Accéder au contenu principal

HULK : Les origines

... Au cœur du désert, les derniers préparatifs en vue d'une mise à feu expérimentale se terminent. Cet essai est celui de la première bombe G, son inventeur : le professeur Banner.
Un scientifique qui doit faire face d'une part aux tentatives d'ingérence du général Ross et d'autre part à la défiance de son collègue Igor. Comme si cela ne suffisait pas, juste avant l'ultime moment, alors que le compte à rebours a commencé Banner aperçoit un jeune homme sur l'aire d'expérimentation. Il intime à Igor de faire cesser le compte à rebours alors qu'il s'élance pour sauver le jeune inconscient .....

... Les origines de Hulk sont on ne peut plus claires : d'un côté du quatrième mur la bombe Gamma, et de l'autre côté un savant mélange de films de science-fiction de l'époque, de Dr Jekyll &  Mister Hyde, de  Frankenstein, sans oublier l'ombre du Golem. Voire aussi la longue tradition des comics de monstres de la Marvel...... Des approches déjà peu ou prou abordées et que pour ma part je contournerai, préférant quelques chemins de traverse.

Ainsi lorsqu'on se penche sur l'origine d'un personnage (d'un fait) on ne peut, me semble-t-il faire l'économie de "l'origine de l'origine" de celui-ci, ni celle de l'épistémè d'une époque. 
Si "l'origine de l'origine" sera envisagée du point de vue métapsychologique grâce à la mémoire phylogénétique, il faut entendre par épistémè, la manière dont les avancées scientifiques d'une époque influence le courant des idées. 



Walter Simonson
Or donc, ce que je propose ici consistera en une mise en contexte du personnage, avec quelques pistes peu ou pas explorées. Puis, je suggérerai une filiation absolument étasunienne à la créature de Jack Kirby & Stan Lee, avant de remonter plus en profondeur la mémoire phylogénétique des États-Unis.



"Si le rayonnement de milles soleils devait foudroyer les cieux,
se serait comme la splendeur du Tout-Puissant ...
Je suis devenu la Mort, destructeur des mondes."

Robert Openheimer citant un extrait du Bhagavad-gîta lors de l'explosion de Trinity : 16/07/1945 


... En 1962, l'année où apparaît Hulk, nous sommes en pleine guerre froide. Les deux blocs possèdent la bombe et il ne fait aucun doute que la bombe G du professeur Banner évoque la bombe H de notre réalité.
Différence notable, contrairement à la bombe A,  la bombe à hydrogène est une création "en temps de paix". Cette bombe, surnommée la super-bombe (ou la Super) pouvait libérer une puissance mille fois plus puissante que celle larguée sur Hiroshima, comme allait le révéler l'essai de Bikini en 1954.  
D'ailleurs au début des calculs sur la faisabilité de cette nouvelle bombe, certains scientifiques se demandaient si une telle puissance (seulement envisagée à ce moment là) n'allait pas mettre le feu à l'azote de l'atmosphère et à l'hydrogène de l'océan. Ce n'est pas peu dire, n'est-ce pas ?!

Loin de faire l'unanimité dans la communauté scientifique le feu vert donné à l'élaboration de la bombe H sera le fruit de la pression des militaires, de l'explosion de la bombe atomique soviétique et certainement une réaction l'affaire d'espionnage "Klaus Fuchs".

Le créateur de Mike Hammer

... Faut-il rappeler qu'au cours de la décennie qui précède l'arrivée de Hulk, pour les Américains l'ennemi n'est plus seulement extérieur. Ainsi, même Mike Hammer cessera de poursuivre les gangsters dont il fait pourtant son pain quotidien pour mettre, lui aussi, un terme à la subversion communiste suivant en cela le célèbre sénateur Joseph McCarthy. 

  
.. Tous ces éléments se retrouvent dans le premier numéro de Hulk : la bombe, les militaires et l'infiltration communiste en la personne d'Igor. D'autant qu'en 1961 (Hulk n°1 est daté de mai 1962) la Tsar Bomba, la plus puissante bombe H (d'origine soviétique) de toute l'histoire explosait en Nouvelle-Zemble.



Cependant, le brillant Bruce Banner loin de succomber à l'explosion de la bombe Gamma allait devenir l'un des personnages les plus puissants de l'univers Marvel

Les Cahiers de la BD n° 78 (traduction T. Groensteen)



Commentaires

  1. genial !
    je sens que ça vas etre bien tout ça
    je crois que c' est un de mes personnages préférés

    RépondreSupprimer
  2. Merci d'avoir pris le temps de laisser un encouragement, amigo !

    RépondreSupprimer
  3. Et l' épisode de planetary est toujours aussi génial,

    RépondreSupprimer
  4. "Faut-il rappeler qu'au cours de la décennie qui précède l'arrivée de Hulk, pour les Américains l'ennemi n'est plus seulement extérieur. Ainsi, même Mike Hammer cessera de poursuivre les gangsters dont il fait pourtant son pain quotidien pour mettre, lui aussi, un terme à la subversion communiste suivant en cela le célèbre sénateur Joseph McCarthy. "

    Et Robert Aldrich modifiera le mcGuffin d'En Quatrième vitesse, la fameuse mallette : d'un paquet de drogue, on passe à un explosif mystérieux.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Deathlok [Charlie Huston / Lan Medina]

Les remakes, relaunchs, reboots, voire les réécritures de « classiques » façon littérature de genre, sont devenus omniprésents dans le divertissement de masse. Rien qui ne puisse, un jour ou l'autre, se voir  « updater ».
En 2009-2010, c'est au tour de Deathlock, un personnage créé par Rich Buckler & Doug Moench pour Marvel [Pour en savoir +], et qui n'a jamais vraiment trouvé sa place chez l'éditeur des Avengers et consorts, de se voir offrir un nouveau tour de piste. C'est à Charlie Huston, auréolé de son run sur la série consacrée à Moon Knight, qu'on a commandé un scénario qui devra tenir sept numéros mensuels. Huston est, avant de travailler pour la Maison des idées™, d'abord connu pour ses romans. C'est via son agent littéraire qu'il a mis un pied dans la BD, au moment où Marvel recrutait en dehors de sa zone d'influence. Cela dit, il reconnaît une attirance pour la SF contractée dès son plus jeune âge ; et particulièrement pour les u…

Blues pour Irontown [John Varley / Patrick Marcel]

Ça commençait plutôt mal. 
L'idée d'un détective privé du futur, fondu de ses lointains confrères des années 1930, avait tout d'un Polaroid™ bien trop souvent photocopié. Mais peut-être que cet amour des privés made in Underwood© allait-il être de la trempe du fusil de Tchekhov ?
Si la présence, dès les premières pages, d'une « femme fatale », semble donner le ton. Si l'ombre porté du Faucon maltais ne fera que se renforcer. La profession de détective privé semble aussi utile à l'intrigue du roman qu'un cataplasme à la moutarde sur une jambe de bois. 

       Une intrigue qui, nonobstant le titre du roman, tient plus de la berceuse que du blues.   

Fort heureusement, John Varley gratifie son roman d'une très belle idée ; au travers du personnage nommé Sherlock. Rien qui ne rattrape totalement l'ennui profond d'une enquête poussive, et  au final, sans grand intérêt. Mais les chapitres racontés par ledit Sherlock sont les plus intéressants, les plus ém…