Accéder au contenu principal

Cette maison [David Mitchell / Manuel Berri]

David Mitchell, romancier anglais, fait partie de ces auteurs dont on peut dire qu'ils sont des « rats qui construisent eux-mêmes le labyrinthe dont ils se proposent de sortir », d'après la belle définition de Raymond Queneau à propos des membres de l'OuLiPo.
Son dernier roman, que j'ai choisi de lire sous la très belle couverture de Charles-Étienne Brochu, pour les éditions ALTO, n'y déroge pas.
Ainsi son premier chapitre a-t-il d'abord paru sur Twitter™, entre le 13 et le 20 juillet 2014, pour le coup ici remanié, mais dont l'essence, & la scansion caractéristique de la plateforme bien connue a été en grande partie conservée. On y suit, en focalisation interne, la visite d'une jeune garçon qui accompagne sa mère à la « Slade House », cette maison sise Slade Alley, qui donne son titre au roman (dans sa version originale, et hexagonale aux éditions de L'Olivier). Laquelle visite sera suivie de quatre autres, par des personnages différents, espacées de 9 ans chacune.

       Ce premier chapitre n'est pas la seule particularité du roman, puisqu'il a été pensée en lien direct avec son précédent : « L'Âme des horloges ». Précision peut-être inutile, puisque David Mitchell a déclaré que tous ses romans font, et feront partie d'un « über-novel ». 
Autrement dit, tous ses écrits sont les parties distinctes mais inséparables d'un univers fictionnel partagé. À l'instar de ce qui se fait déjà depuis longtemps dans la BD étasunienne de super-héros, et que l'on appelle la « Continuité ». 
Toutefois, qu'on se rassure, Cette maison se lit de manière tout  à fait autonome.  

Et surtout avec un plaisir avide et évident. 

Les 272 pages, traduites par Manuel Berri se lisent quasiment d'une traite. David Mitchell y est tellement bon que j'ai rapidement oublié sa présence, immergé que j'étais dans chacun des cinq chapitres, sorte de personnage présence supplémentaire au coté des différents protagonistes. Si le récit sait, en quelques mots, nouer un lien empathiques avec les uns et les autres, il est tout aussi capable de recréer les époques dans lesquelles il nous invite ; d'une manière tout aussi bluffante qu'en sont capables Nora & Jonah Grayer dans cette maison. Une manière d'associer le fond et la forme, en quelque sorte.   

       Alors, à l'exemple de Nathan et sa mère, de l'inspecteur Gordon Edmonds, de Sally, de la journaliste de Spyglass, et du docteur Iris Marinus-Fenby, je vous invite vous aussi à visiter « cette maison » ; d'autant que vous, vous en sortirez peut-être sain et sauf !?
Frissons littéraires garantis !     

(À suivre ....)

Commentaires

  1. J'adore la construction des romans de Mitchell, je pense que je lirai celui-ci aussi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Question écriture, Mitchell est un artiste ; tu ne vas pas être déçu je pense.

      Supprimer
  2. Il faut que je rattrape mon retard sur David Mitchell, à commencer par Cartographie des nuages

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Deathlok [Charlie Huston / Lan Medina]

Les remakes, relaunchs, reboots, voire les réécritures de « classiques » façon littérature de genre, sont devenus omniprésents dans le divertissement de masse. Rien qui ne puisse, un jour ou l'autre, se voir  « updater ».
En 2009-2010, c'est au tour de Deathlock, un personnage créé par Rich Buckler & Doug Moench pour Marvel [Pour en savoir +], et qui n'a jamais vraiment trouvé sa place chez l'éditeur des Avengers et consorts, de se voir offrir un nouveau tour de piste. C'est à Charlie Huston, auréolé de son run sur la série consacrée à Moon Knight, qu'on a commandé un scénario qui devra tenir sept numéros mensuels. Huston est, avant de travailler pour la Maison des idées™, d'abord connu pour ses romans. C'est via son agent littéraire qu'il a mis un pied dans la BD, au moment où Marvel recrutait en dehors de sa zone d'influence. Cela dit, il reconnaît une attirance pour la SF contractée dès son plus jeune âge ; et particulièrement pour les u…

Blues pour Irontown [John Varley / Patrick Marcel]

Ça commençait plutôt mal. 
L'idée d'un détective privé du futur, fondu de ses lointains confrères des années 1930, avait tout d'un Polaroid™ bien trop souvent photocopié. Mais peut-être que cet amour des privés made in Underwood© allait-il être de la trempe du fusil de Tchekhov ?
Si la présence, dès les premières pages, d'une « femme fatale », semble donner le ton. Si l'ombre porté du Faucon maltais ne fera que se renforcer. La profession de détective privé semble aussi utile à l'intrigue du roman qu'un cataplasme à la moutarde sur une jambe de bois. 

       Une intrigue qui, nonobstant le titre du roman, tient plus de la berceuse que du blues.   

Fort heureusement, John Varley gratifie son roman d'une très belle idée ; au travers du personnage nommé Sherlock. Rien qui ne rattrape totalement l'ennui profond d'une enquête poussive, et  au final, sans grand intérêt. Mais les chapitres racontés par ledit Sherlock sont les plus intéressants, les plus ém…