Accéder au contenu principal

11.6

J'ai vu dernièrement le film de Philippe Godeau intitulé 11.6. Ce film s'inspire du vol effectué par un convoyeur de fonds en 2009, toutefois le fait divers réel m'avait à l'époque totalement échappé étant donné que je ne regarde ni ne lis de journaux depuis de nombreuses années.
Ceci étant dit, le film de Philippe Godeau avec François Cluzet dans le rôle principal est tout simplement excellent. Loin d'être un film d'action, il s'agit plutôt d'un thriller dans la mesure où la tension vécu à la fois par les personnages et le spectateur et omniprésent va crescendo. 
À ce titre je dois souligner que tous les acteurs sans exception sont magnifiques et apportent chacun, en fonction de leur présence à l'écran les éléments nécessaires et indispensables à la réussite du film.
C'est aussi le récit d'un homme qui n'a pas l'intention de se laisser briser par le "système", tout au long du film il m'est apparu comme un franc-tireur mais de cette sorte qui navigue sous le radar jusqu'au moment où un événement, même anodin, met en route ce qui deviendra une situation spectaculaire. Autre atout du film, rien n'est fait pour rendre forcément sympathique le personnage de Toni Muselin, ce qui renforce son côté fascinant. L'interprétation de François Cluzet y est certainement pour beaucoup.  
  
Ce film et Silences d'Etat (basé lui aussi sur une histoire vraie, décidément !)avec Richard Berry que j'ai vu aussi il n'y a pas longtemps auraient tendance à me rabibocher avec le cinéma français contemporain que j'avais clairement abandonné depuis quelques années. 
Or, donc 11.6 et Silences d'Etat sont deux belles surprises que j'ai eu vraiment beaucoup de plaisir à voir, et que vous aurez vous aussi peut-être plaisir à regarder. [-_ô]

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Killing Joke [USA Magazine n°36]

En septembre 1988, le Joker fait la couverture de « USA Magazine », magazine publié sous la direction de Fershid Bharucha. Cette illustration est, nous dit Brian Bolland « une étude dessinée à Paris (avec des marqueurs en fin de vie, (...)). Le dessinateur italien Tanino Liberatore en a tiré une version peinte (...). »
Dans ce même numéro, en complément de la parution de l'épisode du mois de Killing Joke, alors pré-publié sous le titre de  Souriez, Jean-Paul Jennequin livre un article de  deux pages :
C'est tout pour aujourd'hui ! 
(Tous mes remerciements à Albert.)

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Breach [Bob Harras / Marcos Martin]

Brève série de 11 numéros, Breach à l'immense avantage de pourvoir être lue sans connaissances préalables de ce qu'il est plus ou moins convenu d'appeler l'univers DC Comics. Envisagé comme une relance de Captain Atom, un personnage qui a notamment fait partie de l'écurie Charlton et a servi de modèle au Dr Manhattan, le personnage éponyme endossera finalement les atours du nouveau venu. 
Création de Bob Harras et de Marcos Martin, cette pourtant excellente série n'a visiblement pas été très soutenue par l'éditeur et, conséquences inévitables, n'a pas trouvé son lectorat. Je fais d'ailleurs partie de ceux qui sont passés totalement à coté.
Sacrifiée sur l'autel de la rentabilité, Breach mérite pourtant qu'on lui prête attention. 

       Le premier numéro, de 28 planches (extra-sized) donne d'ailleurs immédiatement le ton.
Plongé directement dans l'action, le lecteur découvre que l'articulation de la série se fera au travers d'un