Accéder au contenu principal

Aquaman (Neal Pozner + Craig Hamilton)


... Le milieu des années 80 a laissé une trace profonde chez les lecteurs de bandes dessinées d'origine étasunienne ; L'Escadron Suprême (85-86), Batman : Dark Knight (86) et Les Gardiens (86-87) poussent à sa dernière extrémité l'idée d'un monde peuplé de super-héros (ce que j'ai appelé le réalisme super-héroïque). Et le monde qui nous est proposé est loin, très loin d'être merveilleux. 
C'est en 1986 que paraissent les quatre comic books d'une excellente mini-série consacrée à Aquaman :
Et si cette mini-série n'a pas eu le retentissement qu'ont eu Les Gardiens ou Batman : Dark Knight, elle proposait pourtant elle aussi un nouveau type de super-héros et une approche toute aussi "révolutionnaire".
Neal Pozner s'appuie sur un canevas extrêmement classique : la quête du héros parti à la recherche d'un artéfact essentiel à la stabilité des relations géopolitiques entre Atlantis et le monde de la surface, mise en regard d'une légende antédiluvienne.
Si le canevas est classique, le costume du héros ne l'est pas. Or donc c'est nanti d'une nouvelle tenue qu'Aquaman plonge dans cette aventure.
Ce changement est loin d'être anecdotique quand on sait l'importance du costume dans la BD de super-héros. En outre son esthétique que l'on doit à Neal Pozner le scénariste de la série mais par ailleurs artiste & designer, est particulièrement réussie.

Mais qu'est-ce que c'est qu'un gagnant 
sinon un fabriquant de perdants.
Albert Jacquard

Ainsi Pozner donne-t-il symboliquement, avec ce nouveau costume une nouvelle archi-texture à son personnage qui au terme de cette aventure fera l'expérience d'un véritable satori. Une transformation qui place Aquaman aux antipodes des personnages des séries citées supra, tout en étant extrêmement novateur. Une métamorphose dont il aurait été intéressant de voir le développement sur un temps plus long.
Malheureusement Neal Pozner ne poursuivra pas plus avant (bien qu'une deuxième mini-série ait été envisagée voir The Aquaman Shrine).
D'un autre côté cette mini-série se suffit à elle-même et propose une bien belle épopée pleine de rebondissements, du reste elle peut se lire même si l'on ne connait pas le héros aquatique de DC Comics, tous les éléments nécessaires à la connaissance du personnage principal sont présents et le contexte est fort bien étayé.
Ne vous fiez pas trop aux couleurs
L'excellent scénario de Neal Pozner est joliment traduit en images par une belle équipe artistique : Craig Hamilton, Steve Montano, Bob Lappan et Joe Orlando (également présent sur dans Les Gardiens).

... Cette mini-série a eu droit à une traduction chez l'éditeur AREDIT dont je vous parlerai plus en détail dans un prochain billet.
Je dois remercier Bastien du Royaume des avis qui grâce à son billet m'a donné envie de lire cette histoire. Et si vous voulez un autre avis, celui de Mathieu est disponible ici.

Commentaires

  1. Je me souviens de cette mini-série. J'achetais le magazine Les Vengeurs à l'époque et je confirme : le costume d'Aquaman est magnifique ! Concernant l'histoire, ma mémoire me fait défaut mais cela ne m'empêche pas d'être très impatient de lire ton article sur la traduction. Lequel ne m'empêchera pas de me jeter sur la VO.

    Merci aussi pour la découverte du Royaume des Avis.

    RépondreSupprimer
  2. J'avais bien aimé aussi. Avec une histoire de la Légion dessinée par Ernie Colon en prime dans le magazine.
    Rien que du bon !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai dans l'idée que l'adaptation par AREDIT a été faite avec deux pieds gauches palmés, à lire dans un prochain billet.

      Supprimer
    2. Ah ben, c'est Arédit, aussi. Faut pas en attendre des merveilles.

