Accéder au contenu principal

Les Temps Ultramodernes [Laurent Genefort]

Si l'Abrégé de cavorologie se présentait sous la forme d'un vrai-faux traité scientifique, où Laurent Genefort ne faisait aucune concession, excepté minière, avec la froide exactitude du savoir et de la connaissance, « Les Temps Ultramodernes » en prend le contrepied en livrant un grand roman d'aventure chaleureux et divertissant.
            Une uchronie dont le point de divergence, dit point Renouvier™, est la découverte et l'exploitation d'un minerai (d'origine littéraire), la cavorite. 
Si l'uchronie modifie - plus ou moins - le passé tel que nous le connaissons, elle garde souvent - pour ne pas dire toujours - les mentalités, les mœurs et la morale de l'époque dont elle nous offre une image déformée. Et révélatrice.
Ceci étant dit, « Les Temps Ultramodernes », en tant qu'uchronie scientifique, est aussi un passé dont la différence avec le nôtre tient en ce que le futur y est arrivé plus tôt. À tel point que si la colonisation de la planète Mars appartient encore, pour ce qui nous concerne, au domaine de la spéculation ; les contemporains du chronomyme qui donne son titre au roman de Laurent Genefort s'y sont déjà installés. 
Mais « Les Temps Ultramodernes » c'est aussi un tribut à ce que Maurice Renard (1875-1939) a appelé le merveilleux-scientifique. Un (mauvais) genre littéraire dont on fait souvent, et tout aussi abusivement, une « proto- » science-fiction. Alors que l'un et l'autre partagent en littérature, la relation qu'occupent Neandertal et Cro-Magnon sur l'échelle de l'évolution. 
            Outre regarder de biais son présent, le merveilleux-scientifique s'articulait sur le télescopage du conte et de la science. Dit autrement le merveilleux-scientifique rationalise, grâce à la science, la quincaillerie de ce qui caractérise d'ordinaire le conte de fée : miroir magique, philtre d'amour, tapis volant, etc
Or donc, sur des prémisses fausses ce (mauvais) genre tombé en désuétude construisait un imaginaire vraisemblable. Il explorait, durant son Âge d'or, le surnaturel ; faisant des effets de la surnature quelque chose de bien réel auxquels la science n'avait alors pas encore donné d'explication(s). 
L'idée de Maurice Renard n'était pas « d'acquérir la connaissance du futur », mais bien « d'obtenir une plus grande compréhension du présent ». 
Un projet que ne renierait sûrement pas Laurent Genefort, s'agissant de son propre roman.
            Néanmoins le natif de Montreuil-sous-Bois est un écrivain de son temps, tout comme son récit. 
C'est-à-dire que « Les temps Ultramodernes » utilise une forme littéraire (le merveilleux-scientifique) dont il a conscience. Avec pour conséquence que le roman cite ceux qui l'ont excavé de leur propre imagination - en l’occurrence Gustave Lerouge (mais pas seulement) - pour en faire ce qu'elle est devenue sur le tableau périodique de l'Imaginaire. 
L'Histoire, matière première de l'uchronie a été traitée avec - semble-t-il - beaucoup de rigueur. Ce qui n'empêche pas quelques anachronismes (volontaires) comme celui de la « rumeur d'Orléans ».
Ludique donc, l'histoire (avec sa hache minuscule cette fois-ci) n'hésite pas non plus à piocher dans tous les (mauvais) genres capables d'alimenter au mieux ses intrigues.
            Vrai-faux roman de merveilleux-scientifique de 450 pages, « Les Temps Ultramodernes » rend bien plus léger notre quotidien, à l'instar de la cavorite qui allège celui de ses personnages. Tout en nous lestant d'une nostalgie pour un temps qui n'a pourtant jamais eu lieu.
_________
Tous mes remerciements à Gilles Dumay pour sa confiance.
Et à Fleur Hopkins pour ses éclairages bienvenus sur le merveilleux-scientifique au travers de ses nombreux travaux sur le sujet.   

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

Atlanta Deathwatch [Ralph Dennis]

Dans le courant des années 1970, un sous-(mauvais) genre populaire promettait des romans d'action au format « poche » ( paperbacks ), sous des couvertures aussi aguichantes que ce que s'attendait à y trouver les amateurs, essentiellement masculins, de ce type de lecture.  Prétexte à des scènes plus « chaudes » les unes que les autres, l'action (qui prenait souvent l'apparence d'une violence complaisante) n'y était là que pour empêcher lesdits romans d'être exclusivement vendus dans les sex-shops . Ou peu s'en faut.  Toutefois au sein de cette production standardisée (et nombreuse), certains auteurs arrivaient à sortir du lot en produisant des récits hard-boiled qui n'avaient rien à envier à ceux des maîtres du genre - H ammett, C handler pour ne citer qu'eux, mais dans un registre un peu différent.  R alph D ennis (1931-1988) était de ceux-là.              Jim Hardman est un ex-policier dans la quarantaine, détective privé sans licence, du moins

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er