Accéder au contenu principal

Les sept morts d'Evelyn Hardcastle [Stuart Turton / Fabrice Pointeau]

Un peu à la manière d'Agatha Christie qui en son temps, avec « Le meurtre de Roger Ackroyd », subvertissait les règles de l'enquête policière littéraire, Stuart Turton propose un cadre totalement inédit pour son propre whodunit, et pour tout dire terriblement séduisant.
Une originalité qui malheureusement gardera tous ses secrets ; et qui au fur et à mesure de ce qu'il voudra bien nous en apprendre, la transformera en usine à gaz. 
Ce qui est d'autant plus dommage, que si on fait abstraction de ce qui fait justement son originalité, « Les sept morts d'Evelyn Hardcastle » est du niveau de ce que ce type de roman est à même de produire de mieux.
Mais de manière assez fâcheuse, Stuart Turon s'entête, tout en distribuant des informations qui sapent les fondations mêmes de son entreprise. 

Ainsi en va-t-il de la durée objective de l'enquête, ou des motivations premières du personnage principal masculin ; lesquelles entrent en complète contradiction, et c'est peu de le dire, avec les actions qu'il accomplit au cours des nombreuses péripéties de l'enquête. 
À cela s'ajoute des questions sur la nature de « Blackheath house », ainsi que bien évidement, sur celle des protagonistes eux-mêmes.
L'enquête ne laisse pas non plus d'interroger, surtout dans le contexte particulier du roman :  véritable « cold case » ou exercice programmé ? 

Quelque soit la bonne réponse, aucune des deux ne paraît toutefois satisfaisante, du moins en regard de ce que j'en ai appris grâce à la traduction de Fabrice Pointeau pour les éditions Sonatine

D'autant que la révélation finale surprend quelqu'un qui n'aurait pas dû l'être. À moins que ....

       Bref, Stuart Turton joue, à mon avis, sur bien trop de tableaux à la fois pour garantir à son roman le minimum de cohérence interne nécessaire, pour que le plaisir de lecture supplante celui de tenter de le faire tenir debout.  
« Les sept morts d'Evelyn Hardcastle » aurait ainsi eu tout à gagner à être imaginé au-delà des limites de ses 544 pages, ne serait-ce que pour en éclairer les écueils, et y remédier. 
Peut-être conscient de la fragilité du dispositif sur lequel repose l'originalité de son premier roman, Stuart Turton ne s'y risque pas, et fait l'économise d'une explication (dont je doute qu'elle aurait été satisfaisante).       

« Les sept morts d'Evelyn Hardcastle » n'est pas un mauvais roman, certains l'ont d'ailleurs trouvé très à leur(s) goût(s) [Pour en savoir +], mais il n'est pas de ceux dont je recommanderai la lecture. Ou alors, tout au plus, une recommandation par défauts (sic) !    

Commentaires

  1. Nous ne sommes pas du tout d'accord, ce livre est excellent dans sa construction et dans son intrigue. Les explications sont là même si cela peut être frustrant de ne pas comprendre le "fonctionnement" du truc. (dur de ne pas spoiler !) mais ca marche. Enfin plus pour moi que pour toi... ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est ce que j'avais cru comprendre en te lisant. Ainsi, pour faire la part des choses, j'avais justement mis en lien ta critique.
      Notamment parce qu'elle recoupe tous les avis, quasi tous positifs, que j'ai pu lire, après coup, sur ce roman.
      Mais comme disait Montaigne, « Je m'avance vers celui qui me contredit » !
      [-_ô]

      Supprimer
    2. J'aime bien cette citation, elle me sied à merveille. Merci, je repasserai !

      Supprimer
  2. C'est l'une de mes prochaines lectures, j'en attendais beaucoup au vue des critiques élogieuses. Maintenant, mes attentes sont moindre et j'espère que les défauts que tu listes ne me feront pas tiquer. Réponse dans quelques jours/semaines

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Killing Joke [USA Magazine n°36]

En septembre 1988, le Joker fait la couverture de « USA Magazine », magazine publié sous la direction de Fershid Bharucha. Cette illustration est, nous dit Brian Bolland « une étude dessinée à Paris (avec des marqueurs en fin de vie, (...)). Le dessinateur italien Tanino Liberatore en a tiré une version peinte (...). »
Dans ce même numéro, en complément de la parution de l'épisode du mois de Killing Joke, alors pré-publié sous le titre de  Souriez, Jean-Paul Jennequin livre un article de  deux pages :
C'est tout pour aujourd'hui ! 
(Tous mes remerciements à Albert.)

Breach [Bob Harras / Marcos Martin]

Brève série de 11 numéros, Breach à l'immense avantage de pourvoir être lue sans connaissances préalables de ce qu'il est plus ou moins convenu d'appeler l'univers DC Comics. Envisagé comme une relance de Captain Atom, un personnage qui a notamment fait partie de l'écurie Charlton et a servi de modèle au Dr Manhattan, le personnage éponyme endossera finalement les atours du nouveau venu. 
Création de Bob Harras et de Marcos Martin, cette pourtant excellente série n'a visiblement pas été très soutenue par l'éditeur et, conséquences inévitables, n'a pas trouvé son lectorat. Je fais d'ailleurs partie de ceux qui sont passés totalement à coté.
Sacrifiée sur l'autel de la rentabilité, Breach mérite pourtant qu'on lui prête attention. 

       Le premier numéro, de 28 planches (extra-sized) donne d'ailleurs immédiatement le ton.
Plongé directement dans l'action, le lecteur découvre que l'articulation de la série se fera au travers d'un

Le jeu de la damnation [Clive Barker / Jean-Daniel Brèque]

« Rien n'est plus terrifiant que de donner à imaginer quelques abominations tapies derrière une porte, pour ne surtout jamais l'ouvrir, au risque de décevoir le lecteur. Car son imagination sera toujours plus fertile que les terribles images que s'échine à y injecter le conteur ».
Frappé au coin du bon sens, cet évangile de l'horreur dispensé depuis la ville de Providence dans l'État du Rhode Island, en 1979 par William F. Nolan, est cependant devenu obsolète depuis que des auteurs de l'envergure de Clive Barker ont mis un pied dans le genre.
« Le jeu de la damnation », traduit par Jean-Daniel Brèque en est un exemple frappant. Je dirais même que sans « les terribles images » qu'y injecte Clive Barker, ce roman ne serait pas ce qu'il est. 

            En effet le natif de Liverpool s'inspire ici d'un conte populaire bien connu, dont le titre du roman ne fait pas mystère du thème, et qui tient tout entier son intérêt dans l'imagination fertile …