Accéder au contenu principal

Zen


... Il y a quelques semaines, si l'on en croit un article récent sur le zen que je viens de lire, le supérieur du temple Daitoku de Kyôto, alors que les questions fusaient sur les rapports entre le zen et les arts martiaux, la calligraphie, la cérémonie du thé, sur le rôle des sûtras etc.. " fit alors en guise d'explication (et dans un grand sourire), un geste incroyable, spontané, sans repentir possible, comme un samouraï dégainant son sabre ou un calligraphe laissant courir son pinceau sur la feuille de papier : il lança sa tasse au milieu de la pièce .. Joli kôan, n'est-ce pas ?".

Remarquons dés à présent que le même geste dans un bar à deux heures du matin est beaucoup moins zen.
À seize aussi, d'ailleurs.

Cette anecdote ne laisse pas de me plonger dans un abîme de perplexité.

Qu'est-ce qui fait de ce geste un kôan, rappelons que le kôan est une énigme, souvent farfelue, absurde, voire anodine qui a pour but de déstabiliser, de déconcerter la pensée logique.
Ainsi donc, qu'est ce qui rattache le fait de jeter au milieu d'une pièce une tasse au zen ?

Est-ce d'apparaître dans un article traitant du zen ?

Est-ce parce qu'il est fait par un maître de zen ?

La deuxième hypothèse ouvre des horizons inattendus car de fait, toute la production d'un maître zen serait zen.

Vraiment toute la production !

L'aspect farfelu du geste, son absurdité ?

Non c'est complètement farfelue comme hypothèse voire absurde.

Comme quoi on peut écrire dans un magazine culturel et raconter des conneries.
C'est rassurant.

Tout aussi rassurant que de poser des questions à la con.


Summer Glau


Et pour finir deux koans de mon cru :

La vache qui rit fait-elle du bruit si personne ne l'entend ?

Quel est le bruit d'une aile de papillon qui bat au Brésil ?

Quand on range les petites compresses où mettre les grosses qu'on suce ?


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Doctor Strange Legacy [Cates / Hernández Walta / Duclos]

La curiosité m'avait poussé, il y a 4 ou 5 ans, à m'intéresser au travail d'un nouveau venu du nom de Donny Cates. Depuis il a fait son petit bonhomme de chemin et est devenu un scénariste en vue de la Maison des idées™.
Et c'est tout à fait mérité.

Donny Cates n'est pas le genre à vouloir réinventer la poudre, pour finalement accoucher d'un pétard mouillé (qui a dit Tom King ?). Son domaine c'est le divertissement, l'évasion, et très souvent un excellent moment de lecture. 

Cette reprise de la série « Doctor Strange », 5 numéros mensuels compilés dans ce premier tome, en est la carte de visite idéale. 

Si l'adaptation cinématographique du personnage, créé par Stan Lee & Steve Ditko en 1963, lui a permis de retrouver les têtes de gondole des comics shop, on est toutefois passé par un petit lifting façon Jason Aaron & Chris Bachalo [Pour en savoir +] pour la version bande dessinée.

Mais rassurez-vous, ne rien connaître du personnages et de ses pré…

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Deathlok [Charlie Huston / Lan Medina]

Les remakes, relaunchs, reboots, voire les réécritures de « classiques » façon littérature de genre, sont devenus omniprésents dans le divertissement de masse. Rien qui ne puisse, un jour ou l'autre, se voir  « updater ».
En 2009-2010, c'est au tour de Deathlock, un personnage créé par Rich Buckler & Doug Moench pour Marvel [Pour en savoir +], et qui n'a jamais vraiment trouvé sa place chez l'éditeur des Avengers et consorts, de se voir offrir un nouveau tour de piste. C'est à Charlie Huston, auréolé de son run sur la série consacrée à Moon Knight, qu'on a commandé un scénario qui devra tenir sept numéros mensuels. Huston est, avant de travailler pour la Maison des idées™, d'abord connu pour ses romans. C'est via son agent littéraire qu'il a mis un pied dans la BD, au moment où Marvel recrutait en dehors de sa zone d'influence. Cela dit, il reconnaît une attirance pour la SF contractée dès son plus jeune âge ; et particulièrement pour les u…