Accéder au contenu principal

Aquaman (Neal Pozner + Craig Hamilton)


... Le milieu des années 80 a laissé une trace profonde chez les lecteurs de bandes dessinées d'origine étasunienne ; L'Escadron Suprême (85-86), Batman : Dark Knight (86) et Les Gardiens (86-87) poussent à sa dernière extrémité l'idée d'un monde peuplé de super-héros (ce que j'ai appelé le réalisme super-héroïque). Et le monde qui nous est proposé est loin, très loin d'être merveilleux. 
C'est en 1986 que paraissent les quatre comic books d'une excellente mini-série consacrée à Aquaman :
Et si cette mini-série n'a pas eu le retentissement qu'ont eu Les Gardiens ou Batman : Dark Knight, elle proposait pourtant elle aussi un nouveau type de super-héros et une approche toute aussi "révolutionnaire".
Neal Pozner s'appuie sur un canevas extrêmement classique : la quête du héros parti à la recherche d'un artéfact essentiel à la stabilité des relations géopolitiques entre Atlantis et le monde de la surface, mise en regard d'une légende antédiluvienne.
Si le canevas est classique, le costume du héros ne l'est pas. Or donc c'est nanti d'une nouvelle tenue qu'Aquaman plonge dans cette aventure.
Ce changement est loin d'être anecdotique quand on sait l'importance du costume dans la BD de super-héros. En outre son esthétique que l'on doit à Neal Pozner le scénariste de la série mais par ailleurs artiste & designer, est particulièrement réussie.

Mais qu'est-ce que c'est qu'un gagnant 
sinon un fabriquant de perdants.
Albert Jacquard

Ainsi Pozner donne-t-il symboliquement, avec ce nouveau costume une nouvelle archi-texture à son personnage qui au terme de cette aventure fera l'expérience d'un véritable satori. Une transformation qui place Aquaman aux antipodes des personnages des séries citées supra, tout en étant extrêmement novateur. Une métamorphose dont il aurait été intéressant de voir le développement sur un temps plus long.
Malheureusement Neal Pozner ne poursuivra pas plus avant (bien qu'une deuxième mini-série ait été envisagée voir The Aquaman Shrine).
D'un autre côté cette mini-série se suffit à elle-même et propose une bien belle épopée pleine de rebondissements, du reste elle peut se lire même si l'on ne connait pas le héros aquatique de DC Comics, tous les éléments nécessaires à la connaissance du personnage principal sont présents et le contexte est fort bien étayé.
Ne vous fiez pas trop aux couleurs
L'excellent scénario de Neal Pozner est joliment traduit en images par une belle équipe artistique : Craig Hamilton, Steve Montano, Bob Lappan et Joe Orlando (également présent sur dans Les Gardiens).

... Cette mini-série a eu droit à une traduction chez l'éditeur AREDIT dont je vous parlerai plus en détail dans un prochain billet.
Je dois remercier Bastien du Royaume des avis qui grâce à son billet m'a donné envie de lire cette histoire. Et si vous voulez un autre avis, celui de Mathieu est disponible ici.

Commentaires

  1. Je me souviens de cette mini-série. J'achetais le magazine Les Vengeurs à l'époque et je confirme : le costume d'Aquaman est magnifique ! Concernant l'histoire, ma mémoire me fait défaut mais cela ne m'empêche pas d'être très impatient de lire ton article sur la traduction. Lequel ne m'empêchera pas de me jeter sur la VO.

    Merci aussi pour la découverte du Royaume des Avis.

    RépondreSupprimer
  2. J'avais bien aimé aussi. Avec une histoire de la Légion dessinée par Ernie Colon en prime dans le magazine.
    Rien que du bon !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai dans l'idée que l'adaptation par AREDIT a été faite avec deux pieds gauches palmés, à lire dans un prochain billet.

      Supprimer
    2. Ah ben, c'est Arédit, aussi. Faut pas en attendre des merveilles.

      Supprimer
  3. J'avais aussi écrit un article à propos de cette mini (http://onirique.free.fr/spip/spip.php?article154) qui sera massacrée par la suite.

