Accéder au contenu principal

Unité 8200 [Dov Alfon / Françoise Bouillot]

D'abord écrit en hébreu, Unité 8200 (prononcer 8-200) a connu un très beau succès en Israël. Traduit en anglais, il a cependant eu du mal à trouver un acquéreur anglo-saxon ; les acheteurs potentiels trouvaient l'intrigue incompréhensible pour des non-israéliens
C'est finalement l'éditeur Christopher MacLehose qui l’achètera, en demandant lui aussi, quelques remaniements [Pour en savoir +]. 
Traduit de l'anglais au français par Françoise Bouillot, Unité 8200 est disponible aux éditions Liana Levi
Une version qui si elle transpose les grades israéliens en français au contraire de la version anglaise. Ainsi « segen » devient-il lieutenant, ou plutôt lieutenante. 
Par le fait, Unité 8200 adopte la féminisation des grades militaire (sergente, soldate), mais ce choix disparait en cours de route, et la lieutenante Oriana Talmor redevient un lieutenant pendant la plus grande partie du roman. 

Outre que je me suis demandé si l'armée israélienne pratiquait elle aussi la féminisation de ses grades, je n'ai pu que constater que ce choix tombait assez mal.

En effet « lieutenant » est formé des mots « tenant » et  « lieu », autrement dit de tenant lieu, de remplaçant. On trouve d'ailleurs encore un grade dans l'Armée de Terre française, celui de « lieutenant-colonel », qui garde les traces de son origine. Le lieutenant est donc celui qui est amené à remplacer son chef, ce que Unité 8200 illustrera d'ailleurs par l'exemple.  Une « tenant lieu » et non pas une « tenante lieu ».

Bref, à vouloir s'affranchir de toutes les règles sans les connaître, on en arrive à des situations bien peu élégantes, qui pour la coup n'apportent pas grand chose, mais finissent par ressembler à ce qu'elles sont : des gadgets. Dont l'inutilité ne résiste pas au quelque 380 pages du roman de Dov Alfon.  De là à penser que cela puisse changer les mentalités ....

Mais quid du roman en question ?

       Unité 8200, bien que gardant quelques traces d'une intrigue à base d'espionnage de bout en bout, ressortit bien au polar. Mais ce qui le différencie vraiment de ses homologues c'est son ton badin, la désinvolture avec laquelle cette enquête au plus haut de l'État d'Israël, mettant en branle ladite Unité 8200, que l'on compare à la NSA étasunienne, est traitée. Ou plutôt que la désinvolture, l'amateurisme des uns et des autres. 
Dov Alfon risque de conforter ceux qui pensent que les affaires de l'État, et pour le coup pas seulement israélien, son roman brasse la géopolitique à un niveau multipolaire, sont menées par des amateurs sans scrupules. 
Et que les gentils (sic) doivent surtout compter sur la chance, plutôt que sur leurs compétences.

       Au bout de l'élan il reste un roman très rythmé, les 384 pages sont découpées en 121 chapitres, réjouissant, et un peu flippant. Mais très agréable à lire.
Et si d'aventure vous deviez être surpris par la jeunesse de certains des personnages, en regard de leur poste hiérarchique & stratégique, Dov Alfon lui-même ancien officier de renseignement israélien a déclaré, dans une interview, s'être retrouvé, à 21 ans, à la tête d'un budget  équivalent à cinq millions de dollars.
Dont acte.         

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®