeurant pouvait poser de sérieux problèmes, les dialogues n'étaient pas toujours en phase avec la direction prise par le dessinateur.  

Si Steve Ditko est certainement connu pour le rôle important qu'il a tenu dans la fondation de ce qui deviendra la Maison aux Idées, co-création de Spider-Man et du Doctor Strange ; il est aussi par exemple le créateur de Blue Beetle (du moins une version moderne de celui-ci) et de The Question pour l'éditeur Charlton au sein de la bannière Action Heroes (qui servira de vivier à Watchmen). En outre au fil des ans il se concentrera sur ses propres créations qui deviendront pour certains cas de véritables tribunes politiques.

Si What is it that disturbs you Stephen s'inspire d'une histoire plus ancienne du Maître des Arts Mystiques (Strange Tales #133), elle illustre également la philosophie qu'a fait sienne Ditko : l'objectivisme. Cette idéologie pourrait-on dire, s'incarne particulièrement chez l'un de ses personnages créé ultérieurement ; Mister A qui 
"annonce souvent sa venue par une carte de visite rectangulaire coupée en deux carrés : un blanc et l'autre noir. Cette dualité résume tous les choix qu'un individu doit faire pour se placer soit du côté du Bien soit du côté du Mal [..]" (Guillaume Laborie neuvième art 2.0)

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Doctor Strange Legacy [Cates / Hernández Walta / Duclos]

La curiosité m'avait poussé, il y a 4 ou 5 ans, à m'intéresser au travail d'un nouveau venu du nom de Donny Cates. Depuis il a fait son petit bonhomme de chemin et est devenu un scénariste en vue de la Maison des idées™.
Et c'est tout à fait mérité.

Donny Cates n'est pas le genre à vouloir réinventer la poudre, pour finalement accoucher d'un pétard mouillé (qui a dit Tom King ?). Son domaine c'est le divertissement, l'évasion, et très souvent un excellent moment de lecture. 

Cette reprise de la série « Doctor Strange », 5 numéros mensuels compilés dans ce premier tome, en est la carte de visite idéale. 

Si l'adaptation cinématographique du personnage, créé par Stan Lee & Steve Ditko en 1963, lui a permis de retrouver les têtes de gondole des comics shop, on est toutefois passé par un petit lifting façon Jason Aaron & Chris Bachalo [Pour en savoir +] pour la version bande dessinée.

Mais rassurez-vous, ne rien connaître du personnages et de ses pré…

Immortal Hulk [Al Ewing / Joe Bennett / Thomas Davier]

Certainement mal luné, j'avais calé sur le premier numéro de cette relance du géant de jade. Néanmoins, mon intérêt pour le travail du scénariste Al Ewing m'a convaincu de laisser une seconde chance à cette série.
Sans toutefois oublier qu'un scénaristes travaillant pour des entreprises telles que Marvel ou DC Comics, lesquelles sont les propriétaires des personnages (et des histoires) qu'elles publient, c'est un peu comme d'être un jockey. 
Tout aussi prometteur qu'il soit, ce dernier est au service du cheval, et au ordres du propriétaire via l'entraîneur. Chaque Grand prix est surtout l'occasion de retenir le nom du cheval.
Ceci étant dit quid de ce nouveau départ ? 

Pour ce nouveau run, Hulk renoue donc avec ses origines sixties, et s'inspire de l'errance qu'avait popularisée la série télévisée des années 1970 avec Bill Bixby et Lou Ferrigno.
Ce parti pris d'un personnage en cavale est aussi surtout une forme de réflexe atavique très é…

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…