Accéder au contenu principal

Alif l'invisible (G. Willow Wilson)

Alif est un jeune hacker vivant dans un pays du Golfe Persique où s'exerce la censure d'état. Cachés derrière leurs écrans, Alif et ses acolytes rêvent d'une révolution. Une routine qui se voit brusquement perturbée lorsque notre jeune génie de l'ordinateur tombe amoureux d'une princesse rencontrée sur le net qui lui confie une mission : protéger un manuscrit ancien, oublié, et qui recèle un savoir occulte.
...Gwendoline Willow Wilson, plus connue sous le patronyme de G. Willow Wilson est une journaliste, essayiste et auteure de bande dessinée, elle est notamment la créatrice d'une nouvelle Ms Marvel alias Kamala Khan, et romancière. 
Convertie à l'islam c'est peu dire que le Moyen-Orient tient une place particulière dans son cœur (et son esprit). 
Ce n'est donc pas une surprise qu'Alif l'invisible s'y déroule. 
Évoquer le Moyen-Orient lorsqu'il s'agit de littérature, c'est souvent évoquer dans son sillage la fantasy des contes  Les Mille et une nuits et son cortège de souvenirs.
Incidemment les contes peut-être les plus célèbres : Ali Baba, Sinbad le marin ou encore Aladin et la lampe magique sont des ajouts de l'un des plus fameux traducteurs de ces contes ; Antoine Galland (Cf. Jack Finné).
Or donc, G. Willow Wilson à la belle idée de mêler au merveilleux de la fantasy un autre courant de ce qui constitue la "pop culture", à savoir le cyberpunk.
Mariage d'autant plus réussit qu'il est structuré par l'un des patrons les plus utilisé lorsqu'il s'agit de raconter une histoire, l’algorithme connu sous le nom de "Voyage du héros" :
Si l'idée de cet algorithme a été théorisé par Joseph Campbell à partir du monomythe (Pour en savoir +), il a surtout été popularisé par Star Wars et Christopher Vogler.
Et il s'agit d'un mariage qui fait sens si je puis dire, puisque les djinns (en arabe, cela désigne une sorte de race ou d'espèce d'invisibles non humains) et l'informatique partagent les mêmes qualités réticulaires (idéal ubiquitaire, vitesse, connexité, etc.).

... Selon Yuvah Noah Harari (historien, auteur de Sapiens, une brève histoire de l'humanité) si la domestication du feu a ouvert le premier gouffre significatif entre l'homme et les autres animaux, le facteur déterminant qui nous a propulsé des "marges au centre" de l'Histoire c'est la fiction.
Notre langage est singulier : il nous permet de transmettre des informations sur le monde qui nous entoure, mais aussi sur les choses qui n'existent pas.
nous sommes l'animal qui a inventé le storytelling (la mise en récit).
cette capacité à tisser des mythes nous a permis d'imaginer des choses et de les construire en masse et collectivement.

Il ne fait aucun doute lorsqu'on a lu Alif, l'invisibleque G. Willow Wilson fait partie de cette humanité qui fait de nous ce que nous sommes (du moins sa meilleur partie).

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Deathlok [Charlie Huston / Lan Medina]

Les remakes, relaunchs, reboots, voire les réécritures de « classiques » façon littérature de genre, sont devenus omniprésents dans le divertissement de masse. Rien qui ne puisse, un jour ou l'autre, se voir  « updater ».
En 2009-2010, c'est au tour de Deathlock, un personnage créé par Rich Buckler & Doug Moench pour Marvel [Pour en savoir +], et qui n'a jamais vraiment trouvé sa place chez l'éditeur des Avengers et consorts, de se voir offrir un nouveau tour de piste. C'est à Charlie Huston, auréolé de son run sur la série consacrée à Moon Knight, qu'on a commandé un scénario qui devra tenir sept numéros mensuels. Huston est, avant de travailler pour la Maison des idées™, d'abord connu pour ses romans. C'est via son agent littéraire qu'il a mis un pied dans la BD, au moment où Marvel recrutait en dehors de sa zone d'influence. Cela dit, il reconnaît une attirance pour la SF contractée dès son plus jeune âge ; et particulièrement pour les u…

Blues pour Irontown [John Varley / Patrick Marcel]

Ça commençait plutôt mal. 
L'idée d'un détective privé du futur, fondu de ses lointains confrères des années 1930, avait tout d'un Polaroid™ bien trop souvent photocopié. Mais peut-être que cet amour des privés made in Underwood© allait-il être de la trempe du fusil de Tchekhov ?
Si la présence, dès les premières pages, d'une « femme fatale », semble donner le ton. Si l'ombre porté du Faucon maltais ne fera que se renforcer. La profession de détective privé semble aussi utile à l'intrigue du roman qu'un cataplasme à la moutarde sur une jambe de bois. 

       Une intrigue qui, nonobstant le titre du roman, tient plus de la berceuse que du blues.   

Fort heureusement, John Varley gratifie son roman d'une très belle idée ; au travers du personnage nommé Sherlock. Rien qui ne rattrape totalement l'ennui profond d'une enquête poussive, et  au final, sans grand intérêt. Mais les chapitres racontés par ledit Sherlock sont les plus intéressants, les plus ém…