Accéder au contenu principal

Les Fanatiques : histoire de l'armée rouge japonaise [Michaël Prazan]

C’est à une histoire peu connue, voire totalement méconnue, à laquelle nous convie de nous intéresser Michaël Prazan dans son essai au titre pour le moins très explicite « Les Fanatiques : histoire de l'armée rouge japonaise » paru au Seuil™ en 2002. 
            Un mouvement d’extrême-gauche supplémentaire me direz-vous, comme en ont enfanté les années 1960, et plus précisément 1968 - année révolutionnaire même au Japon
Certes. 
            Mais ce qui caractérise ce mouvement contestataire étudiant c’est l’internationalisation de ses actions, induite il est vrai par un traité de défense renouvelé en 1960 qui lie le Japon et les U.S.A. (Anpo), notamment en ce qui concerne l’aide apportée de l'archipel nippon durant la guerre du Vietnam
Rapidement en effet l’Armée rouge japonaise (ARJ), du moins certains de ses membres, rejoindront les camps d’entraînement du Front pour la libération de la Palestine (FPLP) sis dans la plaine de la Bekaa au Liban. Ceux-là, ou d’autres recrutés plus tard, feront ainsi équipe avec le terroriste Carlos (alias Ilich Ramirez Sanchez). 
Mais surtout l’ARJ exécutera le premier attentat-suicide du terrorisme mondial jamais perpétré. 
            Ce qui fera dire à Mouammar Kadhafi, alors au pourvoir en Lybie, au lendemain du 30 mai 1972 : « que les opérations de Fedayin ne soient pas seulement pratiquées par des Japonais : pourquoi les Palestiniens ne seraient-ils pas capables d'exécuter de telles opérations ? On les voit écrire plein de théories dans des livres ou des magazines, mais ils sont incapables de pratiquer des opérations aussi courageuses que celle effectuée par des Japonais venus de l'océan Pacifique. ». 
On connait la suite, (pour info, le mot fedayin signifie littéralement « prêt à se sacrifier »).  
            Funeste rappel de ce que les jihadistes islamiques devaient à l’ARJ et à l’attentat de l’aéroport de Lod (devenu l’aéroport international David-Ben-Gourion) ; juste après des attentats du 11 septembre 2001, un appel téléphonique revendiquera l’attaque terroriste des deux tours jumelles du World Trade Center au nom de l’Armée rouge japonaise (voir infra l’extrait de l’édition spéciale du quotidien vespéral Le Monde® en date du 13 septembre 2001). 
            Mais « Les Fanatiques » ne fait pas que brosser à grands traits ce que le XXIème siècle doit aux mouvements étudiants japonais comme je le fais ici. 
Il entre dans sa complexité ; raconte les purges délirantes dites « des chalets de montagne » de Nagano, les accointances du mouvement terroriste avec le cinéma « pink » (pinku eiga) ; une avant-garde dont le film le plus connu est le très célèbre L'empire des sens de Nagisa Ōshima, il n’oublie pas les crimes de droit commun pour financer la « Révolution », les prises d’otages (dont le seul but est souvent la libération de certains des membres de l'ARJ emprisonnés), l’extraordinaire mobilité des uns et des autres alors qu’ils sont pourtant recherchés par de nombreuses forces de police à travers le monde, l’enlèvement de japonaises pour servir d’épouses aux militants de l’ARJ réfugiés à Pyongyang, etc
            Mais surtout, cet essai témoigne de l’absence de regrets de la majorité, pour ne pas dire de la totalité, des membres de l’ARJ et de ses sympathisants, des années après les faits et la dissolution officielle de l’ARJ et de ses épigones. 
Absence de regrets donc, de la part d’individus capables de tuer pour un idéal ; rien qu'on ne connaisse encore aujourd'hui. 
Un récit glaçant, mais essentiel.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Atlanta Deathwatch [Ralph Dennis]

Dans le courant des années 1970, un sous-(mauvais) genre populaire promettait des romans d'action au format « poche » ( paperbacks ), sous des couvertures aussi aguichantes que ce que s'attendait à y trouver les amateurs, essentiellement masculins, de ce type de lecture.  Prétexte à des scènes plus « chaudes » les unes que les autres, l'action (qui prenait souvent l'apparence d'une violence complaisante) n'y était là que pour empêcher lesdits romans d'être exclusivement vendus dans les sex-shops . Ou peu s'en faut.  Toutefois au sein de cette production standardisée (et nombreuse), certains auteurs arrivaient à sortir du lot en produisant des récits hard-boiled qui n'avaient rien à envier à ceux des maîtres du genre - H ammett, C handler pour ne citer qu'eux, mais dans un registre un peu différent.  R alph D ennis (1931-1988) était de ceux-là.              Jim Hardman est un ex-policier dans la quarantaine, détective privé sans licence, du moins

Sandman : Neil Gaiman & Co.

... J e viens de terminer l'histoire intitulée Ramadan , une magnifique histoire certainement l'une de mes favorites avec celle de Calliope ( K elley J ones), en plus dessinée par P . C raig R ussell. Juste avant je venais de lire le premier tome de la série dans la collection Urban Vertigo (traduction de P atrick M arcel) et, décidément, ça ne sera pas ma période préférée du titre. Je suis bien content que lorsque je me suis remis à lire Sandman , le premier tome n'était pas disponible à la médiathèque où je suis inscrit, sinon je n'aurais peut-être pas continué si j'avais comme il se doit, commencé par lui. Déjà il y a quelques années j'avais achoppé sur les premiers numéros (plusieurs fois), cela dit il y a quand même des choses qui m'ont réjoui dans ce premier tome : le premier numéro, le traitement de John Constantine , la présence de  G . K . C hesterton et l'idée du "lopin du Ménétrier", l'épisode n°8, " Hommes de bon

La disparition de Perek [Hervé Le Tellier]

« — Tu oublies un truc important, ajouta Gabriel.  — Dis pour voir…  — C'est nous les gentils. » Créé, selon la légende, lors d'une discussion de bistrot qui rassemblait J ean- B ernard P ouy, P atrick R aynal et S erge Q uadruppani, la série Le Poulpe est un mélange d'influences.              Paradoxalement il s'agissait de contrer la littérature de gare qualifiée de « crypto-fasciste », représentée par les SAS de G érard de V illiers, ou la série de L’Exécuteur par D on P endleton. Des titres bien trop présents dans les libraires des gares hexagonales aux dires des mousquetaires gauchistes, dont la visibilisé (et le succès)  serait ainsi gênée grâce à un projet tentaculaire ( sic ) d' agit-prop littéraire.              Une envie néanmoins déclenchée par la déferlante du Pulp Fiction 1994 de T arantino (d'où le surnom du personnage éponyme), qui allait mettre à l'honneur (pour le pire) la littérature des pulp magazines américains. Cherchez l'er