Accéder au contenu principal

La construction du surhomme

... 7ième tome de la contre-histoire de la philosophie de Michel Onfray, La Construction du surhomme ne déroge pas à la qualité des volumes précédents. 
Ce nouvel opus du philosophe normand s'articule en deux parties autour de deux philosophes : Jean-Marie Guyot et de Friedrich Nietzsche, unis dans un même élan vitaliste. 
Lire Michel Onfray (tout comme l'écouter) est toujours un plaisir tant il fait preuve d'une immense pédagogie associée à un énorme travail en amont.

... Cela dit, j'aimerais profiter de La Construction du surhomme (et de ma réflexion sur un possible article sur Superman) pour déconstruire une idée reçue ; celle qui associe Superman au surhomme de Nietzsche, et par extension aux super-héros en général. 
All-Star Superman n°10
... Le surhomme de Nietzsche ou devrais-je peut-être dire le surhumain, prophétisé par Zarathoustra est d'abord une figure post-chrétienne ; et pour cause puisque puisque Dieu est mort (Cf. Le Gai savoir). 
Le surhumain (ou surhomme) est un état, une figure existentielle qui consent au tragique, c'est-à-dire (pour faire court) qu'il accepte le monde tel qu'il est sans croire en un "arrière monde". D'où la nécessite de l'Amor fati (locution latine qui veut dire "aime ton destin").
Du reste, le surhomme est volonté de puissance ou plus précisément volonté vers la puissance. Pour comprendre de quoi il s'agit Michel Onfray cite l'exemple donné par Friedrich Nietzsche lui-même, celui du Sipo matador ...
[..] il s'agit d'une plante grimpante des îles de Java qui, pour exister, a besoin de lumière et grimpe sur le tronc des chênes pour parvenir à la canopée où elle se nourrit de soleil, de sa force et de sa luminosité bienfaisante [..]
... ainsi la volonté de puissance renvoie-t-elle à l’exubérance de de la flore tropicale. 
Je veux bien concéder toutefois que cet exemple d'une plante se gorgeant de soleil n'est pas sans rappeler Superman

En outre la philosophie existentielle de Nietzsche repose sur l'idée de l'éternel retour de ce qui a eu lieu dans une configuration identique.

Il apparaît dés lors que le surhomme est celui qui pratique le tetrapharmakon nietzschéen :

• Il affirme le triomphe de la volonté de puissance.
• La mort n'est pas à craindre car il affirme l'éternel retour des choses sur un mode identique.
• La souffrance est supportable, d'où la nécessité de l'amor fati.
• Le bonheur est possible.

Il n'y a personne me semble-t-il, au sein de la communauté des surhommes d'encre et de papier aux capacités hypertrophiées et à la double identité,  qui correspond à ce portrait.
All-Star Superman n°1

... Nonobstant, il est pourtant  possible de penser Superman (et les super-héros) à partir de Nietzsche. De fait si Zarathoustra est le double allégorique du philosophe au marteau (le surhomme en est la transmutation culturelle) , Superman est l'enfant de l'union alchimique de Jerry Siegel & de Joe Shuster. 
D'autre part il me paraît évident que l'aphorisme le plus connu de Nietzsche : "Ce qui ne me tue pas me rend plus fort" s'applique à une multitude de super-héros (pour ne pas dire tous) ; de Peter Parker mordu par une araignée radioactive qui devient Spider-Man, à Bruce Banner qui survit à l'explosion d'une bombe Gamma et devient Hulk. Sans oublier Bruce Wayne, et Kal-El alias Clark Kent dernier survivant de son monde. Ni les surhommes soviétiques.  
All-Star Superman n°1

... Pour conclure provisoirement ma réflexion,  je laisse la parole à Michel Onfray ...

Commentaires

  1. Ok Wow! Enfin! Quelqu'un à trouvé le moyen d'articuler ma pensée pour moi mais encore mieux que je ne me le figurais moi même! Cette association constante de Superman et Nietzsche en est une de fortune et elle donne une perspective parfois une perspective erronée des idées du philosophe. Ton papier, je le colle partout artemus. Du solide!

    RépondreSupprimer
  2. Y'en a marre! Je vais te mentionner en ondes aujourd'hui au Mystérieux étonnants, faire un petit topos sur ton auguste personne virtuelle! Il le faut! Ca fait plus d'une an que tu me stimules et me dilate la rate!

    RépondreSupprimer
  3. Merci amigo, je suis touché par tes compliments ; et merci pour le sérieux coup de projecteur aux Mystérieux Étonnants. Faire partie de l'équipe l'espace d'un instant est un honneur. [-_ô]

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Killing Joke [USA Magazine n°36]

En septembre 1988, le Joker fait la couverture de « USA Magazine », magazine publié sous la direction de Fershid Bharucha. Cette illustration est, nous dit Brian Bolland « une étude dessinée à Paris (avec des marqueurs en fin de vie, (...)). Le dessinateur italien Tanino Liberatore en a tiré une version peinte (...). »
Dans ce même numéro, en complément de la parution de l'épisode du mois de Killing Joke, alors pré-publié sous le titre de  Souriez, Jean-Paul Jennequin livre un article de  deux pages :
C'est tout pour aujourd'hui ! 
(Tous mes remerciements à Albert.)

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Breach [Bob Harras / Marcos Martin]

Brève série de 11 numéros, Breach à l'immense avantage de pourvoir être lue sans connaissances préalables de ce qu'il est plus ou moins convenu d'appeler l'univers DC Comics. Envisagé comme une relance de Captain Atom, un personnage qui a notamment fait partie de l'écurie Charlton et a servi de modèle au Dr Manhattan, le personnage éponyme endossera finalement les atours du nouveau venu. 
Création de Bob Harras et de Marcos Martin, cette pourtant excellente série n'a visiblement pas été très soutenue par l'éditeur et, conséquences inévitables, n'a pas trouvé son lectorat. Je fais d'ailleurs partie de ceux qui sont passés totalement à coté.
Sacrifiée sur l'autel de la rentabilité, Breach mérite pourtant qu'on lui prête attention. 

       Le premier numéro, de 28 planches (extra-sized) donne d'ailleurs immédiatement le ton.
Plongé directement dans l'action, le lecteur découvre que l'articulation de la série se fera au travers d'un