Accéder au contenu principal

Les âmes perdues (4)

... En dernière extrémité, Linda était retournée dans la maison de Ridge Street espérant sans trop y croire qu'elle retrouverait Bolo. D'après ses calcule, celui-ci était le candidat le plus probable au titre de père de l'enfant qu'elle portait dans son ventre, mais bien des hommes étranges étaient entrés dans sa vie à cette époque ; des hommes dont les yeux semblaient dorés si la lumière était bonne ; des hommes aux soudains sourire sans joie. Quoi qu'il en soit, Bolo était demeuré introuvable, et elle se retrouvait seule - comme elle s'en était doutée. il ne lui restait plus qu'un espoir, celui de s'étendre et de crever.
... Mais il y a mourir et mourir. D'un côté, cette extinction qu'elle appelait chaque soir de ses prières, s'endormir et succomber insidieusement au froid ; de l'autre, cette mort, cette mort qu'elle percevait chaque fois que ses paupières s'alourdissaient sous l'effet de la fatigue. Une mort ne lui apportant ni la dignité dans le trépas ni l'espoir en un Au-delà ; une mort causée par un homme en costume gris dont le visage évoquait tantôt celui d'un saint presque familier, tantôt un mur au plâtre pourrissant.
... La main tendue pour mendier quelques pièces, elle se dirigea vers Times Square. Le flot de piétons était si dense qu'elle se sentait en sécurité pour le moment. Repérant un petit restau, elle commanda des œufs et un café, se débrouillant pour que ses maigres ressources lui permettent de payer l'addition. Le bébé s'agita quand elle se nourrit. Elle le sentit se retourner dans son sommeil, désormais près de se réveiller. Peut-être devrait-elle lutter encore un peu, se dit-elle. Pour le bébé sinon pour elle-même.
... Elle resta à sa table, retournant le problème dans sa tête, jusqu'à ce que les marmonnements du propriétaire la poussent à s'enfuir, rouge de honte.
... On était en fin d'après-midi et le temps ne s'arrangeait pas. Non loin de là, une femme chantait en italien ; quelque aria tragique. Les larmes aux yeux, Linda s'éloigna de la souffrance portée par les notes, prenant une direction au hasard.
... Alors que la foule l'engloutissait, un homme vêtu de gris s'écarta des badauds rassemblés autour de la diva des rues, envoyant son jeune acolyte en reconnaissance afin de ne pas perdre sa proie.
... Marchetti regrettait de s'arracher à ce spectacle. Celui-ci était des plus amusants. La voix de la chanteuse, noyée dans l'alcool depuis belle lurette, ratait sa cible d'un demi-ton essentiel - exemple parfait de perfection impossible -, rendant risible l'œuvre de Verdi tout en étant à deux doigts de la transcendance. Il reviendrait faire un tour dans le coin une fois que la bête aurait été éliminée. Grâce à cette extase ratée, il était plus proche des larmes qu'il ne l'avait été depuis des mois ; et il adorait pleurer.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Deathlok [Charlie Huston / Lan Medina]

Les remakes, relaunchs, reboots, voire les réécritures de « classiques » façon littérature de genre, sont devenus omniprésents dans le divertissement de masse. Rien qui ne puisse, un jour ou l'autre, se voir  « updater ».
En 2009-2010, c'est au tour de Deathlock, un personnage créé par Rich Buckler & Doug Moench pour Marvel [Pour en savoir +], et qui n'a jamais vraiment trouvé sa place chez l'éditeur des Avengers et consorts, de se voir offrir un nouveau tour de piste. C'est à Charlie Huston, auréolé de son run sur la série consacrée à Moon Knight, qu'on a commandé un scénario qui devra tenir sept numéros mensuels. Huston est, avant de travailler pour la Maison des idées™, d'abord connu pour ses romans. C'est via son agent littéraire qu'il a mis un pied dans la BD, au moment où Marvel recrutait en dehors de sa zone d'influence. Cela dit, il reconnaît une attirance pour la SF contractée dès son plus jeune âge ; et particulièrement pour les u…

Blues pour Irontown [John Varley / Patrick Marcel]

Ça commençait plutôt mal. 
L'idée d'un détective privé du futur, fondu de ses lointains confrères des années 1930, avait tout d'un Polaroid™ bien trop souvent photocopié. Mais peut-être que cet amour des privés made in Underwood© allait-il être de la trempe du fusil de Tchekhov ?
Si la présence, dès les premières pages, d'une « femme fatale », semble donner le ton. Si l'ombre porté du Faucon maltais ne fera que se renforcer. La profession de détective privé semble aussi utile à l'intrigue du roman qu'un cataplasme à la moutarde sur une jambe de bois. 

       Une intrigue qui, nonobstant le titre du roman, tient plus de la berceuse que du blues.   

Fort heureusement, John Varley gratifie son roman d'une très belle idée ; au travers du personnage nommé Sherlock. Rien qui ne rattrape totalement l'ennui profond d'une enquête poussive, et  au final, sans grand intérêt. Mais les chapitres racontés par ledit Sherlock sont les plus intéressants, les plus ém…