Accéder au contenu principal

David Galula et la théorie de la contre-insurrection [Driss Ghali]

David Galula (1919-1967) est un stratégiste français, passé par Saint-Cyr, qui a participé à la seconde Guerre Mondiale, et à la guerre d'Algérie.
            Attaché d'ambassade en Chine auprès du colonel Jacques Guillermaz à partir de 1945, puis membre de la commission spéciale des Nations Unies dans les Balkans, il a l'occasion d'observer de très près la guerilla qu'y livre MaoTsè-Toung, ainsi que la guerre civile grecque. De 1951 à 1956 il est attaché militaire à Hong-Kong où il rencontre notamment des spécialistes américains et anglais de la contre-insurrection. Laquelle deviendra son champ d'expertise, fort de ce qu'il a appris en Chine et en Grèce.
            De 1956 à 1958, il mettra en pratique ses théories en Algérie où il est affecté, et plus précisément dans le djebel Mimoun, en Grande Kabylie
            En 1958, retour en Métropole à l'État-Major de la défense nationale où il s'occupe plus précisément de la radio, un média très puissant à l'époque, et qui occupe un place importante dans ses théories contre-insurrectionnelles.
            En 196o il est envoyé aux U.S.A. pour suivre des cours, il y soutient une thèse sur son sujet de prédilection, ce qui lui vaut d'être remarqué ; et après quelques péripéties bureaucratiques il devient « research associate » pour le Center for International Affairs de l'université d'Harvard.
La Rand Corporation™ (acronyme de « Research ANd Development »), un think tank, pour lequel il a fait des conférences lui demande un rapport sur son expérience algérienne. Ce sera Pacification in Algeria, qui ne sera traduit que près de 40 ans plus tard en français. Puis viendra Counterinsurgency Warfare : Theory and Practice.
Un livre plus théorique qui sera traduit par l'officier de cavalerie Philippe de Montenon, qui le découvrira alors qu'il faisait l'École de Guerre au Command and General Staff College de l'US Army de Fort Leavenworth
Une lecture devenue alors obligatoire pour les officiers étasuniens sur ordre du général David Petraeus, mais dont Philippe de Montenon n'avait jamais entendue parler. Il n'était alors pas le seul militaire français dans ce cas.
C'est en effet via les États-Unis que David Galula est réapparu en France.
            Et c'est son histoire, sous la forme d'une biographie intellectuelle, que raconte Driss Ghali dans son propre ouvrage. 
D'une lecture très agréable, parsemé des propres réflexions de Driss Ghali, cette biographie intitulée « David Galula et la théorie de la contre-insurrection » est un essai qui dresse le portrait d'un militaire atypique, dont les idées et le profil sont à l’opposé - par exemple - de ceux de Paul Aussaresses, son contemporain.  
Ce dernier, plus sulfureux (si je puis me permettre), a par ailleurs bénéficié, fut un temps, d'une large couverture médiatique, contrairement à Galula. Ceci expliquant sûrement cela.
            Si vous vous intéressez à la chose militaire, il y peu de chance que je vous apprenne quelque chose ici. 
Si ce n'est pas le cas, la lecture de cet essai, qui est aussi une page d'Histoire, donne un aperçu de la guerre d'Algérie, certes bref, mais très loin des clichés et des raccourcis spectaculaires auxquels la presse nous habitue.
Une petite anecdote en passant ; avant de commencer l'ouvrage de Driss Ghali, j'ai revu L'Honneur d'un capitaine, l'excellent film de Pierre Schendoerffer, où Jacques Perrin campe une sorte  d'avatar de David Galula. Un film qui lui aussi bas en brèche la litanie pastorale avec beaucoup de finesse et d'élégance. Deux qualités que partage d'ailleurs « David Galula et la théorie de la contre-insurrection ».            

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Dirty Harry ; critique d'une analyse politique partiale et idéologique

« Harry est un mal nécessaire, au même titre qu'un avocat ; lequel est prêt à tout pour arriver à ses fins, sans se soucier des conséquences de ses actes. Un avocat fait du droit sans se soucier de justice. Alors qu'Harry sert la justice sans ce soucier du droit. Ainsi son cœur est-il toujours du côté de la victime, alors qu'un avocat ajuste sa sympathie en fonction de ses intérêts. Un avocat peut être répugnant, mais on a besoin de lui. Et l'on peut penser la même chose d'Harry Callahan. ». ( J ohn M ilius.)             Au gré de recherches sur l'Internet © je suis tombé sur une vidéo [ Pour en savoir + ] dont le thème avait tout pour m'intéresser ; une analyse politique du cinéma dont le sujet est le film Dirty Harry 1971 . E astwood, S iegel, M ilius, le cinéma des années 1970, bref que du bon, et en plus dans un format ramassé (19'29").             D'entrée de jeu la vidéo s'attaque à une vieille lune : « À sa sortie en 1971, L’Inspect

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er