Accéder au contenu principal

Gadgetman (Jerry Siegel)

Contrairement à ce qu'on pourrait penser, Jerry Siegel n'est pas l'homme d'un seul personnage, créé à la fin des années 30 avec son compère Joe Shuster, ni celui d'une seule histoire.
Comme nombre de créateurs littéraires il a été d'une certaine manière dévoré par sa créature.
Document Urban Comics
Ainsi a-t-il  aussi travaillé pour le marché européen, et plus précisément pour celui de la bande dessinée britannique.
Entre mai 1968 et octobre de la même année l'hebdomadaire Lion (qui accueille aussi The Spider par exemple) publie une bande que Jerry Siegel a créée avec, selon les sources, Vicente Alacazar ou/et Carlos Pino, ou encore Geoff Campion : Gadgetman and Gimmick-Kid
La couverture de Lion où apparaît pour la première fois Gadgetman
Vous le savez surement, les lecteurs français ont été pendant très longtemps alimentés en bandes dessinées d'outre-Manche essentiellement dans les Petits Formats d'éditeurs tels qu'Impéria ou encore Mon Journal par exemple.
C'est d'ailleurs ce dernier qui publiera Gadgetman en France dans le Petit Format intitulé Atémi ( n°1, 2, 3, et 4 de juillet à octobre 1976) qui comme son nom le laisse entendre propose des aventures qui tournent autours des arts martiaux asiatiques.

Parfois les formats de publication ne sont pas compatibles et l'une des traditions des Petits Formats était de retoucher les pages originales :
Comme vous le voyez supra la première page paru dans l'hebdomadaire britannique a besoin de deux pages et demi du mensuel Atémi pour en arriver au même point. 
Pour voir quelques pages des parutions originales on peut se rendre ici.
Ceci étant dit place à Gadgetman alias Burt Travis et à son sidekick Gimmick-Kid rebaptisé dans l'Hexagon Jimmy Kid alias Jimmy Stewart pour l'état civil.
Cette aventure a paru dans le premier numéro d'Atémi.


Commentaires

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Deathlok [Charlie Huston / Lan Medina]

Les remakes, relaunchs, reboots, voire les réécritures de « classiques » façon littérature de genre, sont devenus omniprésents dans le divertissement de masse. Rien qui ne puisse, un jour ou l'autre, se voir  « updater ».
En 2009-2010, c'est au tour de Deathlock, un personnage créé par Rich Buckler & Doug Moench pour Marvel [Pour en savoir +], et qui n'a jamais vraiment trouvé sa place chez l'éditeur des Avengers et consorts, de se voir offrir un nouveau tour de piste. C'est à Charlie Huston, auréolé de son run sur la série consacrée à Moon Knight, qu'on a commandé un scénario qui devra tenir sept numéros mensuels. Huston est, avant de travailler pour la Maison des idées™, d'abord connu pour ses romans. C'est via son agent littéraire qu'il a mis un pied dans la BD, au moment où Marvel recrutait en dehors de sa zone d'influence. Cela dit, il reconnaît une attirance pour la SF contractée dès son plus jeune âge ; et particulièrement pour les u…

Blues pour Irontown [John Varley / Patrick Marcel]

Ça commençait plutôt mal. 
L'idée d'un détective privé du futur, fondu de ses lointains confrères des années 1930, avait tout d'un Polaroid™ bien trop souvent photocopié. Mais peut-être que cet amour des privés made in Underwood© allait-il être de la trempe du fusil de Tchekhov ?
Si la présence, dès les premières pages, d'une « femme fatale », semble donner le ton. Si l'ombre porté du Faucon maltais ne fera que se renforcer. La profession de détective privé semble aussi utile à l'intrigue du roman qu'un cataplasme à la moutarde sur une jambe de bois. 

       Une intrigue qui, nonobstant le titre du roman, tient plus de la berceuse que du blues.   

Fort heureusement, John Varley gratifie son roman d'une très belle idée ; au travers du personnage nommé Sherlock. Rien qui ne rattrape totalement l'ennui profond d'une enquête poussive, et  au final, sans grand intérêt. Mais les chapitres racontés par ledit Sherlock sont les plus intéressants, les plus ém…