Accéder au contenu principal

Metropolis

       Après de nombreuses tentatives, courant 2001 Serge Lehman se débarrasse d'une centaine de pages de son projet Metropolis, qu'il ne considère en l'état que comme un "super-Fleuve Noir" ; fin 2001 cette fois c'est prés de six cents feuillets qu'il bazarde à la poubelle.
Ce qui devait être son deuxième roman publié dans la collection Millénaires chez J'ai Lu reste en carafe.

Il faut remonter à la fin des années 70 pour avoir un aperçu de la genèse du projet. Et plus précisément dans le courrier des lecteurs de Strange (le n° 100) où est publiée la lettre d'un jeune lecteur de 13 ans.

Ce qui compte dans cette missive ici reproduite c'est ce qui manque, le jeune épistolier s'interrogeait notamment sur l'absence de super-héros en France. Question que les éditions Lug n'ont pas jugée bon de reproduire.

Ainsi quelle ne fut pas sa surprise quand, deux décennies plus tard il découvrit la science-fiction française des origines, et la pléiade de super-héros potentiels qu'elle contenait : le Nyctalope, Hareton Ironcastle ou encore Michel Ardant.

Pourquoi, contrairement aux U.S.A par exemple, continent qui a largement pioché dans la science-fiction pour se bâtir un panthéon super-héroïque de taille, la France et plus largement l'Europe (l'Angleterre est un cas à part), n'a-t-elle sut créer de super-héros originales ?
C'est d'ailleurs cette question qui était au cœur du projet romanesque intitulé Metropolis.

       En 2006, une rencontre va relancer le projet dans une perspective nouvelle tout en étant somme toute naturelle. Fi du roman, place à une mini série de bande dessinée.
L'un des éléments qui fit basculer toute cette énergie accumulée durant toute ces années en un projet concret est sans conteste la découverte par Serge Lehman d'un auteur oublié de la SF française George Spad, et surtout devrais-je dire de son roman L'homme chimérique paru en mai 1919.

« L'homme chimérique raconte l'histoire du Lieutenant Jean Brun Séverac durant l'hiver 1917. Soldat d'exception celui-ci va subir un accident. Une tétrapartition moléculaire, ou autrement dit il va se retrouver scindé en quatre corps : une jeune femme (qui ressemble à son amour défunt), un adolescent, un géant et un homme à la maigreur de squelette.

Ces quatre entités vont faire basculer le "quotidien" de la tranchée Victoire sise prés de la ville d'Arras. »

Je ne vais pas résumer ce roman, sachez qu'on a comparé son atmosphère à l'ambiance de la nouvelle d'
Arthur Machen Les archers où les troupes anglaises sont guidées par les Anges de Mons.


Ainsi donc, le projet de roman
Metropolis et la rencontre avec George Spad allaient-ils donner vie à l'un des projets les plus intéressants de ces deux dernières années : une maxi série en douze épisodes dont l'histoire située dans les années 30, raconterait la fin des super-héros européens. Le tout en un mélange de personnes réelles, de personnages de fiction, de physique quantique, d'hypnose et de psychanalyse.


Après huit épisodes publiés, on peut d'ores et déjà annoncé que
La brigade chimérique est sur la bonne voie.
Je me réjouis de voir évoluer George Spad, et son éditeur Louis Querelle aux côté du Passe-Muraille, de l'Accélérateur, d'André Breton ou plus brièvement de Doc Savage ou encore de Marie Curie.

Bref, une série dans le ton de ce qu'on appelait au début du 19ième siècle le merveilleux scientifique qui est selon Maurice Renard [..] une fiction qui a pour base un sophisme ; pour objet, d'amener le lecteur à une contemplation de l'univers proche de la vérité ; pour moyen l'application de méthode scientifiques à l'étude compréhensive de l'inconnu et de l'incertain.


Pour en savoir plus sur George Spad on peut se rendre à la Société des amis de George Spad.

.. En guise de conclusion j'aimerais vous remettre en mémoire un super-héros créé par une équipe européenne et publié par les éditions LUG dés 1975.
Il illustre d'une certaine manière la question posée par Serge Lehman alors qu'il n'était qu'un adolescent.

Le Gladiateur de Bronze dont il va être question est né de l'imagination de Claude-Jacques Legrand et sous le crayon de Luciano Bernasconi.


Pour en savoir plus sur le Gladiateur de Bronze rendez-vous ici.

Commentaires

  1. je reste assez septique concernant cette série de Lehman. Et outre le graphisme (je trouve pas que Gess soit un très bon choix), j'aurai très certainement préféré lire ça en roman...
    mais, bon, je suis certainement pas objectif... j'ai quelques problèmes avec Lehman. j'aime beaucoup ses idées mais je trouve qu'il pèche souvent dans leur exécution.
    (je sais pas si tu as lu L'Espion de L'Étrange, par exemple...)
    (et en matière de super-heros européen, il y avait aussi sa série FAUST, malheureusement trop vite laissée à l'abandon...)

    RépondreSupprimer
  2. Oui FAUST très super-héros,et j'ai bien aimé ; ainsi que L'Espion de l'étrange, léger mais bien agréable aussi.

    Je suis plutôt client de Lehman, d'une manière générale.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Deathlok [Charlie Huston / Lan Medina]

Les remakes, relaunchs, reboots, voire les réécritures de « classiques » façon littérature de genre, sont devenus omniprésents dans le divertissement de masse. Rien qui ne puisse, un jour ou l'autre, se voir  « updater ».
En 2009-2010, c'est au tour de Deathlock, un personnage créé par Rich Buckler & Doug Moench pour Marvel [Pour en savoir +], et qui n'a jamais vraiment trouvé sa place chez l'éditeur des Avengers et consorts, de se voir offrir un nouveau tour de piste. C'est à Charlie Huston, auréolé de son run sur la série consacrée à Moon Knight, qu'on a commandé un scénario qui devra tenir sept numéros mensuels. Huston est, avant de travailler pour la Maison des idées™, d'abord connu pour ses romans. C'est via son agent littéraire qu'il a mis un pied dans la BD, au moment où Marvel recrutait en dehors de sa zone d'influence. Cela dit, il reconnaît une attirance pour la SF contractée dès son plus jeune âge ; et particulièrement pour les u…

Blues pour Irontown [John Varley / Patrick Marcel]

Ça commençait plutôt mal. 
L'idée d'un détective privé du futur, fondu de ses lointains confrères des années 1930, avait tout d'un Polaroid™ bien trop souvent photocopié. Mais peut-être que cet amour des privés made in Underwood© allait-il être de la trempe du fusil de Tchekhov ?
Si la présence, dès les premières pages, d'une « femme fatale », semble donner le ton. Si l'ombre porté du Faucon maltais ne fera que se renforcer. La profession de détective privé semble aussi utile à l'intrigue du roman qu'un cataplasme à la moutarde sur une jambe de bois. 

       Une intrigue qui, nonobstant le titre du roman, tient plus de la berceuse que du blues.   

Fort heureusement, John Varley gratifie son roman d'une très belle idée ; au travers du personnage nommé Sherlock. Rien qui ne rattrape totalement l'ennui profond d'une enquête poussive, et  au final, sans grand intérêt. Mais les chapitres racontés par ledit Sherlock sont les plus intéressants, les plus ém…