Accéder au contenu principal

20th Century Boys


... Imaginez, ..... imaginez la mystérieuse disparition d'un couple, le meurtre d'un jeune étudiant, un signe sur le mur de la maison dudit couple, un fête d'anciens d'une école à la fin des années 90, des souvenirs, des souvenirs plus très clairs, une secte, une épidémie, une bande d'enfants à la fin des années 60, un "cahier de prédictions", les jumeaux les plus terribles du Japon, des clochards, un bébé.


Cette fois c'est à
San Francisco que quelqu'un s'est vidé de tout son sang

... 20th Century Boys est un formidable patchwork de 2 heures 16, mélangeant avec bonheur la naïveté et la fraîcheur d'une bande de gamins qui construisent une base secrète dans les hautes herbes et s'inventent une histoire de mecha qui vient ravager le japon puis le monde. Un monde qu'eux seuls pourront sauver, des gamins qui croquent des bonbons et s'émeuvent devant une affiche un peu polissonne, font du vélo et se bagarrent.
Trente ans plus tard les amis ce sont perdus de vue, à la faveur d'une petite fête des anciens de l'école le passé refait surface alors qu'une secte fait parler d'elle en ville.

De nouveaux réunis les anciens amis pourront-ils sauver le monde. Cette histoire qu'ils ont inventée est en passe de devenir réalité, une réalité bien cauchemardesque. Aussi incroyable soit-elle.


Passant des situations les plus loufoques à des scènes particulièrement saisissantes et crues avec une réussite étonnante ; 20th Century Boys insuffle une sensation d'émerveillement tout au long de ses 2 heures 16. Drôle, émouvant, extrêmement captivant, invraisemblabe, servit par des acteurs particulièrement talentueux le film de Yukihiko Tsutsumi est une belle réussite.

Il y avait un champ et là,se trouvait notre forteresse,
un refuge secret fait de hauts herbes,
notre
base secrète ...
Un méchant particulièrement charismatique et flippant, très flippant même, dans un film utilisant toutes les astuces possibles et imaginables pour nous tenir en haleine ; je ne vous cache pas que j'ai pensé aux films Fantomas en le voyant,ceux avec Louis de Funès auxquels on aurait rajouté quelques séquences bien gores ; une mise en scène astucieuse utilisant quelques effets de manche avec parcimonie mais beaucoup d'à propos : flashback, compte à rebours, rupture de rythme abrupte etc .. tout cela concours à faire de ce premier opus de la trilogie (oui c'est une trilogie) une très bonne surprise et un film éminemment divertissant.
Un environnement musical de très bon goût, le titre du film vient directement de la chanson éponyme de T-Rex, l'un des groupe phare du "glam rock", un style où toutes les audaces étaient possibles à l'instar du film.

Une qualité d'interprétation qui permet toutes les audaces (et il y en a), on y croit quelque soit la situation : des plus intimistes aux plus spectaculaires, des acteurs de doublage motivés et dynamiques apportent un part appréciable au plaisir que l'on retire de 20th Century Boys.


Les neuf guerriers réussiront-ils à sauver le monde ?


Commentaires

  1. Plutôt d'accord...Mais Dieu que c'est frustrant de devoir attendre la suite pour avoir des réponses ! Enfin on chuchote dans mon oreillette que c'est pour ça que c'est bon, parait-il....

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Deathlok [Charlie Huston / Lan Medina]

Les remakes, relaunchs, reboots, voire les réécritures de « classiques » façon littérature de genre, sont devenus omniprésents dans le divertissement de masse. Rien qui ne puisse, un jour ou l'autre, se voir  « updater ».
En 2009-2010, c'est au tour de Deathlock, un personnage créé par Rich Buckler & Doug Moench pour Marvel [Pour en savoir +], et qui n'a jamais vraiment trouvé sa place chez l'éditeur des Avengers et consorts, de se voir offrir un nouveau tour de piste. C'est à Charlie Huston, auréolé de son run sur la série consacrée à Moon Knight, qu'on a commandé un scénario qui devra tenir sept numéros mensuels. Huston est, avant de travailler pour la Maison des idées™, d'abord connu pour ses romans. C'est via son agent littéraire qu'il a mis un pied dans la BD, au moment où Marvel recrutait en dehors de sa zone d'influence. Cela dit, il reconnaît une attirance pour la SF contractée dès son plus jeune âge ; et particulièrement pour les u…

Blues pour Irontown [John Varley / Patrick Marcel]

Ça commençait plutôt mal. 
L'idée d'un détective privé du futur, fondu de ses lointains confrères des années 1930, avait tout d'un Polaroid™ bien trop souvent photocopié. Mais peut-être que cet amour des privés made in Underwood© allait-il être de la trempe du fusil de Tchekhov ?
Si la présence, dès les premières pages, d'une « femme fatale », semble donner le ton. Si l'ombre porté du Faucon maltais ne fera que se renforcer. La profession de détective privé semble aussi utile à l'intrigue du roman qu'un cataplasme à la moutarde sur une jambe de bois. 

       Une intrigue qui, nonobstant le titre du roman, tient plus de la berceuse que du blues.   

Fort heureusement, John Varley gratifie son roman d'une très belle idée ; au travers du personnage nommé Sherlock. Rien qui ne rattrape totalement l'ennui profond d'une enquête poussive, et  au final, sans grand intérêt. Mais les chapitres racontés par ledit Sherlock sont les plus intéressants, les plus ém…