Accéder au contenu principal

La Face perdue de la Lune [Benjamin Legrand]

••• Qu'un livre parvienne jusqu'à nous tient parfois d'une relation de cause à effet tortueuse ; ainsi La Face perdue de la Lune de Benjamin Legrand. 

Ma découverte du vingt-neuvième titre de la défunte collection Imagine de Flammarion, alors placée sous la direction de Jacques Chambon, passe par un autre roman de Benjamin Legrand au titre tout aussi énigmatique : Un Escalier de sable
Ce dernier roman, paru en 2012, vient de bénéficier d'une adaptation en bande dessinée, et c'est en lisant son titre sur la couverture de la BD en question, que j'ai eu envie d'en savoir plus sur son auteur. Les choses étant ce qu'elles sont, c'est finalement La Face perdue de la Lune que j'ai lu d'abord.

••• Si Benjamin Legrand est longtemps passé sous mon radar, il n'en est pas pour autant un auteur débutant. Auteur de romans de science-fiction, de polars, de bandes-dessinées avec Tardi ou Druillet, c'est une immersion dans le quartier du Bronx à New York, entre 1966 et 1968, pour un film qui ne se fera pas, qui lui met le pied à l'étrier de l'écriture. On dit même qu'il a fait la une de plusieurs quotidiens en mai 68, il était revenu en France pour y passer son Bac, le visage dissimulé dernière un foulard et une barre de fer à la main. Bref Benjamin Legrand a roulé sa bosse comme on dit, et pour le coup c'est sur la Lune qu'il nous donne rendez-vous.
Unité de lieu, unité de temps

••• À partir d'un arrière-plan environnemental tout ce qu'il y a de plus crédible, et de terrifiant ; Benjamin Legrand construit une intrigue qui va crescendo. Je ne voudrais ni minimiser son talent ni essentialiser l'homme en rappelant qu'il est le fils du compositeur et chef d'orchestre Raymond Legrand et le frère de Michel Legrand musicien internationalement célèbre, mais l'auteur de La Face perdu de la Lune a un indéniable sens du rythme. 
Difficile en effet de s'ennuyer en lisant cet excellent roman.

D'autant que ce n'est pas sa seule qualité.

D'aucuns ont pu, ici ou là, évoquer tel ou tel roman, tel ou tel film ; notamment The Thing du réalisateur John Carpenter. Alors certes, difficile de ne pas y penser, mais La Face perdue de la Lune ne partage avec ce film qu'un infime point commun (et il n'est pas le seul), qu'on oublie très rapidement.
Benjamin Legrand ne s'est pas contenté d'écrire une histoire haletante, dans un endroit exotique. Il a également bâti une solide société de la fin du XXIème siècle qui manœuvre la mécanique de précision de son récit aussi sûrement que ses personnages. 

••• Fin connaisseur d'un genre polymorphe qu'il découvre à l'âge de 12 ans, Benjamin Legrand convoque quelques archétypes familiers de la SF, qu'il modèle à sa manière pour donner vie à un roman original et percutant. 
Roman d'idées mené à tombeau ouvert La Face perdue de la Lune (2001) aurait pu être écrit aujourd'hui, il ne tient qu'à vous de le lire demain ; sans craindre qu'il ne perde ni son actualité, ni son énergie.         

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Triple frontière [Mark Boal / J.C. Chandor]

En même temps qu'un tournage qui devait débuter en 2011, sous la direction de K athryn B igelow, Triple frontière se verra lié à une tripotée d'acteurs bankables : S ean P enn, J avier B ardem, D enzel W ashington. Et même T om H anks. À ce moment-là, le titre est devenu Sleeping dogs , et d'autres noms circulent ( C hanning T atum ou encore T om H ardy). Durant cette période de valses-hésitations, outre M ark B oal au scénario, la seule constante restera le lieu où devrait se dérouler l'action. La « triple frontière » du titre est une enclave aux confins du Paraguay , du Brésil et de l' Argentine , devenue zone de libre-échange et symbole d'une mondialisation productiviste à fort dynamisme économique. Le barrage d' Itaipu qui y a été construit entre 1975 et 1982, le plus grand du monde, produirait 75 % de l’électricité consommé au Brésil et au Paraguay . Ce territoire a même sa propre langue, le « Portugnol », une langue de confluence, mélange d

The Words

... The Words ( Les Mots ) est un film qui avait tout pour me séduire : le roman en tant qu'élément principal, des acteurs que j'aime bien ; D ennis Q uaid, J eremy I rons, J . K . S immons et B radley C ooper. Éléments supplémentaire l'histoire se révèle être une histoire dans l'hisitoire. Ou plus exactement un roman à propos de l'écriture d'un roman, écrit par un autre ; entre fiction et réalité.  Je m'explique. Clay Hammon fait une lecture public de son dernier livre The Words dans lequel un jeune auteur, Rory Jansen , en mal de reconnaissance tente vaille que vaille de placer son roman chez différents éditeurs. Cet homme vit avec une très belle jeune femme et il est entouré d'une famille aimante. Finalement il va se construire une vie somme toute agréable mais loin de ce qu'il envisageait. Au cours de sa lune de miel, à Paris , son épouse va lui offrir une vieille serviette en cuir découverte chez un antiquaire, pour dit-elle qu'

Wheelman [Frank Grillo / Jeremy Rush]

En partie produit, et surtout entièrement cornaqué par War Party™, la société de production de J oe C arnahan & de F rank G rillo, et magistralement interprété par ce dernier ; « Wheelman 2017 » repose sur la règle des 3 unités du théâtre dit classique :  • Unité temps : Une nuit.  • Unité d'action : Une attaque à main armée ne se déroule pas comme prévue.  • Unité de lieu : Une BMW E46  Autrement dit, 98% du film se déroule dans une voiture avec seulement F rank G rillo au volant et à l’écran. Son personnage n'interagit avec l'extérieur quasiment que via un téléphone portable.              Tourné à Boston en seulement 19 jours, pour un budget légèrement supérieur à 5 millions de dollars, « Wheelman » est, au moment des comptes, une péloche dégraissée et bien relevée.  D'entrée de jeu les premières minutes donnent le ton : « l'homme au volant » du titre a été embauché pour être chauffeur lors d'un braquage à main armée. Divorcé, sa fille adolescente, d