Accéder au contenu principal

Almuric (Robert E.Howard/Roy Thomas/Tim Conrad)

... J'aimerais vous présenter aujourd’hui et dans les prochains jours, une adaptation en bande dessinée peut-être moins connu d'une oeuvre du célèbre écrivain Robert Ervin Howard.
Il s'agit d'Almuric dans sa version française publiée dans le magazine EPIC par Artima/Arédit au début des années 1980.
Il s'agira des quatre livraisons parues dans les n°1 à 4 dudit magazine (qui a connu 12 numéros 1983-1985), j'accompagnerai ces épisodes d'un éclairage sur le roman qui a inspiré la BD et plus précisément sur sa création et sa publication) et sur le magazine EPIC Illustrated (la version originale de l'édition française) un magazine dont on peut dire qu'il était "en avance sur son temps". 
... À l'exception de son roman en partie autobiographique Le Rebelle (Post Oaks and Sand Roughs) Robert Ervin Howard n'avait au début de l'année 1934, jamais publié de roman.
C'est à ce moment-là qu'il reçut enfin un courrier d'Angleterre où 6 mois auparavant il avait envoyé un lot de nouvelles dans l'espoir de les faire paraître en recueil.
Denis Archer l'éditeur en question ne lui apportait cependant pas de bonnes nouvelles puisqu'en substance il expliquait qu'un roman serait plus facile à publier, les recueils de nouvelles rencontrant un "très fort préjugé" (Cf. Conan tome 2 - éditions Bragelonne sous la direction de Patrice Louinet).
Toutefois si Howard était prêt à écrire un roman d'environ 70000 à 75000 mots sa filiale, la Pawling & Ness Limited pourrait mettre en place un premier tirage de 5000 exemplaires.
Peu enthousiaste à l'idée de se mettre au travail pour un éditeur qui a mis 6 mois à lui répondre, Howard dans une lettre à August Derleth néanmoins déclare qu'"Evidemment, je ferai de mon mieux"
Selon Patrice Louinet (ibid) il se met au travail dès février 1934. 
Almuric, car il s'agit-là très probablement du roman que Robert E. Howard commença d'écrire pour l'éditeur Britannique fut abandonné à mi-parcours. Plus précisément Howard en avait écrit un premier jet complet et un second inachevé. Ce roman, toujours selon Patrice Louinet "cannibalisait" plusieurs scènes clés des nouvelles que le Texan avait envoyé en Angleterre en 1933.
Howard faisait tout ce qu'il pouvait pour rester dans l'esprit des nouvelles qui avaient plu à l'éditeur anglais.
Mais inexplicablement, le créateur de Conan s’arrêtera en cours de route et les deux fragments de son travail ne furent retrouvés qu’après sa mort (en juin 1936).
remanié et complété le roman paru finalement en trois livraison dans le pulp magazine Weird Tales (mai/juin-juillet/août 1939).
Dans sa préface à l'édition française d'Almuric, François Truchaud avance qu'il est probable que le roman a été terminé par Otis A. Kline agent littéraire depuis 1932 d'Howard (et par ailleurs lui-même auteur pour des pulp magazines), ou par Farnsworth Smith, le rédacteur en chef de Weird Tales, notamment les dernières lignes en forme de happy-end
D'autres avancent parfois le nom d'Otto Binder, scénariste notamment des aventure du Captain Marvel de Fawcett et co-créateur entre autres de Supergirl, et auteur également de S-F pour les pulp magazines
Si François Truchaud fait un parallèle avec les aventures de John Carter sur Barsoom (alias Mars), Patrice Louinet en fait un avec le cycle dit de Caspak, (qui aborde le thème du monde perdu) toujours d'Edgar Rice Burroughs.

... Après ce petit préambule place aux aventures d' Esau Cairn sur la planète Almuric ..... 
















Commentaires

  1. Passionnant. Vivement la suite.

    RépondreSupprimer
  2. Le travail sur la couleur est très intéressant : notre monde en noir et blanc puis une transition avant l'arrivée sur la colorée Almuric. Très chouette BD parue dans les quatre premiers numéros d'Epic. C'était assez peu courant à l'époque un tel travail sur la couleur.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

The Suicide Squad [ James Gunn & Co. ]

D’après le réalisateur J ames G unn, J ohn O strander, le scénariste de bandes dessinées qui a recréé la Suicide Squad ® en 1987 - et à qui le réalisateur a offert un caméo, est ravi par le film.  Autrement dit, malgré une direction aux antipodes de celle qu’il avait adoptée lors de son run (1987-1992), J ohn O strander accorde son onction au jeune prodige. Sympa !  Lequel réalisateur réutilise tout ce qui a fait le succès des Gardiens de la galaxie i.e. : si vous avez aimé les deux blockbusters du MCU™, vous aimerez ce nouvel épisode de la Suicide Squad ® . Quand bien même la formule gagnante est en contradiction complète avec l’idée-force de l’équipe cornaquée au siècle dernier par J ohn O strander ; où chaque membre était susceptible de mourir pour l’accomplissement de la mission.              J ames G unn opte en effet pour le ton parodique qu’on lui connaît, un choix déterminisme qui transforme tous ses personnages en caricature, certes très amusantes, mais dont le destin im

Un espion de trop [Lee Remick / Tyne Daly / Charles Bronson / Don Siegel]

Ce film, sorti en 1977, s'appuie sur le roman de W alter W ager ( Le Code ) et un cliché du film d'espionnage : les « agents dormants ». • La vie c'est simple comme un coup de fil             Peu après la crise dite des missiles de Cuba , l' U.R.S.S. , en représailles, dissémine sur le territoire des U.S.A. des « agents dormants ». Vingt ans plus tard, l'époque est à la détente, mais pas au gout de tout le monde. Nicolai Dalchimsky , stalinien pur sucre goûte assez peu le rapprochement entre les deux blocs ennemies, et la purge dont les féaux du « Petit Père des peuples » sont la victime. Il se rend aux États-Unis pour réveiller les « agents dormants ». Le KGB envoie un agent pour le neutraliser.   • Chercher la femme             Manifestement, à plus de 60 ans D on S iegel a perdu de sa superbe. « Un espion de trop » est, pour ainsi dire, surtout un film de trop. B ronson y joue une caricature de ses meilleures interprétations, le dur à cuire taciturne, et D on

Shot Caller / L'Exécuteur

R ic R oman W augh connait plutôt bien le milieu carcéral étasunien, car, pour l'un de ses précédents films, il avait travaillé en tant qu'agent de libération conditionnelle bénévole en Californie . Sans que personne ne sache - bien évidemment- qu'il travaillait dans le cinéma.  Une expérience sans filtre qui lui sera donc également profitable pour « Shot Caller », un film de moins de 10 millions de dollars, sorti aux États-Unis en 2017.              Titré bêtement, et surtout sans rapport avec la signification de son titre original « L'Exécuteur », pour sa sortie francophone Direct-to-vidéo (DTV), ce long-métrage de deux heures raconte l'histoire de Jacob Harlon , un homme d'affaires de Pasadena (CA), qui verra sa vie familiale épanouie et ses prometteurs projets professionnels disparaitre suite à un funeste accident de la circulation.  Envoyé en prison, où il côtoiera des criminels professionnels (si j'ose dire), il fera tout pour y survivre.