Accéder au contenu principal

Bob Morane

À tous les façonneurs de rêves,
à tous les jongleurs de l'improbable


Carte insérée dans le roman
Les dents du tigre


... Bob Morane est d'une certaine manière né d'un rendez-vous manqué.

En juin 1953 Jean-Jacques Schellens, alors directeur littéraire des éditions Marabout est en vacances sur l'île du Levant en compagnie de Bernard Heuvelmans docteur en science zoologique (et qui deviendra un célèbre cryptozoologue).
Schellens propose à Heuvelmans de créer un héros et d'en écrire les aventures pour la collection Marabout-junior. Ce dernier décline l'offre mais oriente Schellens vers un jeune écrivain & journaliste à "l'imagination délirante" : Charles Henri Dewisme.

Le courant passe entre les deux hommes et dés juillet 1953 le profil du futur héros est brossé : il s'agira d'un jeune aviateur dénommé Robert Ujac. Au fil des réunions on fixe pour début décembre la sortie du premier roman.

C'est lors d'une de ces réunions préparatoires que l'idée de consacrer un Marabout-junior à l'expédition sur le "toit du monde" qui vient de faire la une des journaux est lancée. On demande alors à Dewisme de s'en charger.
En un mois le manuscrit des Conquérants de l'Everest est achevé et le livre paraît le 16 septembre, il porte la signature d'Henri Vernes nouveau pseudonyme de Charles Dewisme.

Lorsqu'il revient au personnage pour lequel il a été engagé Henri Vernes en change le nom en Bob Morane et, le 16 décembre 1953 paraît La vallée infernale (tirage 8000 exemplaires).
"Ses mains nerveuses crispées sur les commandes, son visages osseux tendu en avant, mais sa large poitrine gonflée cependant par une sourde allégresse, Bob Morane pointait vers le ciel le nez de plexiglas de son appareil, tentant d'éviter le contact de la montagne. Cette lutte de l'homme et de l'avion, unis pour former un seul être, lui rappelait l'époque où, Flying Commander de la Royal Air Force il menait son escadrille de chasse au combat. Mais, à présent, au lieu d'un Spitfire, Morane pilotait un bimoteur de transport. Ses enemis étaient la montagne et la jungle, et il était seul à les affronter. Une panne de moteur, une erreur de manoeuvre et ce serait la chute dans cette forêt hostile hantée par les serpents, les crocodiles et les Papous coupeurs de têtes.
Après sa démobilisation et son retour en France libérée, où il avait achevé ses études d'ingénieur, Morane s'était senti repris par la nostalgie des vastes horizons. Cela l'avait poussé à s'engager dans l'aviation civile, en Nouvelle-Guinée Britannique. Depuis sa plus tendre enfance, le Français avait possédé un goût marqué pour l'aventure, et cette vie dangereuse comblait aujourd'hui tout ses désirs."

Feuillet publicitaire annonçant l'arrivée du premier Bob Morane

Dis-moi comment tu t'appelles, je te dirai qui tu es

Le patronyme du héros a été l'objet de moult exégèses.

... Pour certains il vient du nom d'un avion le Morane-Saulnier, pour d'autre son origine est africaine : un morane est le nom que l'on donne au jeune Masaï lorsqu'il devient un guerrier. D'autres encore évoquent ce peintre du dimanche et comptable-payeur du journal Week-End auquel collaborait Henri Vernes. .....

Il n'en demeure pas moins que l'aventurier deviendra dés les années 60 un héros "multimédia".

Femmes d'Aujourd'hui n° 731

... En mai 1959 débute sous la férule d'Henri Vernes et de Dino Attanasio une aventure inédite en bande dessinée dans les pages de Femmes d'Aujourd'hui : L'oiseau de feu.

Le 1er mai 1960 le premier tour de manivelle est donné à L'espion au cent visages (film considéré comme définitivement perdu, l'unique copie ayant été détruite dans l'incendie du cinéma Belgavidéo).



