Accéder au contenu principal

Les âmes perdues (5)

... Planté en face de la Supérette Axel dans la 3e Avenue, Harry observait les observateurs. Plusieurs centaines de badauds s'étaient rassemblés en ce début de soirée glacial pour voir tout ce qu'il y avait à voir ; et ils n'étaient pas déçus. Les cadavres ne cessaient de sortir ; sur des brancards et par paquets ; il y avait même quelques chose dans un seau.
... - Quelqu'un sait-il exactement ce qui s'est passé ? demanda-t-il à ses voisins.
... Un homme tourna vers lui un visage rougi par le froid.
... - Le type qui tenait l'épicerie a décidé de donner sa marchandise, dit-il en se fendant d'un large sourire, réjoui par cette absurdité. Et l'épicerie a été envahie. Quelqu'un a été tué lors de la bousculade...
... - À ce qu'on m'a dit, tout a commencé avec une boîte de corned-beef, proposa un autre. Quelqu'un a été battu à mort avec une boîte de corned-beef.
... Cette rumeur fût aussitôt contestée par plusieurs autres sources ; chacune avait sa version du drame.
... Harry se préparait à trier la réalité de la fiction lorsqu'un bref dialogue attira son attention.
... Un gamin de neuf ou dix ans agrippait son copain par la manche de son manteau.
... - Tu l'as sentie ? demanda-t-il.
... L'autre hocha vigoureusement la tête.
... - Dégueulasse, pas vrai ? dit le premier.
... - J'ai senti de la merde qui sentait meilleur, dit le second, et les deux petits conspirateurs éclatèrent de rire.
... Harry se tourna vers l'objet de leur joie. À la lisière de la foule, une femme monstrueusement obèse, aux vêtements hors saison, observait les lieux du drame avec dans les yeux une lueur étincelante.
... Harry oublia aussitôt les questions qu'il comptait poser aux badauds. Il avait un souvenir extrêmement net de la façon dont les frères infernaux lui apparaissaient en rêve. Ce n'était pas leur malédictions qu'il se rappelait, ni même les difformités qu'ils exhibaient ; c'était leur puanteur. Une odeur de cheveux roussis et d'haleine fétide ; de viande de veau pourrissante au soleil. Ignorant le débat qui faisait rage autours de lui, il se dirigea vers la femme. 
... Celle-ci l'aperçut et, lorsqu'elle plissa le front, les boudins qui lui paraient la gorge se mirent à ondoyer.
... C'était Cha'Chat, Harry en était persuadé. Et comme pour confirmer son impression, le démon s'enfuit en courant, faisant exécuter un véritable fandango à ses membres et à ses fesses prodigieuses. Lorsque Harry réussit à s'extraire de la foule, le démon tournait déjà au coin de la 95e Rue, mais son corps d'emprunt n'était pas conçu pour la vitesse et Harry eut vite fait de franchir la distance qui les séparait. Plusieurs réverbères étaient cassés le long de la rue, et lorsqu'il agrippa le démon dans un bruit de déchirure, la pénombre occulta la pénible vérité durant cinq bonnes secondes, jusqu'à ce que Harry comprenne que Cha'Chat s'était extirpé de sa chair usurpée, lui laissant entre les mains une parure ectoplasmique qui commençait déjà à se désagréger comme du fromage trop fait. Débarrassé de son fardeau, le démon prenait déjà congé ; aussi mince que l'espoir et deux fois plus fuyant. Harry laissa choir le manteau d'immondices et se lança à sa poursuite, hurlant les syllabes que lui avait enseignées le père Hess.
... À sa grande surprise, Cha'Chat pila net et se tourna vers lui. Ses yeux étaient braqués dans toutes les directions excepté celle des Cieux ; sa gueule béante tentait d'émettre un rire. On aurait dit les gargouillis d'un homme vomissant dans une cage d'ascenseur.
... - Des mots, D'Amour ? dit-il, tournant en dérision le charme de Hess. tu crois pouvoir m'arrêter avec des mots ?
... - Non.
... La balle tirée par Harry ouvrit un petit cratère dans l'abdomen de Cha'Chat avant que les yeux de celui-ci aient repéré son pistolet.
... - Salaud ! beugal-t-il. Enculé !
... Il tomba sur le pavé, et du cratère jaillit un geyser de sang couleur de pisse. Harry se dirigea vers lui au petit trot. Les balles étaient impuissantes à tuer un démon aussi élevé dans la hiérarchie que Cha'Chat ; mais une seule cicatrice suffirait à lui attirer les quolibets de se semblables. Une deuxième serait presque insoutenable.
... - Ne fais pas ça, supplia-t-il lorsque Harry pointa le pistolet sur sa tête. Pas au visage.
... - Donne-moi une bonne raison.
... - Tu vas avoir besoin de tes balles.
... Harry s'était attendu à des menaces et à du marchandage. Cette réponse le déconcerta.
... - Quelque chose va se déchainer cette nuit, D'Amour. (Le sang qui se répandait autour de Cha'Chat prenait une couleur laiteuse et une consistance pâteuse, un peu comme de la cire fondue.) Quelque chose de bien plus dangereux que moi.
... - Son nom ?
... Large sourire du démon.
... - Qui sait ? Cette saison est des plus étranges, n'est-ce pas ? De longues nuits. Des cieux dégagés. De telles nuits sont propices à la naissance de certaines choses, ne crois-tu pas ?
... - ? demanda Harry en collant le canon de son arme au nez de Cha'Chat.
... - tu es une brute, D'Amour, dit le démon d'une voix pleine de reproche. tu le sais ?
... - Parle ..
... Les yeux de la chose s'assombrirent ; son visage sembla se brouiller.
... - Quelque part au sud d'ici, je dirais ... Un hôtel ..
... le ton de sa voix s'altérait subtilement ; ses traits perdaient de leur solidité. L'index de Harry le démangeait, et il avait envie d'infliger à ce monstre une plaie qui l'empêcherait à jamais de se regarder dans la glace, mais il ne pouvait pas se permettre de le faire taire alors qu'il était disposé à parler.
... - ... dans la Quarantième-quatrième Rue. Entre la Sixième ... la sixième Avenue et Broadway. (Sa voix était à présent carrément féminine.) Des rideaux bleus ... Je vois des rideaux bleus ...
... Comme il prononçait ces mots, les derniers vestiges de son visage s'évanouirent, et Harry vit à ses pieds Norma qui perdait son sang sur le trottoir.
... - Tu ne vas tout de même pas tirer sur une vieille dame ? gémit-elle.
... Harry n'hésita que cinq secondes, mais cela suffit au rusé Cha'Chat pour se replier entre deux plans d'existence et s'éclipser. La créature lui échappait pour la deuxième fois en un mois.
... Et par-dessus le marché, voilà qu'il se mettait à neiger.

