Accéder au contenu principal

La construction du surhomme

... 7ième tome de la contre-histoire de la philosophie de Michel Onfray, La Construction du surhomme ne déroge pas à la qualité des volumes précédents. 
Ce nouvel opus du philosophe normand s'articule en deux parties autour de deux philosophes : Jean-Marie Guyot et de Friedrich Nietzsche, unis dans un même élan vitaliste. 
Lire Michel Onfray (tout comme l'écouter) est toujours un plaisir tant il fait preuve d'une immense pédagogie associée à un énorme travail en amont.

... Cela dit, j'aimerais profiter de La Construction du surhomme (et de ma réflexion sur un possible article sur Superman) pour déconstruire une idée reçue ; celle qui associe Superman au surhomme de Nietzsche, et par extension aux super-héros en général. 
All-Star Superman n°10
... Le surhomme de Nietzsche ou devrais-je peut-être dire le surhumain, prophétisé par Zarathoustra est d'abord une figure post-chrétienne ; et pour cause puisque puisque Dieu est mort (Cf. Le Gai savoir). 
Le surhumain (ou surhomme) est un état, une figure existentielle qui consent au tragique, c'est-à-dire (pour faire court) qu'il accepte le monde tel qu'il est sans croire en un "arrière monde". D'où la nécessite de l'Amor fati (locution latine qui veut dire "aime ton destin").
Du reste, le surhomme est volonté de puissance ou plus précisément volonté vers la puissance. Pour comprendre de quoi il s'agit Michel Onfray cite l'exemple donné par Friedrich Nietzsche lui-même, celui du Sipo matador ...
[..] il s'agit d'une plante grimpante des îles de Java qui, pour exister, a besoin de lumière et grimpe sur le tronc des chênes pour parvenir à la canopée où elle se nourrit de soleil, de sa force et de sa luminosité bienfaisante [..]
... ainsi la volonté de puissance renvoie-t-elle à l’exubérance de de la flore tropicale. 
Je veux bien concéder toutefois que cet exemple d'une plante se gorgeant de soleil n'est pas sans rappeler Superman

En outre la philosophie existentielle de Nietzsche repose sur l'idée de l'éternel retour de ce qui a eu lieu dans une configuration identique.

Il apparaît dés lors que le surhomme est celui qui pratique le tetrapharmakon nietzschéen :

• Il affirme le triomphe de la volonté de puissance.
• La mort n'est pas à craindre car il affirme l'éternel retour des choses sur un mode identique.
• La souffrance est supportable, d'où la nécessité de l'amor fati.
• Le bonheur est possible.

Il n'y a personne me semble-t-il, au sein de la communauté des surhommes d'encre et de papier aux capacités hypertrophiées et à la double identité,  qui correspond à ce portrait.
All-Star Superman n°1

... Nonobstant, il est pourtant  possible de penser Superman (et les super-héros) à partir de Nietzsche. De fait si Zarathoustra est le double allégorique du philosophe au marteau (le surhomme en est la transmutation culturelle) , Superman est l'enfant de l'union alchimique de Jerry Siegel & de Joe Shuster. 
D'autre part il me paraît évident que l'aphorisme le plus connu de Nietzsche : "Ce qui ne me tue pas me rend plus fort" s'applique à une multitude de super-héros (pour ne pas dire tous) ; de Peter Parker mordu par une araignée radioactive qui devient Spider-Man, à Bruce Banner qui survit à l'explosion d'une bombe Gamma et devient Hulk. Sans oublier Bruce Wayne, et Kal-El alias Clark Kent dernier survivant de son monde. Ni les surhommes soviétiques.  
All-Star Superman n°1

... Pour conclure provisoirement ma réflexion,  je laisse la parole à Michel Onfray ...

Commentaires

  1. Ok Wow! Enfin! Quelqu'un à trouvé le moyen d'articuler ma pensée pour moi mais encore mieux que je ne me le figurais moi même! Cette association constante de Superman et Nietzsche en est une de fortune et elle donne une perspective parfois une perspective erronée des idées du philosophe. Ton papier, je le colle partout artemus. Du solide!

    RépondreSupprimer
  2. Y'en a marre! Je vais te mentionner en ondes aujourd'hui au Mystérieux étonnants, faire un petit topos sur ton auguste personne virtuelle! Il le faut! Ca fait plus d'une an que tu me stimules et me dilate la rate!

    RépondreSupprimer
  3. Merci amigo, je suis touché par tes compliments ; et merci pour le sérieux coup de projecteur aux Mystérieux Étonnants. Faire partie de l'équipe l'espace d'un instant est un honneur. [-_ô]

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Deathlok [Charlie Huston / Lan Medina]

Les remakes, relaunchs, reboots, voire les réécritures de « classiques » façon littérature de genre, sont devenus omniprésents dans le divertissement de masse. Rien qui ne puisse, un jour ou l'autre, se voir  « updater ».
En 2009-2010, c'est au tour de Deathlock, un personnage créé par Rich Buckler & Doug Moench pour Marvel [Pour en savoir +], et qui n'a jamais vraiment trouvé sa place chez l'éditeur des Avengers et consorts, de se voir offrir un nouveau tour de piste. C'est à Charlie Huston, auréolé de son run sur la série consacrée à Moon Knight, qu'on a commandé un scénario qui devra tenir sept numéros mensuels. Huston est, avant de travailler pour la Maison des idées™, d'abord connu pour ses romans. C'est via son agent littéraire qu'il a mis un pied dans la BD, au moment où Marvel recrutait en dehors de sa zone d'influence. Cela dit, il reconnaît une attirance pour la SF contractée dès son plus jeune âge ; et particulièrement pour les u…

Blues pour Irontown [John Varley / Patrick Marcel]

Ça commençait plutôt mal. 
L'idée d'un détective privé du futur, fondu de ses lointains confrères des années 1930, avait tout d'un Polaroid™ bien trop souvent photocopié. Mais peut-être que cet amour des privés made in Underwood© allait-il être de la trempe du fusil de Tchekhov ?
Si la présence, dès les premières pages, d'une « femme fatale », semble donner le ton. Si l'ombre porté du Faucon maltais ne fera que se renforcer. La profession de détective privé semble aussi utile à l'intrigue du roman qu'un cataplasme à la moutarde sur une jambe de bois. 

       Une intrigue qui, nonobstant le titre du roman, tient plus de la berceuse que du blues.   

Fort heureusement, John Varley gratifie son roman d'une très belle idée ; au travers du personnage nommé Sherlock. Rien qui ne rattrape totalement l'ennui profond d'une enquête poussive, et  au final, sans grand intérêt. Mais les chapitres racontés par ledit Sherlock sont les plus intéressants, les plus ém…