Accéder au contenu principal

Gannibal [Masaaki Ninomiya / Vincent Marcantognini]

« Fallait [...] que je m'impose, que j'accroche le lecteur avec un truc qui pique, qui fait mal, qui marque. » 
Connu pour une série, Chousou no Babel, et une histoire courte, Domestic Happiness, (toutes les deux inédites en France) dans lesquelles la famille était déjà au cœur de leurs intrigues respectives, Masaaki Ninomiya récidive en 2018, dans l'hebdomadaire Manga Goraku de l’éditeur Nihon Bungeisha™, avec sa toute nouvelle série « Gannibal », où une famille donc : Yuki, son mari Daigo , et leur fille Mashiro, s'installe dans le petit village de Kuge
Une série qui devrait, selon toutes probabilités, se terminer à son onzième tome que vient de commencer son auteur, alors que le septième paraîtra en France en octobre 2021, aux éditions Meian™. 
« Ce "truc", c'était l'Horreur.» 
            Si « Gannibal », dont le titre ne laisse que peu d'équivoque sur son contenu, s'inspire en partie des Davidiens ; une secte étasunienne qui a connu un mortel moment de notoriété lors du siège dit de Waco - en 1993 - au Texas. Masaaki Ninomiya ne cache pas non plus que la folie d'un Jack Torrance, interprété par Jack Nicholson pour Stanley Kubrick, a largement contaminé l'ambiance de sa propre histoire. 
Peu porté, de par ses goûts personnels vers l'Horreur, Masaaki Ninomiya prévoyait cependant que sa série ferait un carton, vu la côte qu’ont les Thrillers horrifiques au Japon
Quand bien même son idée originale a-t-elle été retravaillée. 
            En effet, jugée trop « soft » par son tantô, la mort du chien envisagée au départ, a laissé finalement place à un terrible secret que protègent les villageois. Masaaki Ninomiya a néanmoins gardé la tension créée par des voisins qui ne voient pas d'un très bon œil l'arrivée d'une nouvelle famille dans leur village, et la harcèle. 
« Je savais qu'en y ayant recours, j'allais pourvoir choper le public par le col et le secouer dans tous les sens. » 
Si la bande dessinée japonaise peut laisser croire à un lecteur non averti qu'elle peut tout se permettre, Masaaki Ninomiya tempère néanmoins cette impression, en expliquant par exemple, qu'il est hors de question, dans une série réaliste comme la sienne, de montrer un homme en manger un autre de manière explicite. Cette autocensure, puisqu’il a la confiance de l’hebdomadaire qui le publie, ainsi que de son responsable éditorial (tantô), réussie toutefois très bien au mangaka de « Gannibal ». Il n'a de fait aucun mal à installer une atmosphère très dérangeante, très rapidement, tout en faisant travailler l'imagination des lecteurs quand il le faut. 
Le premier tome montre en outre un sens du timing particulièrement précis et redoutable, qu'un cliffhanger à tomber couronne magistralement. 
            Mais la grande force de la série réside dans la désorientation continue que l'histoire instille dans l'esprit de son lecteur. 
Ainsi, alors qu'un clan familiale se détache en accaparant toutes les suspicions de l’agent de police Daigo Agawa ; la cordialité plus qu'étouffante des autres villageois devient de plus en plus menaçante. 
À cela s’ajoute plusieurs personnages qui dévoilent tour à tour un passé, qui se révèlera le plus souvent, être un passif, et qui rebat les cartes au moment où on s’y attend le moins. 
            Arrivé, au moment où j'écris ces lignes, c'est-à-dire à la fin du troisième tome, force m'est de constater que « Gannibal » est une histoire qui n'économise pas ses effets. 
Si le trait nerveux du mangaka est un atout indéniable de son storytelling, ses cadrages ne sont pas pour rien dans l'impression que suscite son récit. 
Ajoutez une utilisation intelligente de la décompression des planches, où le temps s'étire plus que de raison, ponctuez-les par des onomatopées agressives, et laissez-vous gagner par l'instant. Savoureux !
En bref, rien ne manque à ce manga pour captiver les amateurs du genre. Masaaki Ninomiya sait aussi bien dessiner des gueules patibulaires mais presque, que les sourires « kawaii » et les bonnets « D ». 
Un Rural noir boosté à l'horreur, à découvrir entre la poire et le fromage. 
Les citation de Masaaki Ninomiya sont extraites du dix-septième numéro de l'excellente revue ATOM. 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Dirty Harry ; critique d'une analyse politique partiale et idéologique

« Harry est un mal nécessaire, au même titre qu'un avocat ; lequel est prêt à tout pour arriver à ses fins, sans se soucier des conséquences de ses actes. Un avocat fait du droit sans se soucier de justice. Alors qu'Harry sert la justice sans ce soucier du droit. Ainsi son cœur est-il toujours du côté de la victime, alors qu'un avocat ajuste sa sympathie en fonction de ses intérêts. Un avocat peut être répugnant, mais on a besoin de lui. Et l'on peut penser la même chose d'Harry Callahan. ». ( J ohn M ilius.)             Au gré de recherches sur l'Internet © je suis tombé sur une vidéo [ Pour en savoir + ] dont le thème avait tout pour m'intéresser ; une analyse politique du cinéma dont le sujet est le film Dirty Harry 1971 . E astwood, S iegel, M ilius, le cinéma des années 1970, bref que du bon, et en plus dans un format ramassé (19'29").             D'entrée de jeu la vidéo s'attaque à une vieille lune : « À sa sortie en 1971, L’Inspect

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er