Accéder au contenu principal

What is it that disturbs you Stephen

Strange Special Origines n° 139
... Ainsi donc, Marc Andreyko utilise-t-il en toile de fond pour son propre scénario une ancienne aventure (A Nameless Land, A Timeless Time écrite comme il se doit par Lee & Ditko)  de celui qui deviendra le Sorcier Suprême de l'univers Marvel, traitée sur fond d'objectivisme .. 



Face à la puissance du Baron Mordo et de Dormammu le Terrible, le Docteur Strange s'enfui en traversant une multitude de dimensions toutes plus étranges les unes des autres, avant de finalement se matérialiser dans l'une d'entre elles.
Là, une jeune femme lui explique que sa demi-soeur lui a volé son trône. Le Docteur Strange se retrouve au coeur d'une lutte pour le pouvoir
Face à la disparition de son fidèle serviteur, le Docteur Strange entreprend un périple qui le mène dans un lieu étrange & inquiètant : Ditkopolis gouverné par Electra une magicienne.
Le Docteur Strange s'aperçoit qu'il est la pierre angulaire d'une lutte de pouvoir. Electra a besoin de lui pour obtenir la totalité des pouvoirs que son défunt père a partagé entre elle et sa soeur   

Cette ancienne aventure s'inscrit du reste dans une vaste fresque de prés de 200 pages (Strange Tales 130 à 146), un véritable feuilleton au sujet duquel François Peneaud avance qu'il peut être considéré comme l'un des premiers graphic novel.

Docteur Strange Classic 1984 / Eclipso n°34 1973

Je rappelle à toutes fins utiles que dans le roman d'Ayn Rand  La Source vive, le personnage principal est un architecte qui répond au nom d'Howard Roark.

... La dualité que l'on retrouve dans les deux aventures est également présente dans le "support physique" qui accueille les premières aventures du Docteur Strange en 1963. C'est ainsi que la revue anthologique Strange Tales devient avec l'arrivée du magicien un "split book", ce dont se souviendra parfaitement Alan Moore dans sa mini-série 1963 :


Du reste il est également possible de voir dans la confrontation de ces personnages pour prendre le contrôle de leur environnement (voire le contrôle de l'un sur l'autre), une métaphore .. 
"[..] des problèmes entre Ditko et Marvel, dont les lecteurs ne connaîtront jamais l'exacte teneur, [qui] fît que la scission devint inévitable entre un homme entier, connu pour ne pas transiger artistiquement (Ditko) et celui qui se considérait comme responsable du devenir de la bande (Lee) [..]" Philippe Cordier Spider-Mag

On notera par ailleurs que si le nom de Steve Ditko reste profondément attaché à Spider-Man et au Docteur Strange, il ne s'est pas contenté d'illustrer ces deux personnages de l'écurie Marvel. Il est par exemple celui qui introduit le design classique rouge et or de l'armure d'Iron Man : personnage qui affrontera en son temps un Docteur Strange ...

Mai 1963

Commentaires

  1. Super intéressant mister Dada (comme souvent) !
    Rien à ajouter.
    Idem pour le lien de François Peneaud, tout aussi passionnant.

    RépondreSupprimer
  2. J'ai du retard. Faut que je vienne plus souvent.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Doctor Strange Legacy [Cates / Hernández Walta / Duclos]

La curiosité m'avait poussé, il y a 4 ou 5 ans, à m'intéresser au travail d'un nouveau venu du nom de Donny Cates. Depuis il a fait son petit bonhomme de chemin et est devenu un scénariste en vue de la Maison des idées™.
Et c'est tout à fait mérité.

Donny Cates n'est pas le genre à vouloir réinventer la poudre, pour finalement accoucher d'un pétard mouillé (qui a dit Tom King ?). Son domaine c'est le divertissement, l'évasion, et très souvent un excellent moment de lecture. 

Cette reprise de la série « Doctor Strange », 5 numéros mensuels compilés dans ce premier tome, en est la carte de visite idéale. 

Si l'adaptation cinématographique du personnage, créé par Stan Lee & Steve Ditko en 1963, lui a permis de retrouver les têtes de gondole des comics shop, on est toutefois passé par un petit lifting façon Jason Aaron & Chris Bachalo [Pour en savoir +] pour la version bande dessinée.

Mais rassurez-vous, ne rien connaître du personnages et de ses pré…

Immortal Hulk [Al Ewing / Joe Bennett / Thomas Davier]

Certainement mal luné, j'avais calé sur le premier numéro de cette relance du géant de jade. Néanmoins, mon intérêt pour le travail du scénariste Al Ewing m'a convaincu de laisser une seconde chance à cette série.
Sans toutefois oublier qu'un scénaristes travaillant pour des entreprises telles que Marvel ou DC Comics, lesquelles sont les propriétaires des personnages (et des histoires) qu'elles publient, c'est un peu comme d'être un jockey. 
Tout aussi prometteur qu'il soit, ce dernier est au service du cheval, et au ordres du propriétaire via l'entraîneur. Chaque Grand prix est surtout l'occasion de retenir le nom du cheval.
Ceci étant dit quid de ce nouveau départ ? 

Pour ce nouveau run, Hulk renoue donc avec ses origines sixties, et s'inspire de l'errance qu'avait popularisée la série télévisée des années 1970 avec Bill Bixby et Lou Ferrigno.
Ce parti pris d'un personnage en cavale est aussi surtout une forme de réflexe atavique très é…

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…