Accéder au contenu principal

Les âmes perdues (4)

... En dernière extrémité, Linda était retournée dans la maison de Ridge Street espérant sans trop y croire qu'elle retrouverait Bolo. D'après ses calcule, celui-ci était le candidat le plus probable au titre de père de l'enfant qu'elle portait dans son ventre, mais bien des hommes étranges étaient entrés dans sa vie à cette époque ; des hommes dont les yeux semblaient dorés si la lumière était bonne ; des hommes aux soudains sourire sans joie. Quoi qu'il en soit, Bolo était demeuré introuvable, et elle se retrouvait seule - comme elle s'en était doutée. il ne lui restait plus qu'un espoir, celui de s'étendre et de crever.
... Mais il y a mourir et mourir. D'un côté, cette extinction qu'elle appelait chaque soir de ses prières, s'endormir et succomber insidieusement au froid ; de l'autre, cette mort, cette mort qu'elle percevait chaque fois que ses paupières s'alourdissaient sous l'effet de la fatigue. Une mort ne lui apportant ni la dignité dans le trépas ni l'espoir en un Au-delà ; une mort causée par un homme en costume gris dont le visage évoquait tantôt celui d'un saint presque familier, tantôt un mur au plâtre pourrissant.
... La main tendue pour mendier quelques pièces, elle se dirigea vers Times Square. Le flot de piétons était si dense qu'elle se sentait en sécurité pour le moment. Repérant un petit restau, elle commanda des œufs et un café, se débrouillant pour que ses maigres ressources lui permettent de payer l'addition. Le bébé s'agita quand elle se nourrit. Elle le sentit se retourner dans son sommeil, désormais près de se réveiller. Peut-être devrait-elle lutter encore un peu, se dit-elle. Pour le bébé sinon pour elle-même.
... Elle resta à sa table, retournant le problème dans sa tête, jusqu'à ce que les marmonnements du propriétaire la poussent à s'enfuir, rouge de honte.
... On était en fin d'après-midi et le temps ne s'arrangeait pas. Non loin de là, une femme chantait en italien ; quelque aria tragique. Les larmes aux yeux, Linda s'éloigna de la souffrance portée par les notes, prenant une direction au hasard.
... Alors que la foule l'engloutissait, un homme vêtu de gris s'écarta des badauds rassemblés autour de la diva des rues, envoyant son jeune acolyte en reconnaissance afin de ne pas perdre sa proie.
... Marchetti regrettait de s'arracher à ce spectacle. Celui-ci était des plus amusants. La voix de la chanteuse, noyée dans l'alcool depuis belle lurette, ratait sa cible d'un demi-ton essentiel - exemple parfait de perfection impossible -, rendant risible l'œuvre de Verdi tout en étant à deux doigts de la transcendance. Il reviendrait faire un tour dans le coin une fois que la bête aurait été éliminée. Grâce à cette extase ratée, il était plus proche des larmes qu'il ne l'avait été depuis des mois ; et il adorait pleurer.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Killing Joke [USA Magazine n°36]

En septembre 1988, le Joker fait la couverture de « USA Magazine », magazine publié sous la direction de Fershid Bharucha. Cette illustration est, nous dit Brian Bolland « une étude dessinée à Paris (avec des marqueurs en fin de vie, (...)). Le dessinateur italien Tanino Liberatore en a tiré une version peinte (...). »
Dans ce même numéro, en complément de la parution de l'épisode du mois de Killing Joke, alors pré-publié sous le titre de  Souriez, Jean-Paul Jennequin livre un article de  deux pages :
C'est tout pour aujourd'hui ! 
(Tous mes remerciements à Albert.)

Breach [Bob Harras / Marcos Martin]

Brève série de 11 numéros, Breach à l'immense avantage de pourvoir être lue sans connaissances préalables de ce qu'il est plus ou moins convenu d'appeler l'univers DC Comics. Envisagé comme une relance de Captain Atom, un personnage qui a notamment fait partie de l'écurie Charlton et a servi de modèle au Dr Manhattan, le personnage éponyme endossera finalement les atours du nouveau venu. 
Création de Bob Harras et de Marcos Martin, cette pourtant excellente série n'a visiblement pas été très soutenue par l'éditeur et, conséquences inévitables, n'a pas trouvé son lectorat. Je fais d'ailleurs partie de ceux qui sont passés totalement à coté.
Sacrifiée sur l'autel de la rentabilité, Breach mérite pourtant qu'on lui prête attention. 

       Le premier numéro, de 28 planches (extra-sized) donne d'ailleurs immédiatement le ton.
Plongé directement dans l'action, le lecteur découvre que l'articulation de la série se fera au travers d'un

Le jeu de la damnation [Clive Barker / Jean-Daniel Brèque]

« Rien n'est plus terrifiant que de donner à imaginer quelques abominations tapies derrière une porte, pour ne surtout jamais l'ouvrir, au risque de décevoir le lecteur. Car son imagination sera toujours plus fertile que les terribles images que s'échine à y injecter le conteur ».
Frappé au coin du bon sens, cet évangile de l'horreur dispensé depuis la ville de Providence dans l'État du Rhode Island, en 1979 par William F. Nolan, est cependant devenu obsolète depuis que des auteurs de l'envergure de Clive Barker ont mis un pied dans le genre.
« Le jeu de la damnation », traduit par Jean-Daniel Brèque en est un exemple frappant. Je dirais même que sans « les terribles images » qu'y injecte Clive Barker, ce roman ne serait pas ce qu'il est. 

            En effet le natif de Liverpool s'inspire ici d'un conte populaire bien connu, dont le titre du roman ne fait pas mystère du thème, et qui tient tout entier son intérêt dans l'imagination fertile …