Accéder au contenu principal

The Agent/The Berlin File

Berlin de nos jours.
Un agent nord-coréen se retrouve au cœur d'une confrontation qui implique la C.I.A, le Mossad, des terroristes arabes, la Corée du Sud, des agents de son propre pays, et sa femme, une interprète de l'ambassade. 

The Berlin File alias The Agent est un film qui fait partie de ceux dont il faut en savoir le moins possible ; pour vous en donner une idée je dirais que c'est La Taupe (l'adaptation du roman de John le Carré - 2011) avec du muscle et des munitions.
Le film de Ryoo Seung-Wan combine la solidité des intrigues en forme de matriochkas des meilleurs films d'espionnage (voire des meilleurs romans du genre) avec la vitalité et l’énergie qu'apportait un acteur comme Bruce Lee.
D'une certaine manière The Agent m'a aussi fait penser à ces polars américains des années 70 : sec, nerveux, avec des personnages aux abois.
En tout cas j'ai été tellement impressionné par The Berlin File que je vais m'intéresser de plus prés à la filmographie de Ryoo Seung-Wan. Ceci dit, l'interprétation n'est pas en reste non plus.
En définitive, un film à découvrir (si ce n'est déjà fait).

Commentaires

  1. J'aime beaucoup City of violence, dans lequel Ryoo Seung-Wan tient aussi un des rôles principaux très physiques, et Crying Fist, où il fait tourner son frère et Choi Min-Sik. Arahan est très divertissant aussi, plus rigolard mais pas dénué d'intérêt pour autant. Ce dernier serait une bonne inspiration pour développer correctement Dragon Ball au cinéma, d'ailleurs.

    J'ai du retard sur les nouveaux films du réalisateur, mais je vais rattraper ça.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui City of Violence est pas mal, même si je l'ai moins aimé que Berlin File.
      Mon prochain sur la liste c'est The Unjust.

      En tout cas merci de ton passage, et je note les films que tu mentionnes. [-_ô]

      Supprimer
    2. Je viens de voir The agent et c'est effectivement un excellent film, porté par un scénario dense aux multiples rebondissements et un rythme nerveux. Excellentes chorégraphies de Jung Doo-Hong pour les scènes de combat, qui s'est inspiré du Taekwondo et du Krav Maga pour se rapprocher le plus possible du close combat nord coréen, dont il n'y a que peu de documentation à disposition. D’ailleurs, les bonus du film et le making-of sont éclairants sur les challenges surmontés par Ryoo Seung-Wan pour son premier film tourné à l’étranger (rien que la préparation du combat final et les multiples versions préparées en amont, c’est quelque chose).

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Le pot au noir [Robert Ferrigno / Hubert Galle]

Ce roman m'a été recommandé par Duane Swierczynski [Pour en avoir +]. Jeune lecteur encore adolescent, assidu de Sf et de fantastique, Swierczynski est entré dans le monde du polar et du thriller, grâce au roman de Robert Ferrigno.
« Le pot au noir » commence comme un roman policier tout ce qu'il y a de plus conventionnel : une disparition inquiétante, un suspect tout ce qu'il y a de crédible, et un duo de flics. L'ambiance rappelle celle de la série «Miami Vice», mais l'histoire se passe sur la côte Ouest des U.S.A..
D'une certaine manière, les premiers chapitres pourraient desservir ce roman, en en cachant ce qui fera son originalité, sous le vernis du tout venant.
Sauf que dès le départ, Robert Ferrigno, traduit par Hubert Galle pour les éditions Flammarion, a la bonne idée de peupler son ouvrage de personnages atypiques qui réussissent à captiver l'attention. La quatrième de couverture ne se prive d'ailleurs pas de l'annoncer (même si je ne m'e…

Deathlok [Charlie Huston / Lan Medina]

Les remakes, relaunchs, reboots, voire les réécritures de « classiques » façon littérature de genre, sont devenus omniprésents dans le divertissement de masse. Rien qui ne puisse, un jour ou l'autre, se voir  « updater ».
En 2009-2010, c'est au tour de Deathlock, un personnage créé par Rich Buckler & Doug Moench pour Marvel [Pour en savoir +], et qui n'a jamais vraiment trouvé sa place chez l'éditeur des Avengers et consorts, de se voir offrir un nouveau tour de piste. C'est à Charlie Huston, auréolé de son run sur la série consacrée à Moon Knight, qu'on a commandé un scénario qui devra tenir sept numéros mensuels. Huston est, avant de travailler pour la Maison des idées™, d'abord connu pour ses romans. C'est via son agent littéraire qu'il a mis un pied dans la BD, au moment où Marvel recrutait en dehors de sa zone d'influence. Cela dit, il reconnaît une attirance pour la SF contractée dès son plus jeune âge ; et particulièrement pour les u…

Blues pour Irontown [John Varley / Patrick Marcel]

Ça commençait plutôt mal. 
L'idée d'un détective privé du futur, fondu de ses lointains confrères des années 1930, avait tout d'un Polaroid™ bien trop souvent photocopié. Mais peut-être que cet amour des privés made in Underwood© allait-il être de la trempe du fusil de Tchekhov ?
Si la présence, dès les premières pages, d'une « femme fatale », semble donner le ton. Si l'ombre porté du Faucon maltais ne fera que se renforcer. La profession de détective privé semble aussi utile à l'intrigue du roman qu'un cataplasme à la moutarde sur une jambe de bois. 

       Une intrigue qui, nonobstant le titre du roman, tient plus de la berceuse que du blues.   

Fort heureusement, John Varley gratifie son roman d'une très belle idée ; au travers du personnage nommé Sherlock. Rien qui ne rattrape totalement l'ennui profond d'une enquête poussive, et  au final, sans grand intérêt. Mais les chapitres racontés par ledit Sherlock sont les plus intéressants, les plus ém…