Accéder au contenu principal

Nova : Les origines perdues

... Nova est un personnage qui apparaît en 1976 dans son propre magazine chez l'éditeur étasunien Marvel. Graphiquement il a été créé par John Romita Sr, un immense artiste qui est depuis le début des années 70 le concepteur artistique en chef de la Maison des Idées. L'idée du personnage vient de Marv Wolfman qui n'est pas encore l'homme qui mettra les Teen Titans sur orbite dans les années 80, ni même celui par qui passera la redéfinition de l'univers de DC Comics (Crisis on Infinite Earths), il n'est cependant pas un total inconnu pour les lecteurs de l'époque.
La série régulière comptera 25 numéros et sera dessinée par John Buscema dans un premier temps, puis par son frère Sal, ensuite ce sera Carmine Infantino ; côté encreurs on verra Joe Sinnott, Tom Palmer, Frank Giacoia et même Klaus Janson apporter leur savoir-faire.
Les origines du personnage peuvent être résumées comme un compromis entre celles du Green Lantern de l'Âge d'Argent et celles de Spiderman
Rich Rider est un jeune étudiant qui manque visiblement de vigueur physique et dont l'amour propre est en berne, et qui se voit confier les pouvoirs d'un extraterrestre mourant, le centurion Nova de la planète Xandar.
C'est en cas sous cet aspect que les lecteurs américains découvriront le personnage en 1976 (en novembre 1979 pour les lecteurs français) toutefois, les aventures de Nova commencent aux alentours de 1966 dans les pages d'un fanzine intitulé Super Adventures.

Ce fanzine est publié par un Marv Wolfman alors âgé d'une vingtaine d'années et pas encore scénariste professionnel, cependant il aura un réflexe très professionnel en déposant des copyrights sur se revues amateures. 
On y rencontre The Star alias le docteur Denteen, qui a découvert un vaisseau spatial extraterrestre contenant des pilules qui donnent différents pouvoirs toutes les 5 minutes : la faculté de voler dans les airs, une vision laser, la possibilité d'absorber de l’énergie, etc. Avec ces pilules, le docteur Denteen découvre également la machine qui permet de les fabriquer. C'est deux inventions sont l'oeuvre d'un extraterrestre malfaisant de la planète Orion 2, Kraken Roo. The Star deviendra grâce à ses découvertes l'un des membres fondateurs d'une équipe de super-héros The Law Legion (que l'on pourrait traduire par la Légion de la Loi).
En 1967, dans un supplément à Super Adventures #6 (portant par erreur la mention Super Adventures #7) Marv Wolfman et son ami Len Wein qui quelques années plus tard sera la co-créateur de Swamp Thing (une création controversée) ou l'homme qui relancera les X-Men, transforme The Star en un autre personnage : Black Nova.
Source
Who can defeat a God ? (Qui peut défaire un Dieu ?) met en scène Kraken Roo condamné à la prison à vie dans le pénitencier d'Orbiton, Orion 2.Lors de son acheminement vers le pénitencier le rayon de force qui le transporte est frappé par un météore en conséquence de quoi le criminel est propulsé à travers l'espace. Son errance prend fin lorsqu'un courant de radiations cosmiques traverse le rayon de force et transforme Kraken Roo en une nouvelle entité beaucoup plus puissante The celestial Man.
Rancunier ce dernier se rend sur Terre pour trouver celui qui lui a volé ses pilules. Lors d'un combat qui oppose le Celestial Man à la Law Legion, l'interaction du pouvoir d'un des membres de l'équipe avec celui du Celestial Man transforme The Star en deux entité distinctes. L'une sera absorbée par le Celestial Man tandis que l'autre deviendra Black Nova.
Dans Super Adventures #9 Black Nova mourra noblement en sauvant ses équipiers de la Law Legion.
Indéniablement même si les deux personnages, Black Nova et Nova présentent des différences (l'un est un adolescent l'autre un adulte, les pouvoirs et les origines des personnages sont différentes) artistiquement ils sont assez proches. 

Voilà ce que disait Marv Wolfman à propos du personnage en 2001 pour le magazine Comic Book Artist :
C'est-à-dire en substance pour ce qui nous intéresse ici : "C'est l'un des mes personnages favoris, je l'ai créé avec Len Wein au début des années 60, C'est Len qui a dessiné le costume originel et j'ai créé le personnage. Nous avons faits plusieurs histoires avec lui publiées dans des fanzines. [..]".