À suivre ....

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Deathlok [Charlie Huston / Lan Medina]

Les remakes, relaunchs, reboots, voire les réécritures de « classiques » façon littérature de genre, sont devenus omniprésents dans le divertissement de masse. Rien qui ne puisse, un jour ou l'autre, se voir  « updater ».
En 2009-2010, c'est au tour de Deathlock, un personnage créé par Rich Buckler & Doug Moench pour Marvel [Pour en savoir +], et qui n'a jamais vraiment trouvé sa place chez l'éditeur des Avengers et consorts, de se voir offrir un nouveau tour de piste. C'est à Charlie Huston, auréolé de son run sur la série consacrée à Moon Knight, qu'on a commandé un scénario qui devra tenir sept numéros mensuels. Huston est, avant de travailler pour la Maison des idées™, d'abord connu pour ses romans. C'est via son agent littéraire qu'il a mis un pied dans la BD, au moment où Marvel recrutait en dehors de sa zone d'influence. Cela dit, il reconnaît une attirance pour la SF contractée dès son plus jeune âge ; et particulièrement pour les u…

Blues pour Irontown [John Varley / Patrick Marcel]

Ça commençait plutôt mal. 
L'idée d'un détective privé du futur, fondu de ses lointains confrères des années 1930, avait tout d'un Polaroid™ bien trop souvent photocopié. Mais peut-être que cet amour des privés made in Underwood© allait-il être de la trempe du fusil de Tchekhov ?
Si la présence, dès les premières pages, d'une « femme fatale », semble donner le ton. Si l'ombre porté du Faucon maltais ne fera que se renforcer. La profession de détective privé semble aussi utile à l'intrigue du roman qu'un cataplasme à la moutarde sur une jambe de bois. 

       Une intrigue qui, nonobstant le titre du roman, tient plus de la berceuse que du blues.   

Fort heureusement, John Varley gratifie son roman d'une très belle idée ; au travers du personnage nommé Sherlock. Rien qui ne rattrape totalement l'ennui profond d'une enquête poussive, et  au final, sans grand intérêt. Mais les chapitres racontés par ledit Sherlock sont les plus intéressants, les plus ém…