Accéder au contenu principal

Les âmes perdues (3)



... Apparemment, tout le monde le connaissait de nom cette nuit. Comme elle se dirigeait vers lui, des marées de graisse agitèrent son torse et ses membres.
... Eddie était sur le point de lui demander : "Qui êtes-vous ?", mais ses lèvres se figèrent lorsqu'il constata que les pieds de cette créature ne touchaient pas le sol. Elle flottait.
... S'il avait été sobre, peut-être aurait-il eu le réflexe de prendre ses jambes à son cou, mais l'alcool qui coulait dans ses veines avait sur lui un effet lénifiant. Il ne bougea pas.
... - Eddie, répéta-t-elle. J'ai une bonne nouvelle et une mauvaise nouvelle. Laquelle préférez-vous entendre en premier ?
... Eddie réfléchit quelques instants.
... - La bonne, répondit-il.
... - Vous allez mourir demain, lui déclara-t-on avec un léger sourire.
... - C'est une bonne nouvelle, ça ?
... - Votre âme immortelle est promise au Paradis ... murmura-t-elle. N'est-ce pas une raison de se réjouir ?
... - Quelle est la mauvaise nouvelle ?
... Elle plongea une main aux doigts boudinés dans la crevasse séparant ses seins luisants. Il en monta un petit couinement plaintif, puis un animal émergea de cette cachette. C'était un croisement entre l'avorton de lézard et le rat chétif, pourvu des qualités les moins reluisantes de ces deux bestioles. Elle le tendit vers Eddie, et ses pitoyable pattes se mirent à pédaler dans le vide.
... - Ceci, dit-elle, est votre âmes immortelle.
... Elle a raison, se dit Eddie : c'est une mauvaise nouvelle.
... - Oui reprit-elle. Un spectacle bien pathétique, n'est-ce pas ? (L'âme d'Eddie se mit à baver.) Elle est sous-alimentée. Elle est si faible qu'elle est sur le point d'expirer. Et pourquoi ?
... Elle ne laissa pas à Eddie la chance de répondre.
...  - Trop peu de bonnes œuvres ...
... Eddie s'aperçut qu'il claquait des dents.
...  - Que suis-je sensé faire ? demanda-t-il.
...  - Il vous reste encore un souffle. Vous devez racheter toute une existence vouée au profit ... 
...  - Je ne vous suis pas.
... - Demain, transformez la supérette Axel en Temple de la Charité, et peut-être que ça aidera votre âme à se requinquer.
... Eddie remarque que la femme obèse entamait son ascension. Du ciel obscur descendit une musique triste, triste, qui l'enveloppa de ses accords mineurs jusqu'à ce qu'elle se soit évaporée.

... La fille avait disparu lorsque Harry sortit de la maison. Le chien crevé aussi. Désemparé, il regagna péniblement l'appartement de Norma, pour profiter de sa compagnie plutôt que pour lui reprocher de s'être trompée.
... - Je ne me trompe jamais, lui dit-elle, élevant la voix pour couvrir la cacophonie des cinq télés et des cinq radios qui fonctionnaient chez elle en permanence.
... C'était, affirmait-elle, le seul moyen dont elle disposait pour garder les esprits à distance et préserver sa vie privée : ces incessants bavardages les plongeaient dans la détresse. 
... - J'ai vue une puissance dans cette maison de Ridge Street, ajouta-t-elle. Sans déconner.
... Harry allait protester lorsqu'un écran accrocha son regard. Une équipe filmait un reporter planté devant une épicerie ("Supérette Axel", proclamait l'enseigne) d'où l'on évacuait des cadavres.
... - Qu'est-ce qui se passe ? demanda Norma.
... - On dirait les séquelles d'une explosion , répliqua Harry, qui tentait d'identifier la voix du reporter au sein du vacarme ambiant.
... - Augmente le son. J'aime bien les catastrophes.
... Ce n'était pas une bombe qui était à l'origine du carnage, mais une émeute. Durant la matinée, une bagarre avait éclaté dans l'épicerie bondée ; personne ne savait pourquoi. Cette bagarre avait tourné au bain de sang. D'après l'estimation la plus prudente, on déplorait trente morts et une soixantaine de blessés. Lorsque le reporter évoqua une éruption spontanée de violence urbaine, Harry se sentit envahi  d'un terrible soupçon.
... - Cha'Chat ... murmura-t-il.
... Norma l'entendit en dépit du vacarme.
... - Pourquoi en es-tu si sûr ? demanda-t-elle.
... Harry resta muet. Il écoutait le reporter résumer une nouvelle fois le drame, espérant qu'il préciserait la localisation de la Supérette Axel. Gagné. Sur la 3e Avenue, entre la 94e Rue et la 95e Rue.
... - Garde le moral, dit-il à Norma, et il la laissa à son brandy et à ses morts, qui potinaient dans la salle de bains. 
 
À suivre ....

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

The Words

...The Words (Les Mots) est un film qui avait tout pour me séduire : le roman en tant qu'élément principal, des acteurs que j'aime bien ; Dennis Quaid, Jeremy Irons, J. K. Simmons et Bradley Cooper. Éléments supplémentaire l'histoire se révèle être une histoire dans l'hisitoire. Ou plus exactement un roman à propos de l'écriture d'un roman, écrit par un autre ; entre fiction et réalité. 

Je m'explique.

Clay Hammon fait une lecture public de son dernier livre The Words dans lequel un jeune auteur, Rory Jansen, en mal de reconnaissance tente vaille que vaille de placer son roman chez différents éditeurs. Cet homme vit avec une très belle jeune femme et il est entouré d'une famille aimante. Finalement il va se construire une vie somme toute agréable mais loin de ce qu'il envisageait. Au cours de sa lune de miel, à Paris, son épouse va lui offrir une vieille serviette en cuir découverte chez un antiquaire, pour dit-elle qu'il y mette son manuscrit. Ca…

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spiroude 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par Philippe Manœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant. Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82.

Bonne lecture.







Lisa Lyon

.. Lisa Lyon la sculpturale culturiste des années 80 pose pour vous ....





Quelques photographies supplémentaires ici, réservées à un public majeur.