Accéder au contenu principal

Arthur Cravan

LA VIE ET L'ART FONT UN


Tzara





...
Disparu au début du 20ième siècle Arthur Cravan est devenu une sorte de personnage mythologique.

Précurseur de Dada, boxeur - il deviendra champion de France de sa catégorie et il combattra le célèbre Jack Johnson à Barcelone, indépendant forcené, faussaire, poète magnifique (il faut lire et surtout déclamer ses textes), matamore, seul rédacteur de sa revue Maintenant - qu'il distribue en utilisant une voiture de marchand des quatre saisons, chevalier d'industrie, travesti, neveu autoproclamé d'Oscar Wilde, pourfendeur de l'ordre établi, cambrioleur, marin sur le Pacifique, cueilleur d'oranges en Californie, égérie des Surréalistes, provocateur, géant de deux mètres, chanteur de boxe, critique brutal....



Mike Ridchardson & Rick Geary se sont attelés à écrire sous la forme d'une bande dessinée une biographie du mythique aventurier.

En soixante pages au dessin élégant en N&B, les deux artistes parcourent les 31 ans de la vie de cet homme hors du commun.


Prenant le prétexte d'une enquête journalistique se déroulant à New York au début des années soixante Richardson et Geary retracent donc la vie de Cravan et élaborent en fin de volume une théorie sur sa disparition.
Officiellement, au large du Golf du Mexique en 1918.


Publiée en 2005 par l'éditeur Dark Horse, ce petit album est d'une lecture fort agréable et un bon moyen d'en apprendre plus sur le phénomène Cravan (personnage assez méconnu me semble-t-il) et la théorie développée sur sa disparition est assez séduisante. D'autant que la chute est très habile.


On pourra en apprendre plus sur Arthur Cravan en écoutant l'émission Sonar où nos voisins helvètes réalisent un formidable portrait d'icelui.
On y appréciera ses poèmes (et ses textes) récités avec beaucoup de talent et de vitalité.

Émission découverte grâce à Tristan Ranx.













.... Charmeur de serpents, chevalier d'industrie, chauffeur d'automobile à Berlin, ami de Blaise Cendrars, mort sur les rives du Rio Grande lors d'un règlement de compte, Fabian Avenarius Lloyd ...


Le rythme de l'océan berce les transatlantiques et dans l'air où les gaz dansent telles des toupies, tandis que siffle le rapide héroïque qui arrive au Havre, s'avancent comme des ours les matelots athlétiques...



Commentaires

  1. Pour un homme, je n'emploierais pas le terme d'égérie qui s'applique à des femmes. L'équivalent masculin ne me vient pas à l'esprit. Y a pygmalion, mais la démarche est nettement différente.

    Je crois que le mieux, ce serait encore le mot Tom.

    RépondreSupprimer
  2. Certes, cependant on peut utiliser égérie au masculin. Élémentaire mon cher Hercule.

    RépondreSupprimer
  3. Voici une émission de la radio suisse romande sur Cravan :)

    http://podcast.rsr.ch/media/espace2/sonar/sonar20090920-200000.mp3

    RépondreSupprimer
  4. @ Tristan

    Yes amigo, je l'ai mise en lien (ainsi que ton blog pour sûr !)

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

The Words

...The Words (Les Mots) est un film qui avait tout pour me séduire : le roman en tant qu'élément principal, des acteurs que j'aime bien ; Dennis Quaid, Jeremy Irons, J. K. Simmons et Bradley Cooper. Éléments supplémentaire l'histoire se révèle être une histoire dans l'hisitoire. Ou plus exactement un roman à propos de l'écriture d'un roman, écrit par un autre ; entre fiction et réalité. 

Je m'explique.

Clay Hammon fait une lecture public de son dernier livre The Words dans lequel un jeune auteur, Rory Jansen, en mal de reconnaissance tente vaille que vaille de placer son roman chez différents éditeurs. Cet homme vit avec une très belle jeune femme et il est entouré d'une famille aimante. Finalement il va se construire une vie somme toute agréable mais loin de ce qu'il envisageait. Au cours de sa lune de miel, à Paris, son épouse va lui offrir une vieille serviette en cuir découverte chez un antiquaire, pour dit-elle qu'il y mette son manuscrit. Ca…

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spiroude 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par Philippe Manœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant. Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82.

Bonne lecture.







Lisa Lyon

.. Lisa Lyon la sculpturale culturiste des années 80 pose pour vous ....





Quelques photographies supplémentaires ici, réservées à un public majeur.