Accéder au contenu principal

Zen


... Il y a quelques semaines, si l'on en croit un article récent sur le zen que je viens de lire, le supérieur du temple Daitoku de Kyôto, alors que les questions fusaient sur les rapports entre le zen et les arts martiaux, la calligraphie, la cérémonie du thé, sur le rôle des sûtras etc.. " fit alors en guise d'explication (et dans un grand sourire), un geste incroyable, spontané, sans repentir possible, comme un samouraï dégainant son sabre ou un calligraphe laissant courir son pinceau sur la feuille de papier : il lança sa tasse au milieu de la pièce .. Joli kôan, n'est-ce pas ?".

Remarquons dés à présent que le même geste dans un bar à deux heures du matin est beaucoup moins zen.
À seize aussi, d'ailleurs.

Cette anecdote ne laisse pas de me plonger dans un abîme de perplexité.

Qu'est-ce qui fait de ce geste un kôan, rappelons que le kôan est une énigme, souvent farfelue, absurde, voire anodine qui a pour but de déstabiliser, de déconcerter la pensée logique.
Ainsi donc, qu'est ce qui rattache le fait de jeter au milieu d'une pièce une tasse au zen ?

Est-ce d'apparaître dans un article traitant du zen ?

Est-ce parce qu'il est fait par un maître de zen ?

La deuxième hypothèse ouvre des horizons inattendus car de fait, toute la production d'un maître zen serait zen.

Vraiment toute la production !

L'aspect farfelu du geste, son absurdité ?

Non c'est complètement farfelue comme hypothèse voire absurde.

Comme quoi on peut écrire dans un magazine culturel et raconter des conneries.
C'est rassurant.

Tout aussi rassurant que de poser des questions à la con.


Summer Glau


Et pour finir deux koans de mon cru :

La vache qui rit fait-elle du bruit si personne ne l'entend ?

Quel est le bruit d'une aile de papillon qui bat au Brésil ?

Quand on range les petites compresses où mettre les grosses qu'on suce ?


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Killing Joke [USA Magazine n°36]

En septembre 1988, le Joker fait la couverture de « USA Magazine », magazine publié sous la direction de Fershid Bharucha. Cette illustration est, nous dit Brian Bolland « une étude dessinée à Paris (avec des marqueurs en fin de vie, (...)). Le dessinateur italien Tanino Liberatore en a tiré une version peinte (...). »
Dans ce même numéro, en complément de la parution de l'épisode du mois de Killing Joke, alors pré-publié sous le titre de  Souriez, Jean-Paul Jennequin livre un article de  deux pages :
C'est tout pour aujourd'hui ! 
(Tous mes remerciements à Albert.)

Breach [Bob Harras / Marcos Martin]

Brève série de 11 numéros, Breach à l'immense avantage de pourvoir être lue sans connaissances préalables de ce qu'il est plus ou moins convenu d'appeler l'univers DC Comics. Envisagé comme une relance de Captain Atom, un personnage qui a notamment fait partie de l'écurie Charlton et a servi de modèle au Dr Manhattan, le personnage éponyme endossera finalement les atours du nouveau venu. 
Création de Bob Harras et de Marcos Martin, cette pourtant excellente série n'a visiblement pas été très soutenue par l'éditeur et, conséquences inévitables, n'a pas trouvé son lectorat. Je fais d'ailleurs partie de ceux qui sont passés totalement à coté.
Sacrifiée sur l'autel de la rentabilité, Breach mérite pourtant qu'on lui prête attention. 

       Le premier numéro, de 28 planches (extra-sized) donne d'ailleurs immédiatement le ton.
Plongé directement dans l'action, le lecteur découvre que l'articulation de la série se fera au travers d'un

Le jeu de la damnation [Clive Barker / Jean-Daniel Brèque]

« Rien n'est plus terrifiant que de donner à imaginer quelques abominations tapies derrière une porte, pour ne surtout jamais l'ouvrir, au risque de décevoir le lecteur. Car son imagination sera toujours plus fertile que les terribles images que s'échine à y injecter le conteur ».
Frappé au coin du bon sens, cet évangile de l'horreur dispensé depuis la ville de Providence dans l'État du Rhode Island, en 1979 par William F. Nolan, est cependant devenu obsolète depuis que des auteurs de l'envergure de Clive Barker ont mis un pied dans le genre.
« Le jeu de la damnation », traduit par Jean-Daniel Brèque en est un exemple frappant. Je dirais même que sans « les terribles images » qu'y injecte Clive Barker, ce roman ne serait pas ce qu'il est. 

            En effet le natif de Liverpool s'inspire ici d'un conte populaire bien connu, dont le titre du roman ne fait pas mystère du thème, et qui tient tout entier son intérêt dans l'imagination fertile …