Accéder au contenu principal

The Breakfast Club



... En regardant The Breakfast Club, le film de John Hughes, on s'aperçoit j'ai eu l'impression de me retrouver devant une émission de téléréalité.

Jugez plutôt, cinq jeunes gens que tout sépare, enfermés dans un lieu, la bibliothèque du lycée où ils vont devoir passer un samedi entier. De crises en conciliations, de ruptures en réconciliations, ils vont vider leur linge sale et montrer leur vraie nature, se détester, se découvrir, enfreindre le règlement, fumer de la dope.
Des mâles dominants, de la tension sexuelle.
Des scènes qui ressemble au "confessionnal", un concierge qui renforce cette impression en disant en substance, "je lis votre courrier, je fouille vos casiers, je suis les yeux et les oreilles de ce lycée".
Les types qui ont imaginé pondu l'émission Big Brother ont forcément vu ce teen movie.

Comme le dit maître Chiun : "La perception est une hypothèse".

Ceci étant dit, si le dispositif évoque a postériori un programme de téléréalité une différence de taille apparaît, non pas celle de celui qui a la plus longue : la qualité.

Si la crise existentielle de ces adolescents n'est pas très originale (mais la crise d'un adolescent peut-elle être originale ?), la mise en scène - et le pari de tenir son public en haleine dans un lieu clos et pratiquement unique n'est pas une mince affaire - , la fraîcheur des interprètes et finalement cette "crise" de l'adolescence que tous les ados des pays riches et industriels connaissent (ben ouais, quand faut lutter pour bouffer tous les jours on a certainement moins le temps de se regarder le nombril) ; cette universalité donc, qui parle à tous ; participent à la réussite de The Breakfast Club et m'a en tout cas permis de passer un excellent moment.

C'est la moindre des choses, manquerait plus que je me sois emmerdé.






Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

The Words

...The Words (Les Mots) est un film qui avait tout pour me séduire : le roman en tant qu'élément principal, des acteurs que j'aime bien ; Dennis Quaid, Jeremy Irons, J. K. Simmons et Bradley Cooper. Éléments supplémentaire l'histoire se révèle être une histoire dans l'hisitoire. Ou plus exactement un roman à propos de l'écriture d'un roman, écrit par un autre ; entre fiction et réalité. 

Je m'explique.

Clay Hammon fait une lecture public de son dernier livre The Words dans lequel un jeune auteur, Rory Jansen, en mal de reconnaissance tente vaille que vaille de placer son roman chez différents éditeurs. Cet homme vit avec une très belle jeune femme et il est entouré d'une famille aimante. Finalement il va se construire une vie somme toute agréable mais loin de ce qu'il envisageait. Au cours de sa lune de miel, à Paris, son épouse va lui offrir une vieille serviette en cuir découverte chez un antiquaire, pour dit-elle qu'il y mette son manuscrit. Ca…

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spiroude 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par Philippe Manœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant. Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82.

Bonne lecture.







Lisa Lyon

.. Lisa Lyon la sculpturale culturiste des années 80 pose pour vous ....





Quelques photographies supplémentaires ici, réservées à un public majeur.