Accéder au contenu principal

Планета бурь

La Terre est le berceau de l'humanité, mais on ne passe pas sa vie entière dans un berceau.
Constantin Tsiolkovski


 .. Dés les années 50, l'astronome Frank Drake a proposé une équation pour estimer le nombre d'espèces intelligentes dans notre galaxie. 
Celle-ci propose une fourchette comprise entre cent et dix mille civilisations dans notre Voie Lactée. (Du moins selon le calcul que j'ai vu).
Cependant pour que l'équation de Drake fonctionne pleinement il faut y ajouter ce que l'on nomme le Principe de Médiocrité ; qui affirme, en terme simple, que la Terre n'a rien de spéciale et qu'en conséquence il doit donc y avoir plein d'autres planètes où la vie existe. 
Ceci étant dit, d'intrépides cosmonautes n'ont pas hésité à payer de leur personne pour verifier que telle ou telle planète est ou non habitée.

À l'instar des équipages des trois vaisseaux le Sirius, le Vega et le Capella, qui après cent trente jours de voyage arrivent à proximité de Venus en vue de l'explorer.


.. C'est cette aventure que nous raconte La Planète des Tempêtes, magnifique film de science-fiction soviétique de 1962 où, contrairement à l'équation de Drake la médiocrité est totalement absente..

Visuellement le film de Pavel Klushantsev est somptueux. 

Le design des scaphandres et des vaisseaux, des paysage de Venus est particulièrement réussi ; le rythme et les différents choix narratifs : voix off, monologue intérieur, huis clos et action in situ se conjuguent avec une réelle félicité et exacerbe la sensation d'émerveillement du spectateur.


Parcouru par un courant particulièrement humaniste et ouvert, l'un des membres de l'équipage est semble-t-il américain, le robot - John - qui les accompagne est une "machine libre", les interrogations sur l'origine des espèces et leurs liens dans la galaxie (Darwin côtoie Tsiolkovski et von Däniken) tout cela donne une tonalité particulière à cette aventure où l'abnégation et le courage sont érigés en étendard  . 

Les dernières images, empreintes de mélancolie et de poésie rehaussent encore la beauté de ce long métrage.



.. Toutefois, La Planète des Tempêtes n'est pas qu'un film contemplatif et éthéré, il réserve de beaux moments d'action et de tension : La faune et la flore de Vénus ne sont pas forcément accueillantes.


Un excellent film qui mérite d'être vu. 

Commentaires

  1. Je n'aurai pas la moindre seconde de repos tant que je n'aurai pas mis la main sur ce truc...

    Merci...merci milles fois

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Killing Joke [USA Magazine n°36]

En septembre 1988, le Joker fait la couverture de « USA Magazine », magazine publié sous la direction de Fershid Bharucha. Cette illustration est, nous dit Brian Bolland « une étude dessinée à Paris (avec des marqueurs en fin de vie, (...)). Le dessinateur italien Tanino Liberatore en a tiré une version peinte (...). »
Dans ce même numéro, en complément de la parution de l'épisode du mois de Killing Joke, alors pré-publié sous le titre de  Souriez, Jean-Paul Jennequin livre un article de  deux pages :
C'est tout pour aujourd'hui ! 
(Tous mes remerciements à Albert.)

Breach [Bob Harras / Marcos Martin]

Brève série de 11 numéros, Breach à l'immense avantage de pourvoir être lue sans connaissances préalables de ce qu'il est plus ou moins convenu d'appeler l'univers DC Comics. Envisagé comme une relance de Captain Atom, un personnage qui a notamment fait partie de l'écurie Charlton et a servi de modèle au Dr Manhattan, le personnage éponyme endossera finalement les atours du nouveau venu. 
Création de Bob Harras et de Marcos Martin, cette pourtant excellente série n'a visiblement pas été très soutenue par l'éditeur et, conséquences inévitables, n'a pas trouvé son lectorat. Je fais d'ailleurs partie de ceux qui sont passés totalement à coté.
Sacrifiée sur l'autel de la rentabilité, Breach mérite pourtant qu'on lui prête attention. 

       Le premier numéro, de 28 planches (extra-sized) donne d'ailleurs immédiatement le ton.
Plongé directement dans l'action, le lecteur découvre que l'articulation de la série se fera au travers d'un

Le jeu de la damnation [Clive Barker / Jean-Daniel Brèque]

« Rien n'est plus terrifiant que de donner à imaginer quelques abominations tapies derrière une porte, pour ne surtout jamais l'ouvrir, au risque de décevoir le lecteur. Car son imagination sera toujours plus fertile que les terribles images que s'échine à y injecter le conteur ».
Frappé au coin du bon sens, cet évangile de l'horreur dispensé depuis la ville de Providence dans l'État du Rhode Island, en 1979 par William F. Nolan, est cependant devenu obsolète depuis que des auteurs de l'envergure de Clive Barker ont mis un pied dans le genre.
« Le jeu de la damnation », traduit par Jean-Daniel Brèque en est un exemple frappant. Je dirais même que sans « les terribles images » qu'y injecte Clive Barker, ce roman ne serait pas ce qu'il est. 

            En effet le natif de Liverpool s'inspire ici d'un conte populaire bien connu, dont le titre du roman ne fait pas mystère du thème, et qui tient tout entier son intérêt dans l'imagination fertile …