Accéder au contenu principal

Bronson



... Charles Bronson est paraît-il le détenu le plus célèbre d''Angleterre, cet homme incarcéré pour un vol à main armée en 1974 est toujours en prison, mis à part une brève libération de 69 jours et s'il est toujours emprisonné aujourd'hui c'est à cause de son attitude. Bronson de son vrai nom Michael Gordon Peterson a choisi la prison comme scène de son appétit de reconnaissance.

Tel est en tout cas le propos du film de Nicolas Winding Refn.
Sur un sujet balisé : la biographie filmé d'un détenu ; sa mise en scène, son parti pris esthétique surprend et surtout, captive. 



Bronson prend à témoin le spectateur face caméra, il commente et dirige le film depuis une scène grimé en Monsieur Loyal et/ou en clown devant un public ébahi et enthousiaste. L'interprétation de Tom Hardy (dans le rôle titre) est magnifique à la fois inquiétant, halluciné, violent, mais surtout prodigieusement charismatique. 
Les "seconds rôles" ne sont pas en reste, et c'est peu de le dire. Une distribution de tout premier ordre pour un film vraiment hors du commun, du moins autant que mon expérience puisse m'en laisser juge. 


Bronson a décidé de se faire un nom, ce film semble démontrer qu'il a en partie réussi. Et s'il peut sembler dérangeant d'apprécier un film sur un homme si violent, et qui plus est sur un détenu réel, le film montre un personnage si démesuré qu'il en devient mythique, dans le sens premier du terme. 
Le Bronson du film est si incroyable qu'il échappe, de mon point de vue à son modéle.



Et si d'aventure le "vrai" Charlie Bronson est aussi hors norme que celui interprété par Tom Hardy alors chapeau l'artiste, même s'il vaut certainement mieux  l'avoir en photo qu'en pension.


Edith & Marcel : Il se trouve que cette idée est restée dans un angle mort de mon esprit jusqu'à ce que je revois le film : il y a du Cravan (Arthur de son prénom) dans ce film, autant dans l'interprétation du personnage principal - son rapport à la force physique, cette volonté de vouloir se faire un nom entre autres - que dans la mise en scène.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

La Famille Winter [Clifford Jackman / Dominique Fortier]

Itinéraire sanglant d’ex-soldats de l’Union, de civils, et d’un esclave ; un groupe disparate auquel se joindra, au fil du temps, d’autres individus de la même trempe, et qui sera connu sous le surnom de « famille Winter », de 1864 à 1900, le fix-up de C lifford J ackman est une réussite totale.  Le résultat qu’aurait pu produire la rencontre entre La horde sauvage et Gangs of New-York .              Rédigé à partir d’une nouvelle ( Oklahoma 1891 ) à laquelle le jeune auteur canadien ajoutera d’autres courts récits, liés par de brefs résumés, pour finalement prendre la forme d’un roman (la définition même du « fix-up ») intitulé donc « La Famille Winter ».  Une somme à laquelle il est intéressant d’ajouter une autre nouvelle California 1901 , disponible séparément * , pour former un tout cohérent.              Des États-Désunis aux champs pétrolifères californiens, en passant par les « guerres indiennes », C lifford J ackman convoque aussi bien les groupes de vigilantes au service