      Supprimer
  3. J'avais aussi écrit un article à propos de cette mini (http://onirique.free.fr/spip/spip.php?article154) qui sera massacrée par la suite.

    Pour un Aquaman zen, je te conseille de lire les deux premiers arcs du quatrième volume avec Rick Veitch au scénario. C'est du tout bon et comme ensuite, c'est Will Pfeifer, c'est encore meilleur. ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour l'idée de lecture, et j'ai mis en lien ton billet dans le corps du mien [ô_ô].

      Supprimer
  4. Bonsoir Artemus !

    C'est un grand plaisir que de découvrir ton analyse, toujours pertinente, de ce que nous pouvons considérer comme le meilleur moment d'Aquaman.

    Outre le scénario, qui conjugue aventures & introspection, en plus des autres points que tu as abordés, le dessin de Craig Hamilton est tout simplement poétique et gracile.

    Je ne vois que pour unique point de comparaison Craig Russel, notamment sa version d'Elric le nécromancien qui retranscrit aussi bien cette légèreté dans les formes et les décors...

    Je pense que DC a tenu le haut du pavé dans les années 85/86 où presque chaque héros a eu son bon moment (Batman avec Yearone, Superman avec Man of Steel, Wonder Woman et Perez ou encore La Justice League avec Giffen et Matteis).

    Il y en avait bien qui concernait Aquaman, moins connu, presque oublié par la "critique", caché sous un récif...A mon avis, cela lui confère finalement une valeur encore supérieure aux autres moments pré-cités !

    Amicalement !

    Bastien.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout à fait d'accord avec toi, et encore merci de m'avoir fait découvrir cette mini-série.

      Supprimer
  5. Passionnant article, comme toujours, et (je copie sur le camarade Ozy) merci pour la découverte du royaume des avis.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Deathlok [Charlie Huston / Lan Medina]

Les remakes, relaunchs, reboots, voire les réécritures de « classiques » façon littérature de genre, sont devenus omniprésents dans le divertissement de masse. Rien qui ne puisse, un jour ou l'autre, se voir  « updater ».
En 2009-2010, c'est au tour de Deathlock, un personnage créé par Rich Buckler & Doug Moench pour Marvel [Pour en savoir +], et qui n'a jamais vraiment trouvé sa place chez l'éditeur des Avengers et consorts, de se voir offrir un nouveau tour de piste. C'est à Charlie Huston, auréolé de son run sur la série consacrée à Moon Knight, qu'on a commandé un scénario qui devra tenir sept numéros mensuels. Huston est, avant de travailler pour la Maison des idées™, d'abord connu pour ses romans. C'est via son agent littéraire qu'il a mis un pied dans la BD, au moment où Marvel recrutait en dehors de sa zone d'influence. Cela dit, il reconnaît une attirance pour la SF contractée dès son plus jeune âge ; et particulièrement pour les u…

Blues pour Irontown [John Varley / Patrick Marcel]

Ça commençait plutôt mal. 
L'idée d'un détective privé du futur, fondu de ses lointains confrères des années 1930, avait tout d'un Polaroid™ bien trop souvent photocopié. Mais peut-être que cet amour des privés made in Underwood© allait-il être de la trempe du fusil de Tchekhov ?
Si la présence, dès les premières pages, d'une « femme fatale », semble donner le ton. Si l'ombre porté du Faucon maltais ne fera que se renforcer. La profession de détective privé semble aussi utile à l'intrigue du roman qu'un cataplasme à la moutarde sur une jambe de bois. 

       Une intrigue qui, nonobstant le titre du roman, tient plus de la berceuse que du blues.   

Fort heureusement, John Varley gratifie son roman d'une très belle idée ; au travers du personnage nommé Sherlock. Rien qui ne rattrape totalement l'ennui profond d'une enquête poussive, et  au final, sans grand intérêt. Mais les chapitres racontés par ledit Sherlock sont les plus intéressants, les plus ém…