Accéder au contenu principal

Gadgetman (Jerry Siegel)

Contrairement à ce qu'on pourrait penser, Jerry Siegel n'est pas l'homme d'un seul personnage, créé à la fin des années 30 avec son compère Joe Shuster, ni celui d'une seule histoire.
Comme nombre de créateurs littéraires il a été d'une certaine manière dévoré par sa créature.
Document Urban Comics
Ainsi a-t-il  aussi travaillé pour le marché européen, et plus précisément pour celui de la bande dessinée britannique.
Entre mai 1968 et octobre de la même année l'hebdomadaire Lion (qui accueille aussi The Spider par exemple) publie une bande que Jerry Siegel a créée avec, selon les sources, Vicente Alacazar ou/et Carlos Pino, ou encore Geoff Campion : Gadgetman and Gimmick-Kid
La couverture de Lion où apparaît pour la première fois Gadgetman
Vous le savez surement, les lecteurs français ont été pendant très longtemps alimentés en bandes dessinées d'outre-Manche essentiellement dans les Petits Formats d'éditeurs tels qu'Impéria ou encore Mon Journal par exemple.
C'est d'ailleurs ce dernier qui publiera Gadgetman en France dans le Petit Format intitulé Atémi ( n°1, 2, 3, et 4 de juillet à octobre 1976) qui comme son nom le laisse entendre propose des aventures qui tournent autours des arts martiaux asiatiques.

Parfois les formats de publication ne sont pas compatibles et l'une des traditions des Petits Formats était de retoucher les pages originales :
Comme vous le voyez supra la première page paru dans l'hebdomadaire britannique a besoin de deux pages et demi du mensuel Atémi pour en arriver au même point. 
Pour voir quelques pages des parutions originales on peut se rendre ici.
Ceci étant dit place à Gadgetman alias Burt Travis et à son sidekick Gimmick-Kid rebaptisé dans l'Hexagon Jimmy Kid alias Jimmy Stewart pour l'état civil.
Cette aventure a paru dans le premier numéro d'Atémi.


Commentaires

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Killing Joke [USA Magazine n°36]

En septembre 1988, le Joker fait la couverture de « USA Magazine », magazine publié sous la direction de Fershid Bharucha. Cette illustration est, nous dit Brian Bolland « une étude dessinée à Paris (avec des marqueurs en fin de vie, (...)). Le dessinateur italien Tanino Liberatore en a tiré une version peinte (...). »
Dans ce même numéro, en complément de la parution de l'épisode du mois de Killing Joke, alors pré-publié sous le titre de  Souriez, Jean-Paul Jennequin livre un article de  deux pages :
C'est tout pour aujourd'hui ! 
(Tous mes remerciements à Albert.)

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Breach [Bob Harras / Marcos Martin]

Brève série de 11 numéros, Breach à l'immense avantage de pourvoir être lue sans connaissances préalables de ce qu'il est plus ou moins convenu d'appeler l'univers DC Comics. Envisagé comme une relance de Captain Atom, un personnage qui a notamment fait partie de l'écurie Charlton et a servi de modèle au Dr Manhattan, le personnage éponyme endossera finalement les atours du nouveau venu. 
Création de Bob Harras et de Marcos Martin, cette pourtant excellente série n'a visiblement pas été très soutenue par l'éditeur et, conséquences inévitables, n'a pas trouvé son lectorat. Je fais d'ailleurs partie de ceux qui sont passés totalement à coté.
Sacrifiée sur l'autel de la rentabilité, Breach mérite pourtant qu'on lui prête attention. 

       Le premier numéro, de 28 planches (extra-sized) donne d'ailleurs immédiatement le ton.
Plongé directement dans l'action, le lecteur découvre que l'articulation de la série se fera au travers d'un