Accéder au contenu principal

Blues Bar [Ace Atkins / Nathalie Mège]

« Blues Bar » est le troisième roman d'une série (de 4) qui a pour protagoniste principal Nick Travers, mais le premier qu'a traduit Nathalie Mège pour les éditions Le Masque
Tout aussi atypique que son créateur, Nick Travers n'est pas un détective privé ordinaire.
C'est en effet un professeur titulaire, dont le champ d'investigation est l'Histoire du Blues ; également ex- joueur professionnel de football (américain) chez les Saints de la Nouvelle-Orléans
Une particularité qu'il partage d'ailleurs avec le romancier à l'origine de ses enquêtes.   
Ace Atkins a en effet joué au poste de defensive end (ailier défensif), sous le maillot n°99, pour l'équipe universitaire des Auburn Tigers, laquelle s'est illustrée en 1993 en terminant le championnat invaincue. Une prouesse qui a valu à l'équipe en question, de faire la couverture de l'hebdomadaire très renommé outre-Atlantique Sport Illustrated.
Diplômé de l'université d'Auburn (AL), il devient ensuite correspondant pour le St. Petersburg Times puis, reporter pour le quotidien The Tampa Tribune. Une série d'article écrite pour ce dernier, lui vaudra une nomination au prix Pulitzer en 2001. Ces articles serviront également de base à son roman intitulé « White Shadow », traduit sous le titre de « Tampa Confidential » pour les éditions Le Masque.  

« Le hasard est le plus grand romancier du monde »
Balzac 
          Si « Blues Bar » à toutes les apparences d'une enquête de détective privé relativement commune ; la musiques, le soin apporté aux personnages, les particularismes des États du Sud des U.S.A. et une intrigue en béton armé lui donnent un rendement fictionnel nettement au-dessus de la moyenne.
S'y ajoute des dialogues qui renvois à une sorte  « d'aisance dans l'existence », et une gestion catastrophique de la Loi de l'emmerdement maximum™. 

Bref, « Blues Bar » est un concentré réussi de 400 pages, de ce que le polar est capable de faire de mieux. Un roman qui repose sur des bases ataviques, et duquel un air original se dégage. Si Ace Atkins connait indéniablement ses gammes, il prouve, ici en tout cas, qu'il a aussi le sens de l'improvisation. Touch down! comme on dit au pays de l'Oncle Sam.  

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Killing Joke [USA Magazine n°36]

En septembre 1988, le Joker fait la couverture de « USA Magazine », magazine publié sous la direction de Fershid Bharucha. Cette illustration est, nous dit Brian Bolland « une étude dessinée à Paris (avec des marqueurs en fin de vie, (...)). Le dessinateur italien Tanino Liberatore en a tiré une version peinte (...). »
Dans ce même numéro, en complément de la parution de l'épisode du mois de Killing Joke, alors pré-publié sous le titre de  Souriez, Jean-Paul Jennequin livre un article de  deux pages :
C'est tout pour aujourd'hui ! 
(Tous mes remerciements à Albert.)

Breach [Bob Harras / Marcos Martin]

Brève série de 11 numéros, Breach à l'immense avantage de pourvoir être lue sans connaissances préalables de ce qu'il est plus ou moins convenu d'appeler l'univers DC Comics. Envisagé comme une relance de Captain Atom, un personnage qui a notamment fait partie de l'écurie Charlton et a servi de modèle au Dr Manhattan, le personnage éponyme endossera finalement les atours du nouveau venu. 
Création de Bob Harras et de Marcos Martin, cette pourtant excellente série n'a visiblement pas été très soutenue par l'éditeur et, conséquences inévitables, n'a pas trouvé son lectorat. Je fais d'ailleurs partie de ceux qui sont passés totalement à coté.
Sacrifiée sur l'autel de la rentabilité, Breach mérite pourtant qu'on lui prête attention. 

       Le premier numéro, de 28 planches (extra-sized) donne d'ailleurs immédiatement le ton.
Plongé directement dans l'action, le lecteur découvre que l'articulation de la série se fera au travers d'un

Le jeu de la damnation [Clive Barker / Jean-Daniel Brèque]

« Rien n'est plus terrifiant que de donner à imaginer quelques abominations tapies derrière une porte, pour ne surtout jamais l'ouvrir, au risque de décevoir le lecteur. Car son imagination sera toujours plus fertile que les terribles images que s'échine à y injecter le conteur ».
Frappé au coin du bon sens, cet évangile de l'horreur dispensé depuis la ville de Providence dans l'État du Rhode Island, en 1979 par William F. Nolan, est cependant devenu obsolète depuis que des auteurs de l'envergure de Clive Barker ont mis un pied dans le genre.
« Le jeu de la damnation », traduit par Jean-Daniel Brèque en est un exemple frappant. Je dirais même que sans « les terribles images » qu'y injecte Clive Barker, ce roman ne serait pas ce qu'il est. 

            En effet le natif de Liverpool s'inspire ici d'un conte populaire bien connu, dont le titre du roman ne fait pas mystère du thème, et qui tient tout entier son intérêt dans l'imagination fertile …