Accéder au contenu principal

Tideland




... Les histoires sécurisantes d'aujourd'hui ne parlent ni de la mort, ni du vieillissement, ni de l'espoir en une vie éternelle. Le conte de fées, au contraire, met carrément l'enfant en présence de toutes les difficultés fondamentales de l'homme [..] dans les contes de fées le mal est aussi répandu que la vertu.

Bruno Bettelheim - Psychanalyse des contes de fées.



"Tideland C'est la rencontre d'Alice au pays des merveilles et de Psychose"

Terry Gilliam

... Jezabel-Rose et la fille de Noah un vieux rocker héroïnomane - une enfant qui mène une vie pour le moins atypique, c'est elle qui prépare les shoots de son père - et de Queen Gunhilda (une ex-junkie).
Lorsque cette derniére décède d'une overdose Noah décide de s'enfuir au Texas dans la maison de sa mère en emmenant sa fille.

Tideland est d'abord un film d'une maginfique beauté, une lumiére extraordinaires, des décors rééls et imaginaires fabuleux, des paysages à couper le souffle (au couteau).
Des acteurs et des actrices fabuleux et des personnages extraordinaires.

Lorsque Terry Gilliam annonce que son film est la rencontre entre Alice au pays des merveilles et Psychose c'est loin d'être un effet de style. Cependant si Tideland est le rejeton de cet improbable copulation, c'est aussi et surtout un enfant de l'amour, celui que voue ce metteur en scène à son sujet.


"Dormez, mes chéres petites, dormez ! Vous rêvez ... de trains ... d'esquimaux glacés ... et de vieillards qui dansent ... avec des ours"


Si comme d'aucuns le prétendent Gilliam a plus d'idées que de moyens, il a surtout du talent. Et il en fallait pour traiter un scénario aussi torturé .
(Tideland est d'abord un roman écrit par Mitch Cullin)

Du talent il y en a aussi chez ses acteurs, formidable Jodelle Ferland dans le rôle d'une Jezabel-Rose qui porte de bout en bout le film sur ses jeunes épaule et invite par son jeu extraordinaire le spectateur dans son monde étrange. Immersion garantie.

Brendan Fletcher en trépané épileptique est à la fois émouvant et très dérangeant (en tout cas sacrément crédible). La morbide et colérique Dell, taxidermiste à ses heures est sombrement interprété avec conviction par une Janet McTeer éminemment flippante.


Quant à Jeff Bridges il hérite d'un rôle plutôt casse-gueule, qu'il joue avec une justesse confondante.



"[..] dans les grands fonds où naissent les rêves. Il marche sur un rivage solitaire plein d'épaves de rêves et d'espoirs [..]"


Tideland n'est certainement pas un film qui plaira à tout le monde (mais il y en a-t-il ?) de par les situations qu'il met en scène autours de sa très jeune héroïne. Si certaines d'entre-elles sont particulièrement perturbantes la présence d'une enfant ajoute à l'impression de malaise, un malaise pour autant contrebalancé par la féérie qui exsude tout au long de cette histoire.
Il y a l'explicite, et il y a l'implicite, là non plus le spectateur n'est pas épargné, probablement chacun à l'aune de ses propres fantasmes. De ses propres peurs.



















À propos de son dernier
film
L'Imaginarium
du docteur Parnassus.

Extrait de Transfuge n°34



Si Psychose et Alice au pays des merveilles sont présents à l'esprit quand on regarde Tideland, la mythologie nordique n'est pas en reste .....

En guise de conclusion, Tideland est un très beau film, émouvant sensible, amusant et effrayant.

Magnifique !

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Deathlok [Charlie Huston / Lan Medina]

Les remakes, relaunchs, reboots, voire les réécritures de « classiques » façon littérature de genre, sont devenus omniprésents dans le divertissement de masse. Rien qui ne puisse, un jour ou l'autre, se voir  « updater ».
En 2009-2010, c'est au tour de Deathlock, un personnage créé par Rich Buckler & Doug Moench pour Marvel [Pour en savoir +], et qui n'a jamais vraiment trouvé sa place chez l'éditeur des Avengers et consorts, de se voir offrir un nouveau tour de piste. C'est à Charlie Huston, auréolé de son run sur la série consacrée à Moon Knight, qu'on a commandé un scénario qui devra tenir sept numéros mensuels. Huston est, avant de travailler pour la Maison des idées™, d'abord connu pour ses romans. C'est via son agent littéraire qu'il a mis un pied dans la BD, au moment où Marvel recrutait en dehors de sa zone d'influence. Cela dit, il reconnaît une attirance pour la SF contractée dès son plus jeune âge ; et particulièrement pour les u…

Blues pour Irontown [John Varley / Patrick Marcel]

Ça commençait plutôt mal. 
L'idée d'un détective privé du futur, fondu de ses lointains confrères des années 1930, avait tout d'un Polaroid™ bien trop souvent photocopié. Mais peut-être que cet amour des privés made in Underwood© allait-il être de la trempe du fusil de Tchekhov ?
Si la présence, dès les premières pages, d'une « femme fatale », semble donner le ton. Si l'ombre porté du Faucon maltais ne fera que se renforcer. La profession de détective privé semble aussi utile à l'intrigue du roman qu'un cataplasme à la moutarde sur une jambe de bois. 

       Une intrigue qui, nonobstant le titre du roman, tient plus de la berceuse que du blues.   

Fort heureusement, John Varley gratifie son roman d'une très belle idée ; au travers du personnage nommé Sherlock. Rien qui ne rattrape totalement l'ennui profond d'une enquête poussive, et  au final, sans grand intérêt. Mais les chapitres racontés par ledit Sherlock sont les plus intéressants, les plus ém…