Accéder au contenu principal

IKARIE XB1

« Après des milliards de kilomètres à travers l'espace l'Ikarie est sur le point d'atteindre et le terme de son voyage, et les confins de l'univers. Mandaté par le Conseil Mondial de l'Espace, cette "ville" dont la construction a été réalisée en orbite autour de la Terre transporte quatorze habitants partis chercher la vie sur les planètes d'Alpha du Centaure. »

      Débutant in medias res, le film laisse rapidement place à un long flashback qui se terminera par la conclusion de la scène d'ouverture, et par la fin du voyage de l'Ikarie. On est loin, très loin de Flash Gordon ou de La Guerre des Étoiles avec ce film tchécoslovaque datant de 1963.

J'avais lu que des critiques avaient noté des similitudes avec 2001 L'Odyssée de l'Espace ou encore Solaris, pour vous donner une idée du rythme. Et ce n'est pas faux.
Pour ce denier ce n'est guère étonnant, puisque d'aucuns avancent qu'Ikarie XB1 s'inspire du roman de Stanislas Lem (non crédité au générique) Oblock Magellana, l'auteur polonais de science-fiction qui a justement écrit le roman dont s'inspire le film de Tarkovski.


       Or donc, il est amusant de constater également des similitudes avec Commando Spatial, la série télévisée de 1966. Que ce soit au niveau des décors ; extrêmement dépouillés et froid, de la danse que l'on pratique. Hé oui, en 2163 on sait encore s'amuser (tout comme en l'an 3000 pour Commando Spatial).

En tout cas un soins particulier a visiblement été apporté à ces décors, aux vaisseau ou aux combinaisons spatiales ; ainsi qu'aux déplacements en apesanteur. Et d'une manière générale à la vie dans l'espace et à ses conséquence sur la biologie humaine et sa psychologie. En tout état de cause, les décorateurs et les accessoiristes n'ont pas à rougir de leur travail. 

On remarquera une petite critique du 20ième siècle dans une scène séquence pour le moins étonnante, d'autant plus étonnante qu'elle n'entraine aucune question de la part de l'équipage, et donc aucune explication pour le spectateur. 
Cette critique me semble d'ailleurs plus être celle de l'Occident (entendre capitaliste), mais c'est de bonne guerre, et justifiée. Du moins en regard des arguments soulevés.

En outre, mais cela n'est peut-être qu'une coïncidence, Icarie est aussi le nom d'une utopie imaginée par Étienne Cabet, reposant sur des principes disons communistes.

       En définitive, même si j'ai largement préféré Planeta Blur, pour rester du même côté du Mur et vers la même époque, l'amateur de science-fiction ne devrait pas bouder sa chance et tenter l'aventure (cérébrale) d'Ikarie XB1.

Ne serait-ce que par curiosité, et pas opportunité si je puis dire. Ce film étant désormais disponible dans sa version d'origine et en VOSTFR.
Évitez toutefois celle proposée sous le titre de Voyage to the end of the universe, passablement remontée par nos amis d'outre-Atlantique
 (On peut d'ailleurs voir sur Youtube un générique où même les noms ont été américanisés).  

Commentaires

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Doctor Strange Legacy [Cates / Hernández Walta / Duclos]

La curiosité m'avait poussé, il y a 4 ou 5 ans, à m'intéresser au travail d'un nouveau venu du nom de Donny Cates. Depuis il a fait son petit bonhomme de chemin et est devenu un scénariste en vue de la Maison des idées™.
Et c'est tout à fait mérité.

Donny Cates n'est pas le genre à vouloir réinventer la poudre, pour finalement accoucher d'un pétard mouillé (qui a dit Tom King ?). Son domaine c'est le divertissement, l'évasion, et très souvent un excellent moment de lecture. 

Cette reprise de la série « Doctor Strange », 5 numéros mensuels compilés dans ce premier tome, en est la carte de visite idéale. 

Si l'adaptation cinématographique du personnage, créé par Stan Lee & Steve Ditko en 1963, lui a permis de retrouver les têtes de gondole des comics shop, on est toutefois passé par un petit lifting façon Jason Aaron & Chris Bachalo [Pour en savoir +] pour la version bande dessinée.

Mais rassurez-vous, ne rien connaître du personnages et de ses pré…

Immortal Hulk [Al Ewing / Joe Bennett / Thomas Davier]

Certainement mal luné, j'avais calé sur le premier numéro de cette relance du géant de jade. Néanmoins, mon intérêt pour le travail du scénariste Al Ewing m'a convaincu de laisser une seconde chance à cette série.
Sans toutefois oublier qu'un scénaristes travaillant pour des entreprises telles que Marvel ou DC Comics, lesquelles sont les propriétaires des personnages (et des histoires) qu'elles publient, c'est un peu comme d'être un jockey. 
Tout aussi prometteur qu'il soit, ce dernier est au service du cheval, et au ordres du propriétaire via l'entraîneur. Chaque Grand prix est surtout l'occasion de retenir le nom du cheval.
Ceci étant dit quid de ce nouveau départ ? 

Pour ce nouveau run, Hulk renoue donc avec ses origines sixties, et s'inspire de l'errance qu'avait popularisée la série télévisée des années 1970 avec Bill Bixby et Lou Ferrigno.
Ce parti pris d'un personnage en cavale est aussi surtout une forme de réflexe atavique très é…

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…