dimanche 17 avril 2016

Almuric (Troisième épisode)

... Troisième livraison des aventures d'Esau Cairn sur la planète Almuric publiées dans le magazine de bande dessinée Epic Illustrated, une livraison où je me permets de proposer un rapprochement hardi entre l’œuvre d'Otis A. Kline écrivain pour les pulp magazines et par ailleurs agent littéraire de Robert E. Howard et le roman éponyme d'Howard. 

... Si d’autres planetary romance ou planet opera précédent A Princess of Mars, les spécialistes et commentateurs avisés s’entendent toutefois pour dire que le premier classique du genre est néanmoins celui de Burroughs. 
Avant d'aller plus, il me semble qu'il n’échappera à personne que le planet opera entretien de proches relations avec ce que l’on appelle l’heroic fantasy, étiquette sous laquelle on publie notamment le Conan d’Howard par exemple. 
Si le planet opera extrapole selon moi à partir de l'imaginaire impérial des U.S.A autrement dit le mythe de la Frontière transposé aux planètes plus ou moins lointaines (Pour en savoir +), Cynthia Ward (Pour en savoir +) apporte une autre source possible avec le sous-genre dit de la Ruritanian romance (alias la romance Ruritanienne) dont le plus célèbre représentant est certainement (et pour cause) le roman intitulé Le Prisonnier de Zenda (Anthony Hope). 
Dans ce roman, un Britannique en visite dans une principauté (imaginaire) d’Europe centrale se retrouve soudain roi de cette principauté en vertu du fait qu’il est le sosie du vrai souverain. Ce dernier ayant été enlevé (je vous passe les détails). 
Dit comme cela, on peut se demander (avec raison), le rapport qu’entretient la « romance Ruritanienne » avec les histoires de planet opéra d’Edgar Rice Burroughs. 
Mais là où le rapprochement devient intéressant c’est que le thème « ruritanien » apparaît beaucoup plus flagrant avec les imitateurs ou rivaux d’Edgar Rice Burroughs ; notamment avec Otis Adelbert Kline (1891–1946) dont nous avons vu dans un article précédent (Pour en savoir +) qu’il était l’agent de Robert E. Howard, et qu’il était l’un de ceux dont on pense qu’il avait peu ou prou terminé (réécrit ?) un roman inachevé d’Howard dont il est question ici au travers de son adaptation en bande dessinée : Almuric

Mais voyez plutôt : entre la fin des années vingt et le début des années 1930 Otis Aldebert Kline, grand admirateur de Burroughs, publia des histoires dont le héros était une sorte de Tarzan des jungles indiennes, ainsi que toute une série de volumes intimement liés, dont les personnages voyageaient par télépathie entre la Terre, Vénus et Mars, allant, par-delà l’espace et le temps, occuper les corps d’autres êtres, princes ou guerriers destinés aux plus grands rôles sur leur planète d’origine. 
Dans Swordsman of Mars, (paru en feuilleton dans le pulp magazine Argosy de janvier et février 1933) Harry Thorne héritier déshérité (sic) & malchanceux échange son corps avec son sosie martien Sheb Takkor grâce à l’entremise du docteur Morgan et du savant martien Lal Vak. Il est ainsi transporté des millions d'années dans le passé de la planète rouge alors peuplée de puissants guerriers, de belles jeunes femmes en détresse, et d’animaux redoutables . 
Il devra batailler ferme pour sauver la belle princesse Thane et vaincre son ennemi juré Sel Han (lui-même « habité » par un précédent voyageur terrien Frank Boyd). 

De là à penser qu’Otis A. Kline a retouché plus qu’on ne le croit le roman inachevé de Robert E. Howard  pour en faire celui qu'on connait sous le titre d'Almuric, il n’y a qu’un pas. [-_ô]
















(À suivre ....)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire