Accéder au contenu principal

Arthur Cravan

LA VIE ET L'ART FONT UN


Tzara





...
Disparu au début du 20ième siècle Arthur Cravan est devenu une sorte de personnage mythologique.

Précurseur de Dada, boxeur - il deviendra champion de France de sa catégorie et il combattra le célèbre Jack Johnson à Barcelone, indépendant forcené, faussaire, poète magnifique (il faut lire et surtout déclamer ses textes), matamore, seul rédacteur de sa revue Maintenant - qu'il distribue en utilisant une voiture de marchand des quatre saisons, chevalier d'industrie, travesti, neveu autoproclamé d'Oscar Wilde, pourfendeur de l'ordre établi, cambrioleur, marin sur le Pacifique, cueilleur d'oranges en Californie, égérie des Surréalistes, provocateur, géant de deux mètres, chanteur de boxe, critique brutal....



Mike Ridchardson & Rick Geary se sont attelés à écrire sous la forme d'une bande dessinée une biographie du mythique aventurier.

En soixante pages au dessin élégant en N&B, les deux artistes parcourent les 31 ans de la vie de cet homme hors du commun.


Prenant le prétexte d'une enquête journalistique se déroulant à New York au début des années soixante Richardson et Geary retracent donc la vie de Cravan et élaborent en fin de volume une théorie sur sa disparition.
Officiellement, au large du Golf du Mexique en 1918.


Publiée en 2005 par l'éditeur Dark Horse, ce petit album est d'une lecture fort agréable et un bon moyen d'en apprendre plus sur le phénomène Cravan (personnage assez méconnu me semble-t-il) et la théorie développée sur sa disparition est assez séduisante. D'autant que la chute est très habile.


On pourra en apprendre plus sur Arthur Cravan en écoutant l'émission Sonar où nos voisins helvètes réalisent un formidable portrait d'icelui.
On y appréciera ses poèmes (et ses textes) récités avec beaucoup de talent et de vitalité.

Émission découverte grâce à Tristan Ranx.













.... Charmeur de serpents, chevalier d'industrie, chauffeur d'automobile à Berlin, ami de Blaise Cendrars, mort sur les rives du Rio Grande lors d'un règlement de compte, Fabian Avenarius Lloyd ...


Le rythme de l'océan berce les transatlantiques et dans l'air où les gaz dansent telles des toupies, tandis que siffle le rapide héroïque qui arrive au Havre, s'avancent comme des ours les matelots athlétiques...



Commentaires

  1. Pour un homme, je n'emploierais pas le terme d'égérie qui s'applique à des femmes. L'équivalent masculin ne me vient pas à l'esprit. Y a pygmalion, mais la démarche est nettement différente.

    Je crois que le mieux, ce serait encore le mot Tom.

    RépondreSupprimer
  2. Certes, cependant on peut utiliser égérie au masculin. Élémentaire mon cher Hercule.

    RépondreSupprimer
  3. Voici une émission de la radio suisse romande sur Cravan :)

    http://podcast.rsr.ch/media/espace2/sonar/sonar20090920-200000.mp3

    RépondreSupprimer
  4. @ Tristan

    Yes amigo, je l'ai mise en lien (ainsi que ton blog pour sûr !)

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Deathlok [Charlie Huston / Lan Medina]

Les remakes, relaunchs, reboots, voire les réécritures de « classiques » façon littérature de genre, sont devenus omniprésents dans le divertissement de masse. Rien qui ne puisse, un jour ou l'autre, se voir  « updater ».
En 2009-2010, c'est au tour de Deathlock, un personnage créé par Rich Buckler & Doug Moench pour Marvel [Pour en savoir +], et qui n'a jamais vraiment trouvé sa place chez l'éditeur des Avengers et consorts, de se voir offrir un nouveau tour de piste. C'est à Charlie Huston, auréolé de son run sur la série consacrée à Moon Knight, qu'on a commandé un scénario qui devra tenir sept numéros mensuels. Huston est, avant de travailler pour la Maison des idées™, d'abord connu pour ses romans. C'est via son agent littéraire qu'il a mis un pied dans la BD, au moment où Marvel recrutait en dehors de sa zone d'influence. Cela dit, il reconnaît une attirance pour la SF contractée dès son plus jeune âge ; et particulièrement pour les u…

Blues pour Irontown [John Varley / Patrick Marcel]

Ça commençait plutôt mal. 
L'idée d'un détective privé du futur, fondu de ses lointains confrères des années 1930, avait tout d'un Polaroid™ bien trop souvent photocopié. Mais peut-être que cet amour des privés made in Underwood© allait-il être de la trempe du fusil de Tchekhov ?
Si la présence, dès les premières pages, d'une « femme fatale », semble donner le ton. Si l'ombre porté du Faucon maltais ne fera que se renforcer. La profession de détective privé semble aussi utile à l'intrigue du roman qu'un cataplasme à la moutarde sur une jambe de bois. 

       Une intrigue qui, nonobstant le titre du roman, tient plus de la berceuse que du blues.   

Fort heureusement, John Varley gratifie son roman d'une très belle idée ; au travers du personnage nommé Sherlock. Rien qui ne rattrape totalement l'ennui profond d'une enquête poussive, et  au final, sans grand intérêt. Mais les chapitres racontés par ledit Sherlock sont les plus intéressants, les plus ém…