Accéder au contenu principal

Le Beffroi [Si Spurrier / Jeff Stokely / Achilles(s)]

Dans l'entretien qui qui clôt le recueil français des 8 numéros de la mini-série « Le Beffroi » (The Spire), Si Spurrier, déclare son inimitié à la classification par genre.
Au risque donc d'en froisser le scénariste, j'apposerai l'étiquette  « fantasy » sur cette histoire, dessinée par son complice Jeff Stokely. Un dessinateur qui n'est par pour rien dans le charme et l'attrait que « Le Beffroi » exsude. Dans l'entretien déjà cité, Stokely cite deux influences  majeures : Moebius et Hayao Miyazaki. Nul doute que quiconque lira les péripéties qu'affronte Shå dans son enquête, aura également une pensée pour ces deux immenses artistes. 
Néanmoins, Jeff Stokely n'est ni l'un ni l'autre, du moins pas encore, et son trait frappe surtout par sa spontanéité.
Quand bien même sa mise en récit dément toute forme d'impulsivité, et offre une rigueur qui ne parvient pas toujours à se faire oublier. D'où la première impression.

Au final, le jeu des forces artistiques en présence captive tout autant que le scénario.

Ce dernier s'appuie sur une structure rythmée par des flashbacks, lesquels se révéleront indispensable à la compréhension du whodunit imaginé par l'auteur anglais.
Mais l'essentiel est cependant ailleurs.
En effet, il me semble que « Le Beffroi » se distingue bien plus par les personnages et l'univers qui les accueille, que par l'enquête menée par Shå, l'inspectrice de la « Garde urbaine ». Tout aussi astucieux que soit ce McGuffin™, Spurrier & Stokely ont surtout eu la bonne idée de ne pas se contenter d'imaginer un décor, mais plutôt un monde, que l'on sent fourmiller au-delà de ce qui nous en est montré. 
Ce qui occasionne parfois d'ailleurs, un sentiment de désorientation. Mais rassure-vous, rien d'insurmontable.

       En définitive, avec ses personnages plus étranges les uns que les autres, son univers unique, et tout aussi étrange, Si Spurrier et Jeff Stokely, soutenus par la colorisation d'André May, offrent toute la sidération cognitive que l'on est en droit d'en attendre.
Loin d'être un adjuvant artificiel, l'intrigue, sans être totalement originale non plus, donne un os à ronger aux protagonistes, et révélera in fine une moelle des plus substantifique.

La fin, relativement ouverte, laisse espérer que Spurrier & Stokely n'en ont pas définitivement terminé avec ce quadrant de l'imaginaire très prometteur.

(À suivre ... ?)

Commentaires

  1. N'ayant pas encore lu The spire, un rapide survol de quelques planches permet de constater une créativité visuelle sidérante chez Jeff Stokely, d'autant plus perceptible que son dessin a mûri depuis sa précédente collaboration avec Simon Spurrier sur le western de science-fiction Six gun gorilla.

    Les personnages sont plus posés et charnus qu'avant, leur silhouette s'étire moins démesurément dans les scènes d'action - la narration y gagne en sobriété - et le trait travaille davantage les textures avec des hachures sans se départir d'une certaine épure dans la composition d'environnements foisonnants, en témoigne la double-page plus haut où la cité se découvre. J'appréciais déjà beaucoup le travail visuel à l'oeuvre dans Six gun gorilla dont l'aspect sec du dessin était tout indiqué pour retranscrire l'âpreté de l'histoire, mais là Jeff Stokely a fait un bond impressionnant en relativement peu de temps (je crois qu'il a démarré sa carrière professionnelle en 2009).

    Si je lis peu, j'essaie de me tenir informé sur le travail de Simon Spurrier, qui s'entoure pour ses projets indépendants de talents aussi variés que les univers qu'il déploie dans ses histoires sont à la fois intimistes et bariolés. Je viens d'ailleurs de récupérer le deuxième recueil de sa dernière série Coda toujours chez Boom studios et les débuts de The dreaming chez Vertigo.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Belle analyse !

      Quand je la lis, je regrette d'autant plus ton manque de temps pour en faire de manière plus régulière. [-_ô]

      Supprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®