À partir du 17 mai 1964 commence la première saison de la série télévisée sur les écran de la RTB.



Sans oublier Panique dans le ciel une palpitante aventure enregistrée sur disque 33t à la fin des années 50, d'autres suivront.

À raison d'un roman tous les deux mois, Henri Vernes écrira 142 aventures pour Marabout (pour un total - toutes maisons d'édition confondues - de plus de 200 romans à ce jour).

Plus rien ne sera plus comme avant ....

... Fin 1958 paraît un roman remarquable à plus d'un titre.
Les dents du tigre est le premier volume double des aventures de Bob Morane mais surtout il change le statut du héros : si les aventures précédant ce roman étaient somme toute plausibles Bob Morane devient à partir d'icelui un héros de pure fiction évoluant dans un univers parallèle au notre, où a eu lieu une troisième guerre mondiale, et éternellement âgé selon la volonté d'Henri Vernes, de 33ans (Pour ce dernier point Cf. Bob Morane par Francis Valéry .. Car rien n'a d'importance (éditions)).
Notons que ce roman inaugure aussi un nouveau type de couverture (dit type 2 chez les amateurs) chez Marabout-junior.



La vie est belle tant qu'il y a des choses à découvrir dit-on, alors pourquoi ne pas faire un tout du côté de Bob Morane !?

Hein ! J
e vous l'demande !

Musique :






Commentaires

  1. Henri Vernes a écrit deux cent romans écris-tu. Selon Francis Valéry lui-même (pas dans son livre, mais entendu de sa bouche un soir dans un pub), il n'en aurait rédigé aucun en entier. Pas même le premier. Légende ou réalité, je ne saurais le dire.

    RépondreSupprimer
  2. Pour le coup je fais confiance à Francis valéry.

    Merci d'avoir laissé un mot amigo.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Doctor Strange Legacy [Cates / Hernández Walta / Duclos]

La curiosité m'avait poussé, il y a 4 ou 5 ans, à m'intéresser au travail d'un nouveau venu du nom de Donny Cates. Depuis il a fait son petit bonhomme de chemin et est devenu un scénariste en vue de la Maison des idées™.
Et c'est tout à fait mérité.

Donny Cates n'est pas le genre à vouloir réinventer la poudre, pour finalement accoucher d'un pétard mouillé (qui a dit Tom King ?). Son domaine c'est le divertissement, l'évasion, et très souvent un excellent moment de lecture. 

Cette reprise de la série « Doctor Strange », 5 numéros mensuels compilés dans ce premier tome, en est la carte de visite idéale. 

Si l'adaptation cinématographique du personnage, créé par Stan Lee & Steve Ditko en 1963, lui a permis de retrouver les têtes de gondole des comics shop, on est toutefois passé par un petit lifting façon Jason Aaron & Chris Bachalo [Pour en savoir +] pour la version bande dessinée.

Mais rassurez-vous, ne rien connaître du personnages et de ses pré…

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Deathlok [Charlie Huston / Lan Medina]

Les remakes, relaunchs, reboots, voire les réécritures de « classiques » façon littérature de genre, sont devenus omniprésents dans le divertissement de masse. Rien qui ne puisse, un jour ou l'autre, se voir  « updater ».
En 2009-2010, c'est au tour de Deathlock, un personnage créé par Rich Buckler & Doug Moench pour Marvel [Pour en savoir +], et qui n'a jamais vraiment trouvé sa place chez l'éditeur des Avengers et consorts, de se voir offrir un nouveau tour de piste. C'est à Charlie Huston, auréolé de son run sur la série consacrée à Moon Knight, qu'on a commandé un scénario qui devra tenir sept numéros mensuels. Huston est, avant de travailler pour la Maison des idées™, d'abord connu pour ses romans. C'est via son agent littéraire qu'il a mis un pied dans la BD, au moment où Marvel recrutait en dehors de sa zone d'influence. Cela dit, il reconnaît une attirance pour la SF contractée dès son plus jeune âge ; et particulièrement pour les u…