    Pour un Aquaman zen, je te conseille de lire les deux premiers arcs du quatrième volume avec Rick Veitch au scénario. C'est du tout bon et comme ensuite, c'est Will Pfeifer, c'est encore meilleur. ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour l'idée de lecture, et j'ai mis en lien ton billet dans le corps du mien [ô_ô].

      Supprimer
  4. Bonsoir Artemus !

    C'est un grand plaisir que de découvrir ton analyse, toujours pertinente, de ce que nous pouvons considérer comme le meilleur moment d'Aquaman.

    Outre le scénario, qui conjugue aventures & introspection, en plus des autres points que tu as abordés, le dessin de Craig Hamilton est tout simplement poétique et gracile.

    Je ne vois que pour unique point de comparaison Craig Russel, notamment sa version d'Elric le nécromancien qui retranscrit aussi bien cette légèreté dans les formes et les décors...

    Je pense que DC a tenu le haut du pavé dans les années 85/86 où presque chaque héros a eu son bon moment (Batman avec Yearone, Superman avec Man of Steel, Wonder Woman et Perez ou encore La Justice League avec Giffen et Matteis).

    Il y en avait bien qui concernait Aquaman, moins connu, presque oublié par la "critique", caché sous un récif...A mon avis, cela lui confère finalement une valeur encore supérieure aux autres moments pré-cités !

    Amicalement !

    Bastien.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout à fait d'accord avec toi, et encore merci de m'avoir fait découvrir cette mini-série.

      Supprimer
  5. Passionnant article, comme toujours, et (je copie sur le camarade Ozy) merci pour la découverte du royaume des avis.

    RépondreSupprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Killing Joke [USA Magazine n°36]

En septembre 1988, le Joker fait la couverture de « USA Magazine », magazine publié sous la direction de Fershid Bharucha. Cette illustration est, nous dit Brian Bolland « une étude dessinée à Paris (avec des marqueurs en fin de vie, (...)). Le dessinateur italien Tanino Liberatore en a tiré une version peinte (...). »
Dans ce même numéro, en complément de la parution de l'épisode du mois de Killing Joke, alors pré-publié sous le titre de  Souriez, Jean-Paul Jennequin livre un article de  deux pages :
C'est tout pour aujourd'hui ! 
(Tous mes remerciements à Albert.)

Breach [Bob Harras / Marcos Martin]

Brève série de 11 numéros, Breach à l'immense avantage de pourvoir être lue sans connaissances préalables de ce qu'il est plus ou moins convenu d'appeler l'univers DC Comics. Envisagé comme une relance de Captain Atom, un personnage qui a notamment fait partie de l'écurie Charlton et a servi de modèle au Dr Manhattan, le personnage éponyme endossera finalement les atours du nouveau venu. 
Création de Bob Harras et de Marcos Martin, cette pourtant excellente série n'a visiblement pas été très soutenue par l'éditeur et, conséquences inévitables, n'a pas trouvé son lectorat. Je fais d'ailleurs partie de ceux qui sont passés totalement à coté.
Sacrifiée sur l'autel de la rentabilité, Breach mérite pourtant qu'on lui prête attention. 

       Le premier numéro, de 28 planches (extra-sized) donne d'ailleurs immédiatement le ton.
Plongé directement dans l'action, le lecteur découvre que l'articulation de la série se fera au travers d'un

Le jeu de la damnation [Clive Barker / Jean-Daniel Brèque]

« Rien n'est plus terrifiant que de donner à imaginer quelques abominations tapies derrière une porte, pour ne surtout jamais l'ouvrir, au risque de décevoir le lecteur. Car son imagination sera toujours plus fertile que les terribles images que s'échine à y injecter le conteur ».
Frappé au coin du bon sens, cet évangile de l'horreur dispensé depuis la ville de Providence dans l'État du Rhode Island, en 1979 par William F. Nolan, est cependant devenu obsolète depuis que des auteurs de l'envergure de Clive Barker ont mis un pied dans le genre.
« Le jeu de la damnation », traduit par Jean-Daniel Brèque en est un exemple frappant. Je dirais même que sans « les terribles images » qu'y injecte Clive Barker, ce roman ne serait pas ce qu'il est. 

            En effet le natif de Liverpool s'inspire ici d'un conte populaire bien connu, dont le titre du roman ne fait pas mystère du thème, et qui tient tout entier son intérêt dans l'imagination fertile …