Accéder au contenu principal

Les sept morts d'Evelyn Hardcastle [Stuart Turton / Fabrice Pointeau]

Un peu à la manière d'Agatha Christie qui en son temps, avec « Le meurtre de Roger Ackroyd », subvertissait les règles de l'enquête policière littéraire, Stuart Turton propose un cadre totalement inédit pour son propre whodunit, et pour tout dire terriblement séduisant.
Une originalité qui malheureusement gardera tous ses secrets ; et qui au fur et à mesure de ce qu'il voudra bien nous en apprendre, la transformera en usine à gaz. 
Ce qui est d'autant plus dommage, que si on fait abstraction de ce qui fait justement son originalité, « Les sept morts d'Evelyn Hardcastle » est du niveau de ce que ce type de roman est à même de produire de mieux.
Mais de manière assez fâcheuse, Stuart Turon s'entête, tout en distribuant des informations qui sapent les fondations mêmes de son entreprise. 

Ainsi en va-t-il de la durée objective de l'enquête, ou des motivations premières du personnage principal masculin ; lesquelles entrent en complète contradiction, et c'est peu de le dire, avec les actions qu'il accomplit au cours des nombreuses péripéties de l'enquête. 
À cela s'ajoute des questions sur la nature de « Blackheath house », ainsi que bien évidement, sur celle des protagonistes eux-mêmes.
L'enquête ne laisse pas non plus d'interroger, surtout dans le contexte particulier du roman :  véritable « cold case » ou exercice programmé ? 

Quelque soit la bonne réponse, aucune des deux ne paraît toutefois satisfaisante, du moins en regard de ce que j'en ai appris grâce à la traduction de Fabrice Pointeau pour les éditions Sonatine

D'autant que la révélation finale surprend quelqu'un qui n'aurait pas dû l'être. À moins que ....

       Bref, Stuart Turton joue, à mon avis, sur bien trop de tableaux à la fois pour garantir à son roman le minimum de cohérence interne nécessaire, pour que le plaisir de lecture supplante celui de tenter de le faire tenir debout.  
« Les sept morts d'Evelyn Hardcastle » aurait ainsi eu tout à gagner à être imaginé au-delà des limites de ses 544 pages, ne serait-ce que pour en éclairer les écueils, et y remédier. 
Peut-être conscient de la fragilité du dispositif sur lequel repose l'originalité de son premier roman, Stuart Turton ne s'y risque pas, et fait l'économise d'une explication (dont je doute qu'elle aurait été satisfaisante).       

« Les sept morts d'Evelyn Hardcastle » n'est pas un mauvais roman, certains l'ont d'ailleurs trouvé très à leur(s) goût(s) [Pour en savoir +], mais il n'est pas de ceux dont je recommanderai la lecture. Ou alors, tout au plus, une recommandation par défauts (sic) !    

Commentaires

  1. Nous ne sommes pas du tout d'accord, ce livre est excellent dans sa construction et dans son intrigue. Les explications sont là même si cela peut être frustrant de ne pas comprendre le "fonctionnement" du truc. (dur de ne pas spoiler !) mais ca marche. Enfin plus pour moi que pour toi... ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est ce que j'avais cru comprendre en te lisant. Ainsi, pour faire la part des choses, j'avais justement mis en lien ta critique.
      Notamment parce qu'elle recoupe tous les avis, quasi tous positifs, que j'ai pu lire, après coup, sur ce roman.
      Mais comme disait Montaigne, « Je m'avance vers celui qui me contredit » !
      [-_ô]

      Supprimer
    2. J'aime bien cette citation, elle me sied à merveille. Merci, je repasserai !

      Supprimer
  2. C'est l'une de mes prochaines lectures, j'en attendais beaucoup au vue des critiques élogieuses. Maintenant, mes attentes sont moindre et j'espère que les défauts que tu listes ne me feront pas tiquer. Réponse dans quelques jours/semaines

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®