Accéder au contenu principal

L'Homme Truqué de Lehman & Gess

L'Homme Truqué de Lehman & Gess est l'adaptation libre d'une nouvelle homonyme de Maurice Renard (qui se trouve être dans le domaine public), dans laquelle il est également fait référence à un roman du même auteur, le Péril Bleu (également dans le domaine public).
Serge Lehman & Gess (sans Fabrice Colin cette fois-ci) inscrivent leur nouvelle colaboration dans l'univers de la Brigade Chimérique, et donc dans le sillage de ce qu'ils ont nommé le Radiumpunk.
On y croise bien évidemment le Nyctalope personnage créé par Jean De la Hire, Marie Curie, Maurice Renard, etc...
Je ne connais ni la nouvelle, ni le roman de Renard (qui a théorisé par ailleurs le merveilleux scientifique c'est-à-dire la science-fiction avant qu'elle ne porte ce nom), mais ils fonctionnent très bien ensemble ; ce qui donne une sympathique aventure de science-fiction et introduit donc un nouveau personnage : "l'homme truqué" du titre.
Le projet de Serge Lehman est de créer à partir de personnages de la littérature populaire européenne un pendant aux univers super-héroïques d'outre-Atlantique. 
Avec cette nouvelle incursion dans l'Hypermonde où la superscience a d'une certaine manière fabriqué une uchronie, Serge Lehman et Gess délimitent une époque : La Brigade Chimérique en est l'oméga et L'Homme Truqué l'alpha ; et puisque cette dernière série parait dans une collection dite de L'Hypermonde, il est à parier que d'autres histoires de cette univers y seront publiées.

À l'instar de son modèle l'univers Wold Newton créé au départ par P. J. Farmer, Serge Lehman met en scène dans les récits de L'Hypermonde des écrivains dont il fait les biographes de leur créature, entendu que cette dernière est un personnage ayant une existence réelle dans le monde décrit.
Ici Maurice Renard sera celui du lieutenant Jean Lebris alias l'homme truqué, qui blessé sur le front en 1918 deviendra aveugle.
Capturé puis livré à des savants il deviendra capable de "voir" l'électricité, celle qui émane des corps humains par exemple.

Si le travail des deux auteurs est vraiment excellent de mon point de vue, il y a toutefois un bémol à apporter et il concerne le prix de l'album : 15 euros. 
Si le format est supérieur d'un cinquième à celui des ouvrages originaux de la Brigade Chimériques, qui était déjà une série d'albums trop chers à mon avis, il n'en demeure pas moins que ça reste cher même pour un album 64 pages.
Ceci étant dit, l'Atalante n'est malheureusement pas le seul éditeur à proposer des produits beaucoup trop chers à mon goût.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Killing Joke [USA Magazine n°36]

En septembre 1988, le Joker fait la couverture de « USA Magazine », magazine publié sous la direction de Fershid Bharucha. Cette illustration est, nous dit Brian Bolland « une étude dessinée à Paris (avec des marqueurs en fin de vie, (...)). Le dessinateur italien Tanino Liberatore en a tiré une version peinte (...). »
Dans ce même numéro, en complément de la parution de l'épisode du mois de Killing Joke, alors pré-publié sous le titre de  Souriez, Jean-Paul Jennequin livre un article de  deux pages :
C'est tout pour aujourd'hui ! 
(Tous mes remerciements à Albert.)

Breach [Bob Harras / Marcos Martin]

Brève série de 11 numéros, Breach à l'immense avantage de pourvoir être lue sans connaissances préalables de ce qu'il est plus ou moins convenu d'appeler l'univers DC Comics. Envisagé comme une relance de Captain Atom, un personnage qui a notamment fait partie de l'écurie Charlton et a servi de modèle au Dr Manhattan, le personnage éponyme endossera finalement les atours du nouveau venu. 
Création de Bob Harras et de Marcos Martin, cette pourtant excellente série n'a visiblement pas été très soutenue par l'éditeur et, conséquences inévitables, n'a pas trouvé son lectorat. Je fais d'ailleurs partie de ceux qui sont passés totalement à coté.
Sacrifiée sur l'autel de la rentabilité, Breach mérite pourtant qu'on lui prête attention. 

       Le premier numéro, de 28 planches (extra-sized) donne d'ailleurs immédiatement le ton.
Plongé directement dans l'action, le lecteur découvre que l'articulation de la série se fera au travers d'un

Le jeu de la damnation [Clive Barker / Jean-Daniel Brèque]

« Rien n'est plus terrifiant que de donner à imaginer quelques abominations tapies derrière une porte, pour ne surtout jamais l'ouvrir, au risque de décevoir le lecteur. Car son imagination sera toujours plus fertile que les terribles images que s'échine à y injecter le conteur ».
Frappé au coin du bon sens, cet évangile de l'horreur dispensé depuis la ville de Providence dans l'État du Rhode Island, en 1979 par William F. Nolan, est cependant devenu obsolète depuis que des auteurs de l'envergure de Clive Barker ont mis un pied dans le genre.
« Le jeu de la damnation », traduit par Jean-Daniel Brèque en est un exemple frappant. Je dirais même que sans « les terribles images » qu'y injecte Clive Barker, ce roman ne serait pas ce qu'il est. 

            En effet le natif de Liverpool s'inspire ici d'un conte populaire bien connu, dont le titre du roman ne fait pas mystère du thème, et qui tient tout entier son intérêt dans l'imagination fertile …