Quoiqu'il en soit, la réclamation officielle de Marv Wolfman à la fin des années 90 au sujet de la propriété du personnage Nova a trouvé un épilogue en faveur de l'éditeur Marvel, même si le scénariste a déclaré  à la cour que Stan Lee lui-même était au courant des aventures parues dans les fanzines puisqu'il lui en avait apporté plusieurs pour qu'il se fasse une idée.  
or, donc la cour a décidé, considérant que les deux personnages avaient trop de différences entre eux et qu'en conséquence Nova était un nouveau personnage, créé en work for hire ; c'est-à-dire un travail de commande sur lequel le créateur n'a aucun droit. 

Commentaires

  1. Une précision sur le perso issue du "Comic Box" du mois : le casque noir du nouveau "Nova", celui écrit actuellement par Jeph Loeb, est une référence à l'incarnation pré-Marvel appelée Black Nova, et est même à l'origine d'un apport à la mythologie du titre : il y a deux types de "Novae", les noirs et les dorés, reconnaissables à la couleur de leur heaume...
    De quoi faire encore plus hurler (à la Lune) Wolfman !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de cette précision amigo. [-_ô]

      Supprimer
    2. Ah, ce n'était donc pas qu'une facétie de dessinateur.
      Et quelles sont les différences autres que visuelles dans ce cas ?
      ( Le Nova Corps c'est un peu les Green lanterns de Marvel,on glisserait vers une multitude de corps ? )

      Supprimer
  2. Puisque la cour a décidé que les deux persos sont différents, je ne vois pas ce qui empêche Marv Wolfman de sortir son propre titre "Black Nova" chez Image. Si j'étais lui, c'est ce que je ferais.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Même étonnant que ça n'ait pas été fait...sauf s'il a eu peur de la machine de guerre des avocats de Marvel ...

      Supprimer
  3. Le problème est qu'à partir du moment où les créateurs ont accepté le contrat de work for hire, cela se retourne systématiquement contre eux.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Doctor Strange Legacy [Cates / Hernández Walta / Duclos]

La curiosité m'avait poussé, il y a 4 ou 5 ans, à m'intéresser au travail d'un nouveau venu du nom de Donny Cates. Depuis il a fait son petit bonhomme de chemin et est devenu un scénariste en vue de la Maison des idées™.
Et c'est tout à fait mérité.

Donny Cates n'est pas le genre à vouloir réinventer la poudre, pour finalement accoucher d'un pétard mouillé (qui a dit Tom King ?). Son domaine c'est le divertissement, l'évasion, et très souvent un excellent moment de lecture. 

Cette reprise de la série « Doctor Strange », 5 numéros mensuels compilés dans ce premier tome, en est la carte de visite idéale. 

Si l'adaptation cinématographique du personnage, créé par Stan Lee & Steve Ditko en 1963, lui a permis de retrouver les têtes de gondole des comics shop, on est toutefois passé par un petit lifting façon Jason Aaron & Chris Bachalo [Pour en savoir +] pour la version bande dessinée.

Mais rassurez-vous, ne rien connaître du personnages et de ses pré…

Immortal Hulk [Al Ewing / Joe Bennett / Thomas Davier]

Certainement mal luné, j'avais calé sur le premier numéro de cette relance du géant de jade. Néanmoins, mon intérêt pour le travail du scénariste Al Ewing m'a convaincu de laisser une seconde chance à cette série.
Sans toutefois oublier qu'un scénaristes travaillant pour des entreprises telles que Marvel ou DC Comics, lesquelles sont les propriétaires des personnages (et des histoires) qu'elles publient, c'est un peu comme d'être un jockey. 
Tout aussi prometteur qu'il soit, ce dernier est au service du cheval, et au ordres du propriétaire via l'entraîneur. Chaque Grand prix est surtout l'occasion de retenir le nom du cheval.
Ceci étant dit quid de ce nouveau départ ? 

Pour ce nouveau run, Hulk renoue donc avec ses origines sixties, et s'inspire de l'errance qu'avait popularisée la série télévisée des années 1970 avec Bill Bixby et Lou Ferrigno.
Ce parti pris d'un personnage en cavale est aussi surtout une forme de réflexe atavique très é…

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…