Accéder au contenu principal

Cette maison [David Mitchell / Manuel Berri]

David Mitchell, romancier anglais, fait partie de ces auteurs dont on peut dire qu'ils sont des « rats qui construisent eux-mêmes le labyrinthe dont ils se proposent de sortir », d'après la belle définition de Raymond Queneau à propos des membres de l'OuLiPo.
Son dernier roman, que j'ai choisi de lire sous la très belle couverture de Charles-Étienne Brochu, pour les éditions ALTO, n'y déroge pas.
Ainsi son premier chapitre a-t-il d'abord paru sur Twitter™, entre le 13 et le 20 juillet 2014, pour le coup ici remanié, mais dont l'essence, & la scansion caractéristique de la plateforme bien connue a été en grande partie conservée. On y suit, en focalisation interne, la visite d'une jeune garçon qui accompagne sa mère à la « Slade House », cette maison sise Slade Alley, qui donne son titre au roman (dans sa version originale, et hexagonale aux éditions de L'Olivier). Laquelle visite sera suivie de quatre autres, par des personnages différents, espacées de 9 ans chacune.

       Ce premier chapitre n'est pas la seule particularité du roman, puisqu'il a été pensée en lien direct avec son précédent : « L'Âme des horloges ». Précision peut-être inutile, puisque David Mitchell a déclaré que tous ses romans font, et feront partie d'un « über-novel ». 
Autrement dit, tous ses écrits sont les parties distinctes mais inséparables d'un univers fictionnel partagé. À l'instar de ce qui se fait déjà depuis longtemps dans la BD étasunienne de super-héros, et que l'on appelle la « Continuité ». 
Toutefois, qu'on se rassure, Cette maison se lit de manière tout  à fait autonome.  

Et surtout avec un plaisir avide et évident. 

Les 272 pages, traduites par Manuel Berri se lisent quasiment d'une traite. David Mitchell y est tellement bon que j'ai rapidement oublié sa présence, immergé que j'étais dans chacun des cinq chapitres, sorte de personnage présence supplémentaire au coté des différents protagonistes. Si le récit sait, en quelques mots, nouer un lien empathiques avec les uns et les autres, il est tout aussi capable de recréer les époques dans lesquelles il nous invite ; d'une manière tout aussi bluffante qu'en sont capables Nora & Jonah Grayer dans cette maison. Une manière d'associer le fond et la forme, en quelque sorte.   

       Alors, à l'exemple de Nathan et sa mère, de l'inspecteur Gordon Edmonds, de Sally, de la journaliste de Spyglass, et du docteur Iris Marinus-Fenby, je vous invite vous aussi à visiter « cette maison » ; d'autant que vous, vous en sortirez peut-être sain et sauf !?
Frissons littéraires garantis !     

(À suivre ....)

Commentaires

  1. J'adore la construction des romans de Mitchell, je pense que je lirai celui-ci aussi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Question écriture, Mitchell est un artiste ; tu ne vas pas être déçu je pense.

      Supprimer
  2. Il faut que je rattrape mon retard sur David Mitchell, à commencer par Cartographie des nuages

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

SKEUD [Dominique Forma]

Johnny Trouble est le roi du vinyle pirate, fruit d'enregistrements qui ne le sont pas moins. Des galettes vendues sous le manteau, jamais commercialisées par les maisons de disques. Le « skeud » (ou disque en verlan) du titre du premier roman de D ominique F orma. Qui pour sa réédition chez Rivages™ en 2015, a été un poil ripoliné par l'auteur.             D ominique F orma est un individu atypique dans le paysage culturel hexagonal.  Au début des années 1990 il part aux U.S.A. sans plan de carrière, et se retrouve music supervisor au sein de l'industrie du cinéma. Il en profite pour apprendre la mise en scène et l'écriture sur le tas, et après un court-métrage s'impose réalisateur sur l'un de ses propres scénarios. L'aventure, avec rien de moins que J eff B ridges au casting , ne tournera pas à son avantage, j'y reviendrai prochainement. En attendant, de retour en France , en 2007, il contacte P atrick R aynal sur les conseils de P hilippe G arnier

Blade Runner (vu par Philippe Manœuvre)

Après vous avoir proposé Star Wars vu par le Journal de Spirou de 1977 (ou du moins d'un des numéro de cette année-là), c'est au tour de Blade Runner vu par P hilippe M anœuvre en 1982 dans les pages de la revue Métal Hurlant . Il va de soit qu'avec un titre tel que : "C'est Dick qu'on assassine" le propos de l'article ne fait pas de doute. Pour rappel, le film est sorti en France le 15 septembre 1982, Métal Hurlant au début de ce même mois de 82. Bonne lecture.

À bout portant [Gilles Lellouche / Roschdy Zem / Fred Cavayé]

« C’est du cinéma, on est donc dans la réalité + 1 ou + 2 »  F red C avayé  L’épuisement d’histoires originales, et la production exponentielle de fictions nécessitent d’élaborer des stratégies de mises en récit attractives pour captiver le public.              Plonger directement les spectateurs d’un film « au cœur des choses » est toujours payant. Surtout si en plus, comme dans le cas du film réalisé par F red C avayé, les personnages et le contexte, en un mot l’histoire, bénéficie de l’effet IKEA ® .  L'effet en question est un biais cognitif documenté par M ichael N orton, dans lequel les consommateurs accordent une plus-value aux produits qu'ils ont partiellement créés (les meubles de l'enseigne bien connue).  Ici, la chronologie (chamboulée par l'ouverture du film in medias res ), les tenants et les aboutissants du scénario (dévoilés au compte-goutte) nécessitent que le spectateur participe activement au storytelling du film qu'il regarde.  L'effet IKEA ®