Accéder au contenu principal

IKARIE XB1

« Après des milliards de kilomètres à travers l'espace l'Ikarie est sur le point d'atteindre et le terme de son voyage, et les confins de l'univers. Mandaté par le Conseil Mondial de l'Espace, cette "ville" dont la construction a été réalisée en orbite autour de la Terre transporte quatorze habitants partis chercher la vie sur les planètes d'Alpha du Centaure. »

      Débutant in medias res, le film laisse rapidement place à un long flashback qui se terminera par la conclusion de la scène d'ouverture, et par la fin du voyage de l'Ikarie. On est loin, très loin de Flash Gordon ou de La Guerre des Étoiles avec ce film tchécoslovaque datant de 1963.

J'avais lu que des critiques avaient noté des similitudes avec 2001 L'Odyssée de l'Espace ou encore Solaris, pour vous donner une idée du rythme. Et ce n'est pas faux.
Pour ce denier ce n'est guère étonnant, puisque d'aucuns avancent qu'Ikarie XB1 s'inspire du roman de Stanislas Lem (non crédité au générique) Oblock Magellana, l'auteur polonais de science-fiction qui a justement écrit le roman dont s'inspire le film de Tarkovski.


       Or donc, il est amusant de constater également des similitudes avec Commando Spatial, la série télévisée de 1966. Que ce soit au niveau des décors ; extrêmement dépouillés et froid, de la danse que l'on pratique. Hé oui, en 2163 on sait encore s'amuser (tout comme en l'an 3000 pour Commando Spatial).

En tout cas un soins particulier a visiblement été apporté à ces décors, aux vaisseau ou aux combinaisons spatiales ; ainsi qu'aux déplacements en apesanteur. Et d'une manière générale à la vie dans l'espace et à ses conséquence sur la biologie humaine et sa psychologie. En tout état de cause, les décorateurs et les accessoiristes n'ont pas à rougir de leur travail. 

On remarquera une petite critique du 20ième siècle dans une scène séquence pour le moins étonnante, d'autant plus étonnante qu'elle n'entraine aucune question de la part de l'équipage, et donc aucune explication pour le spectateur. 
Cette critique me semble d'ailleurs plus être celle de l'Occident (entendre capitaliste), mais c'est de bonne guerre, et justifiée. Du moins en regard des arguments soulevés.

En outre, mais cela n'est peut-être qu'une coïncidence, Icarie est aussi le nom d'une utopie imaginée par Étienne Cabet, reposant sur des principes disons communistes.

       En définitive, même si j'ai largement préféré Planeta Blur, pour rester du même côté du Mur et vers la même époque, l'amateur de science-fiction ne devrait pas bouder sa chance et tenter l'aventure (cérébrale) d'Ikarie XB1.

Ne serait-ce que par curiosité, et pas opportunité si je puis dire. Ce film étant désormais disponible dans sa version d'origine et en VOSTFR.
Évitez toutefois celle proposée sous le titre de Voyage to the end of the universe, passablement remontée par nos amis d'outre-Atlantique
 (On peut d'ailleurs voir sur Youtube un générique où même les noms ont été américanisés).  

Commentaires

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Deathlok [Charlie Huston / Lan Medina]

Les remakes, relaunchs, reboots, voire les réécritures de « classiques » façon littérature de genre, sont devenus omniprésents dans le divertissement de masse. Rien qui ne puisse, un jour ou l'autre, se voir  « updater ».
En 2009-2010, c'est au tour de Deathlock, un personnage créé par Rich Buckler & Doug Moench pour Marvel [Pour en savoir +], et qui n'a jamais vraiment trouvé sa place chez l'éditeur des Avengers et consorts, de se voir offrir un nouveau tour de piste. C'est à Charlie Huston, auréolé de son run sur la série consacrée à Moon Knight, qu'on a commandé un scénario qui devra tenir sept numéros mensuels. Huston est, avant de travailler pour la Maison des idées™, d'abord connu pour ses romans. C'est via son agent littéraire qu'il a mis un pied dans la BD, au moment où Marvel recrutait en dehors de sa zone d'influence. Cela dit, il reconnaît une attirance pour la SF contractée dès son plus jeune âge ; et particulièrement pour les u…

Blues pour Irontown [John Varley / Patrick Marcel]

Ça commençait plutôt mal. 
L'idée d'un détective privé du futur, fondu de ses lointains confrères des années 1930, avait tout d'un Polaroid™ bien trop souvent photocopié. Mais peut-être que cet amour des privés made in Underwood© allait-il être de la trempe du fusil de Tchekhov ?
Si la présence, dès les premières pages, d'une « femme fatale », semble donner le ton. Si l'ombre porté du Faucon maltais ne fera que se renforcer. La profession de détective privé semble aussi utile à l'intrigue du roman qu'un cataplasme à la moutarde sur une jambe de bois. 

       Une intrigue qui, nonobstant le titre du roman, tient plus de la berceuse que du blues.   

Fort heureusement, John Varley gratifie son roman d'une très belle idée ; au travers du personnage nommé Sherlock. Rien qui ne rattrape totalement l'ennui profond d'une enquête poussive, et  au final, sans grand intérêt. Mais les chapitres racontés par ledit Sherlock sont les plus intéressants, les plus ém…